Le 1er collectif comics de France

 


 
 

We Only Find Them When They’re Dead tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
15 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un scénario riche, complexe et captivant
Des thématiques intelligentes et pertinentes
VIsuellement sublime

Point(s) faible(s) :


Rythme parfois un peu rapide et confus


 
En résumé
 

Avec We Only Find The When They’re Dead, HiComics a mis la main sur un véritable petit bijou de comics indé qui pourra plaire à la fois aux amateurs de mainstream que de récits d’auteurs. Al Ewing et Simone di Meo propose leur récit de SF personnel et intelligent qui fait mouche et donne furieusement envie de la suite !

 
Infos techniques
 

Scénario : Al Ewing
Dessin : Simone di Meo
Encrage : Simone di Meo
Couleur : Simone di Meo
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 5 mois par

 
Dans le détail...
 
 

They’re alive ! Alive !

L’attente n’aura finalement pas été si longue, mais au vue de la hype cela m’a paru interminable ! Pourtant voici enfin entre mes mains le premier volet de la trilogie de Al Ewing et Simone di Meo : We Only Find Them When They’re Dead.

We Only Find Them When They’re Dead ou ce qui se fait de mieux en SF dans les comics actuellement ?

Ce titre fait parti de la nouvelle vague des titres lancés par Boom Studios (Once and Future, Something is Killing the Children, etc.) et qui ont fait très forte impressions, parvenant sans mal à se hisser au même niveau, voir au dessus de bons nombres des gros titres de chez Image Comics.

Le pitch est des plus aguicheur. Des entités cosmiques aux dimensions hors normes apparaissent sans vie dans les confins de l’espace. Ces cadavres célestes deviennent rapidement un vivier de matières premières essentiels, entrainant la formations d’équipages arpentant les vastes étendues glacées en quête de ces “divinités” tels des vautours en quête d’un juteux cadavre à dépecer.

Mais forcement tous ne se satisfont pas de cette situation et veulent des réponses. Qui sont ils ? Pourquoi n’apparaissent ils qu’à leur morts ? C’est cette question qui taraudera l’esprit de l’équipage que nous suivront et plus particulièrement de leur capitaine !

Le récit propose un contexte social développé et riche, qui passe par ces personnages et leur passé : inégalités sociales, orientation sexuelle et d’autres encore viendront densifier le récit, le plaçant au delà d’un simple divertissement de grande qualité. Tout est distillé par sous-entendus, et arrive naturellement au fur et à mesure ! Le récit mêle habilement son intrigue et ses thématiques.

On pourra regretter des débuts un peu rapides, pouvant perdre le lecteurs dans les enjeux et les nombreux personnages, mais rien de dramatique, loin de là !

Visuellement stratosphérique !

Simone Di Meo est absolument brillant, mais ici il livre son travail le plus abouti. une véritable alchimie auteur dessinateur ressort des planches. Tout est visuellement soigné, avec un découpage précis, vif et dynamique, au risque de parfois perdre un peu le fil de lecture.

Néanmoins l’identité visuelle est tellement incroyable qu’on ne peut que rester bouche bée devant les planches époustouflantes avec une colorisation numériques très nuancés, intensifiant le côté SF du titre, pour un résultat du plus bel effet !

Ne vous y trompez pas. We Only Find Them When They’re Dead est d’ores et déjà un des titres de l’année ! Une valeur sure et un récit à ne pas manquer que l’on soit fan de SF ou non. Une très bonne pioche que je recommande chaudement !

L’avis de Comics Grinch’ :

We only find them when they’re dead avait tout pour me séduire. Une dream-team à l’écriture, un contexte SF alléchant, une couverture de Dan Mora et une édition signée HiComics. Arrivé.e à la fin de ma lecture, je n’ai que peu de déceptions et je rejoins totalement Dr. Comics.

Morts politiques

Toutefois, il y a un élément à bien identifier et comprendre : le récit s’inscrit dans le catalogue politisé de HiComics et ça, c’est top ! En effet, depuis le début de son aventure, Sullivan Rouaud met en avant des titres au contenu politique très précis. Avec ce récit, Al Ewing et Simone di Meo propose un comics qui critique notre mode de vie contemporain.

Nous savons désormais tous que nos ressources sont limitées et que nous sommes en train de cramer la Terre. Dans l’univers de WOFTWTD, c’est pareil. La Terre a été pillée totalement mais le libéralisme de masse n’a pas jeté l’éponge et se jette donc sur les cadavres de Dieux arrivant dans notre réalité morts. Cette exploitation capitaliste de corps morts me fait forcément penser à ce que nous faisons avec la viande animale. En tant que végétarien.ne, impossible de ne pas me sentir concerné.e !

Et ce n’est pas tout car cette exploitation est aussi entouré par un système qui force les exploiteurs de ces corps à le faire sous le contrôle du consortium le plus puissant. Ainsi, c’est une concurrence féroce qui se met en place car chaque vaisseau découpant les Dieux veut la meilleure place. Mais ces places semblent clairement définies à l’avance et les dés sont donc pipés. Les plus grosses pièces sont réservées aux plus puissants.

Décorum classique

Et c’est toute cette situation là qu’exploitent Al Ewing et Simone di Meo dans un récit de vengeance classique. C’est un peu là que le bât blesse dans le récit. L’intrigue de vengeance est souvent le motif le plus simple pour insérer plein de thématiques. Ici, Georges Malik a vu sa famille périr dans un découpage de Dieu alors qu’ils sortaient de leur zone réservée. L’un des gardiens du consortium s’est alors trop rapproché et les vaisseaux ont explosé. Le système économique tordu a donc briser de nombreuses vies ce jour-là.

Néanmoins, le développement des personnages n’est pas vraiment efficace et très franchement, je ne suis pas parvenu à m’attacher à eux. Les quatre membres d’équipage et Paula sont des clichés ambulants, ne servant que de prétexte au développement des thèmes. Un poil dommage. Mais pas suffisant pour ne pas considérer We only… comme une très grande œuvre, marquante à souhait et avec un des cliffhangers les plus enthousiasmants de l’année !


Le contre-avis du Kit :

Après Invisible Republic et Invisible Kingdom, j’étais plutôt enthousiaste de voir arriver le prochain titre indé SF de HiComics. Surtout avec Al Ewing à l’écriture et Simone Di Meo aux dessins. Mais pour moi, malgré le pitch plus qu’intrigant, ce We only find them when they’re dead est une déception. Je n’ai pas été transporté par les aventures galactiques des membres du “Vihaan II”.

En effet, le récit est très verbeux, sans doute trop. Aucun des personnage de l’équipage n’a trouvé d’intérêt à ma lecture. Al Ewing qui m’avait énormément plus sur des titres comme Ultimates ou Immortal Hulk n’a pas réussi à leur donner un cachet et une attractivité. On a du mal à s’identifier à eux où l’un d’entre eux. Le concept de survie et de commerce autour des corps de Dieux Célestes (coucou Marvel) était bien trouvé mais la sauce ne prend pas dans un premier tome qui au contraire devrait se montrer prenant et addictif. Il n’en fut rien de mon côté.

Reste les magnifiques planches de Simone Di Meo (Tortues Ninja, Venom) dont le trait est fin et très précis. L’apport de la colorisation très lumineuse de Mariasara Miotti contraste avec le froid et l’obscurité spatiale. Le choix conceptuel pour l’édition VF de HiComics avec la couverture de Dan Mora est bien bien trouvé. Elle est très réussie.

En résumé, un space opera qui ne prend pas. Malgré un synopsis des plus intrigants, un récit décevant et peu prenant malgré sa partie graphique des plus abouti

 

Si vous aimez notre contenu et souhaitez nous soutenir, nous avons un Tipee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Thésard dans sa dernière ligne droite. Passionné de récits d'aventures (policier, SF, Fantasy, S-H...) que ce soit en Film, séries, jeux videos, romans et bien sur l'ensemble du 9e art !


Vos commentaires :

Accueil Forums We Only Find Them When They’re Dead tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #39713

      Avec We Only Find The When They’re Dead, HiComics a mis la main sur un véritable petit bijou de comics indé qui pourra plaire à la fois aux amateurs de mainstream que de récits d’auteurs. Al Ewing et Simone di Meo propose leur récit de SF personnel et intelligent qui fait mouche et donne furieusement envie de la suite !

      [Retrouvez l’article de loic-kernoutlook-fr à l’adresse We Only Find Them When They’re Dead tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.