Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Bitter Root Tome 3

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Un ton pessimiste qui change la perception des thèmes.
Des personnages qui évoluent bien.
Les dessins, toujours superbes.

Point(s) faible(s) :


Des changements brusques dans la narration.
Une fin qui n'en est pas vraiment une.


 
En résumé
 

Ce tome 3 de Bitter Root achève le premier cycle de la série. Un peu décevant mais il confirme l’importance de la série pour sa façon de traiter l’Histoire. Impressionnant visuellement, la narration est un peu en berne.

 
Infos techniques
 

Scénario : David F. Walker, Chuck Brown
Dessin : Sanford Greene
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Racine toujours amère

Ça y est, c’est la fin pour la famille Sangerye dans ce tome 3 de Bitter Root. Ou plutôt c’est une fin de cycle car l’ensemble amène surtout la fin des questionnements de cette famille autour de la haine et de sa résurgence sous des formes monstrueuses.

Une métaphore toujours brillante et pessimiste

Comme dans les deux tomes précédents, Bitter Root est avant tout une saga familiale où les membres ne sont pas d’accord sur les méthodes. Mais dans ce tome, on est face à une ambiance plus défaitiste, plus fataliste. Une nouvelle forme de monstre émerge sous la forme d’un arbre, contaminant tout le monde alentour.

Une fois de plus, c’est très intelligent puisque cela fait écho aux lynchages subis par les personnes noirs aux États-Unis à cette époque. Encore une fois, Bitter Root brille dans son évocation de la montée de la haine, inexorable en 1925,d’autant que les échos venant d’Europe ne sont pas rassurants. Comme dit juste avant, il y a donc fatalisme qui règne chez les Sangerye, d’autant que les arbres sont une menace incompréhensible et qui montre que la haine monte toujours, en adoptant une autre forme.

Mais il y a aussi de quoi espérer avec Berg. Le personnage évolue beaucoup, montrant une compréhension et une empathie profonde pour l’autre. Le développement des personnages se fait par petites touches. Ma Etta connaît une grande évolution, de la même façon que Sylvester qui achève son évolution ici ou au moins une première partie. Ma est dans l’héritage et la transmission comme toujours, donnant des raisons d’espérer malgré l’évolution de la haine. Mais ce développement est parfois un peu terni par une envie d’avancer trop vite.

Des développements parfois rapides

Effectivement, certains passages sont quelque peu écourtés, faisant des bonds dans le temps parfois très rapide et souvent trop. On manque parfois d’implication dans certains grands moments, notamment au milieu du tome. On a le sentiment que les artistes voulaient trop en dire, en faire et ont tenté de tout compresser dans le milieu du tome. Rien de profondément gênant mais un sentiment étrange peut nous envahir pendant la lecture de ces deux chapitres en milieu de tome. On saute d’une période à l’autre de façon un peu trop automatique, pour faire évoluer le propos mais en oubliant de développer les personnages et de nous impliquer plus dans leurs actions. Un poil dommage, donc.

Toutefois, là où le tome met encore tout le monde d’accord, c’est sur le côté graphique. Sanford Greene dépote. Il y a des idées de découpage (parfois littérales) partout, c’est d’un dynamisme totalement dingue, parfois trop car on peut se retrouve larguer face à la frénésie de mouvements. Mais il y a aussi un travail sur les visages fous. La fatigue de Ma est perceptible, l’empathie de Berg aussi par des jeux subtils dans les regards et les expressions faciales. C’est assez prodigieux et toujours dingue à regarder. Et que dire de la colorisation, éclatante, crépusculaire, toujours superbe.

Bref, ce tome 3 de Bitter Root est une belle conclusion à la série. Parfois fataliste, toujours intelligente dans son propos, le tome se perd parfois en rythme, avec trop d’idées qui apparaissent et peut-être trop peu de place. Rien de méchant, surtout que l’ensemble du tome, comme la série reste agréable à lire. C’est seulement un tome plus classique, moins impressionnant que les deux précédents.

 

Si vous avez eu un coup de coeur pour le comics, indiquez-le moi suite à la publication du calendrier de la semaine.

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
avis critique review

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Bitter Root Tome 3

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #41430
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Ce tome 3 de Bitter Root achève le premier cycle de la série. Un peu décevant mais il confirme l’importance de la série pour sa façon de traiter l’Histoire. Impressionnant visuellement, la narration est un peu en berne.

      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Bitter Root Tome 3]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.