Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] The Dying & The Dead Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Les idées folles de Hickman...

Point(s) faible(s) :


... qu'on a déjà vu ailleurs
Un début inutilement compliqué


 
En résumé
 

The Dying & The Dead est bourré d’idées folles comme Jonathan Hickman en a l’habitude. Pourtant, il semble que ce ne soit qu’un vernis qui dissimule une histoire très simple et des archétypes déjà utilisés dans les précédentes séries de l’auteur. Le prochain tome sera déterminant pour balayer ce sentiment de déception.

 
Infos techniques
 

Histoire : Jonathan Hickman
Dessin : Ryan Bodenhein
Couleur : Michael Garland
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

The Dying & The Dead, même pour du Hickman, c’est compliqué !

L’avis de Matt :

J

e suis assez friand des récits indés de Jonathan Hickman. J’ai adoré Nighty News, Black Monday Murder et East Of West sortis chez Urban Comics, j’ai un peu moins aimé Pax Romana pour sa fin bâclée et je suis admiratif de la (dé)construction qu’il a pu mettre en place chez Marvel au travers de titres comme The Ultimates, Fantastic Four, Avengers ou évidement Secret Wars.

Pourtant, il faut reconnaître que l’auteur n’a pas un style facile à approcher. Il joue souvent avec des concepts complexes qu’il noie dans une narration ou une patte graphique particulière. Ses BD sont parsemées de plans ou de logos qui sont autant d’indices à prendre en compte pour aborder son récit. Et pourtant, j’aime bien Hickman. C’est dense, bourré d’idées folles, parfois extrêmement novatrices. J’ai donc appris à faire confiance à l’auteur et à plonger dans ses histoires, frisant la noyade sous une tonne d’informations qu’il faudra au fil des pages remettre dans le bon ordre.

Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça ? Parce que même pour Hickman, The Dying & The Dead c’est compliqué.

Histoire simple, narration complexe

J’ai attaqué The Dying & The Dead avec l’expérience du vieux lecteur. Café, confort, lumière douce… Je sais que commencer une série de Jonathan Hickman est une épreuve. Celle-ci se révèle particulièrement corsée. J’ai traversé les premiers chapitres sans saisir ce qu’il s’y passait. Les scènes s’enchaînent, semblant n’avoir aucun lien entre elles.
Complot et organisation secrète alternent avec des clones, un trésor nazi, un ancien soldat, des créatures millénaires et une victime du cancer s’y entremêlent. Il faudra passer cette somme d’éléments pour découvrir une histoire au goût relativement classique puisque The Dying & The Dead 

mini-SPOILER – cliquer ici pour le lire

raconte simplement l’histoire d’un groupe de soldats qui doit aller reprendre un objet à des méchants qui l’ont volé.

Cette histoire n’est alors qu’un prétexte à explorer les marottes de l’auteur. Hickman nous parle alors de rédemption, d’au-delà, d’amour et de sacrifice comme il le fait souvent. J’ai regretté qu’un début de livre aussi complexe serve une histoire un peu classique. Il y avait moyen de rendre le premier contact avec ce livre moins compliqué. John, tu risques de perdre tes lecteurs.

Heureusement, les dessins de Ryan Bodenhein se montrent accrocheurs. La première scène du livre est particulièrement réussie et m’a accroché pour la suite. Les différentes scènes d’action tout comme les moments plus calmes profitent de cadrages audacieux qui donnent du dynamisme à des pages dont la découpe est parfois un peu sage. Il y a en plus un jeu sur les couleurs qui distillent des indices supplémentaires quant à l’avancée du récit.
Ça vous rappelle The Manhattan Projects ? Moi aussi…

Un best-of de ses autres séries

On en vient au gros problème de ce titre : Le manque d’originalité.
Globalement, le lecteur averti aura l’occasion de retrouver ici des éléments propres aux autres séries de l’auteur. Hickman réutilise des idées de narration et des archétypes de personnages qu’on a pu voir ailleurs. Si on ajoute à ça le fait que le pitch soit simpliste mais caché sous une montagne de complexité, on tient peut être là un titre en demi-teinte pour l’auteur.
Le prochain tome sera alors déterminant. Soit Jonathan Hickman s’est bien ri de moi et l’histoire va partir dans une toute nouvelle direction, soit le titre sera une déception faute de surprise ou d’originalité.

La note de Matt :

 

 

L’avis de Comics Grincheux :

T

he Dying & The Dead est l’une des dernières créations de Jonathan Hickman. Autant que vous le sachiez d’emblée, la série est en pause depuis de longs mois aux Etats-Unis. Six numéros sur les dix qui doivent la composer sont sortis mais l’avenir des quatre derniers numéros est pour le moment incertain… Ce premier tome regroupe les cinq premiers numéros d’une série passionnante pour les fans de son auteur mais qui risque de vous laisser sur votre faim.

Ce qui frappe d’emblée, c’est la manière dont l’auteur éclate les codes de la narration et brouille les pistes dans son premier chapitre. On a l’impression d’être dans Le Parrain ou dans Voyage Au Bout de l’Enfer avec un mariage dans lequel on débarque sans trop savoir ni comprendre qui sont tous les personnages. On assiste à des séquences qui, de prime abord, n’ont ni queue ni tête. On est ensuite projetés dans plusieurs scènes où les choses commencent à se mettre en place mais où tout est suggéré par les dessins, les relations entre les personnages, les desseins de chacun, etc. Comme souvent chez l’auteur, les dialogues sont des tiroirs dans lesquels il glisse pêle-mêle des informations sur la psychologie des personnages et sur les concepts qu’il commence à créer. Comme pour Black Monday Murders, c’est à une véritable extase de création que l’on assiste. L’auteur et son dessinateur, Ryan Bodenheim nous expédie dans un nouvel univers qui explore les secrets de l’humanité et met à jour des peuples étranges dont seuls certains individus ont connaissance. Il faut alors accepter d’être embarqué dans ce voyage dans des territoires inconnus et où la compréhension ne sera pas immédiate. Peut-être que certains éléments de l’intrigue ne seront pas expliqués et resteront des détails. L’intrigue que construit Hickman est claire, nette et il y a un objectif clair : le héros est vieux, sa femme est au bord de la mort et il doit accomplir une mission pour la sauver pour le compte d’immortels. Afin de réussir, il va recruter des anciens camarades soldats pour se lancer dans cette mission.

Chacun des membres de cet escadron de vieux hommes, fatigués et plus vraiment frais a un caractère bien défini qui donne une version grabataire des Sept Samouraïs. Au fond, le récit cherche à interroger notre rapport individuel à la mort, à la vieillesse et le désir que l’on a tous d’y échapper. Le problème, c’est que le récit n’est pas vraiment passionnant à suivre. Il est très agréable, les dessins sont superbes et Ryan Bodenheim a le temps d’exprimer la mesure de son talent à de nombreuses reprises. Mais passé la découverte dans le premier chapitre, on retombe dans une construction classique avec recrutement des différents protagonistes, flash-backs expliquant leur relation et, alors que l’histoire semble partie pour devenir intéressante, le tome se termine. Puis, comme je sais que la fin n’est pas assurée d’arriver, ma frustration a fait place à une interrogation : Pourquoi avoir fait le choix d’une telle publication ?

The Dying & The Dead n’est pas l’oeuvre la plus marquante de son auteur. Classique pour quiconque connaît l’auteur, l’histoire n’en reste pas moins agréable à suivre grâce à l’aura particulière qui entoure les récits de Jonathan Hickman. Le problème le plus évident, c’est que la série est censée se terminer dans un deuxième tome dont l’existence est incertaine, ce qui risque de frustrer de nombreux lecteurs, dont moi.

La note de Comics Grincheux :

 

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Matt est animateur et producteur en radio et en télé depuis 2006. Autodidacte, il lance plusieurs programmes dont C'est Quoi Ton Job ? ou L'Upperground, récompensés par des prix nationaux. Avec La Sélection Comics, il parle de BD américaine au plus d'1.3 million d'auditeurs de Sud Radio, Vibration, Voltage et beaucoup d'autres. Il est le fondateur de LesComics.fr.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] The Dying & The Dead

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Matt, il y a 3 semaines et 5 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #20732

    Matt
    Admin bbPress

    The Dying & The Dead est bourré d’idées folles comme Jonathan Hickman en a l’habitude. Pourtant, il semble que ce ne soit qu’un vernis qui dissimule une histoire très simple et des archétypes déjà utilisés dans les précédentes séries de l’auteur. Le prochain tome sera déterminent pour balayer ce sentiment de déception.

    [Retrouvez l’article de matt à l’adresse [Review] The Dying & The Dead]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.