Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Vanish tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Scénario défouloir bien nerveux
Dessin éclaboussant
Bel hommage aux 90's

Point(s) faible(s) :


Pas très cérébral
Des ficelles un peu grosses


 
En résumé
 

Oliver est un ancien héros. Issu d’un monde magique, lorsqu’il était ado, il a vaincu le mal absolu : le mage Vanish. Désormais adulte et réfugié sur Terre, il comprend que la plus grande équipe de justiciers est composée des anciens acolytes de Vanish. Ils usent de leur magie pour se faire passer pour bienfaiteurs.

 
Infos techniques
 

Scénario : Donny Cates
Dessin : Ryan Stegman
Encrage : J.P. Meyer
Couleur : Sonia Oback
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

 


Un récit décapant

Vanish tome 1 est un récit de super-héros/fantasy de Donny Cates (scénario) et Ryan Stegman (dessin). Oliver vient d’une dimension où la magie est une force dominante. Alors enfant il est mage-guerrier. Bravant les interdits de son monde il a éradiqué le mal. Oliver a tué le sorcier Vanish, responsable de la mort de ses parents. Libéré des règles contraignantes de leur univers, les habitants de la dimension magique sont venus s’installer dans la nôtre. Désormais adulte, Oliver tombe nez à nez avec un super-héros. Il comprend alors que la plus grande équipe de justiciers de cette Terre est composée des anciens acolytes de Vanish. Ceux-ci usent de leur magie et se font passer pour des héros bienfaiteurs. Oliver se lance alors dans une quête de vengeance irraisonnée.

Vanish tome 1 est proposé au prix de lancement (novembre 2023) de 10 euros pour 120 pages par les édition Urban Comics.

Un titre qui sent bon les années 90

En tombant sur la couverture de Vanish tome 1, j’ai eu l’impression d’avoir un nouveau volume de The Darkness dans les mains. Le carac design du héros de Vanish n’est pas sans rappeler Jackie Estacado. La comparaison s’arrêtera là. En effet si l’on peut trouver quelques autres points communs entre les deux titres, Vanish propose un univers totalement différent. Donny Cates fait la part belle à l’action. Il permet à Ryan Stegman de laisser son talent s’exprimer dans les scènes sanguinolentes, qui ne manquent pas ! On est dans le (beau) défouloir, pas trop prise de tête qui m’a rappelé ce que j’aimais lire dans les années 90 !

Harry Potter sous amphèt’

Le début n’est pas sans rappeler l’univers d’Harry Potter, avec ses jeunes gens au service de la magie, avec ses “citoyens” qui ignorent tout de l’existence d’un monde mystique. Mais on va bien vite passer à un récit plus adulte, où le personnage principal semble avoir mal vécu son statut de héros. Bien que très bourrine et basique, Donny Cates met en place quelques pions pour donner de la profondeur à son histoire. Notamment au travers de la souffrance et du poids que ressent Oliver sur ces épaules. Le souci est que les ficelles semblent un peu grosses et que la direction que prend le scénario semble très prévisible. Peut-être que je me trompe, mais je m’attends à un climax de fou avec une révélation à se faire décrocher la mâchoire dans les tomes qui arrivent. Or, ce shocker, je pense que tout le monde l’a vu venir depuis le premier tiers de l’ouvrage. Cela risque de faire un plouf.

Un Steg bien saignant

Ryan Stegman est comme un poisson dans l’eau dans ce récit ou la tripe à la sortie facile. Son style dans les éclaboussures et l’éviscération n’est d’ailleurs pas sans rappeler celui d’un autre Ryan, Ottley. Et c’est un compliment car le co-papa d’Invincible a ébloui nos rétines nos bien des bastons de la série de Robert Kirkman. Dans Vanish, Stegman nous livre lui aussi un dessin qui sent bon les années 90, avec des petits relents de Todd MacFarlane dans le caracter design des persos. Grands yeux, nez acérés, costumes luisants en cuir près du corps. Je vous le dis, un véritable revival. Vanish c’est un peu le crop-top des comics en fait.

 

Bref, Vanish tome 1 est un récit sympathique qui rappelle le meilleur des années 90 : pas trop cérébral mais magnifique et dynamique. Donny Cates a de quoi donner de la profondeur à son récit, en espérant juste que les facilités scénaristiques que l’on peut déplorer ne soient qu’un brillant stratagème pour nous embrouiller.

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Arrowsmith Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #45474
      Nico
      Participant

      1915. L’Europe est en guerre. Mais pas une guerre comme on la connaît. En effet, la magie et les créatures fantastiques font partie intégrantes de ce monde, et jouent un rôle primordial dans les combats. Fletcher Arrowsmith s’engage dans les Unites d’Élites Aérienne. Après une rapide formation, il part à la guerre.

      [Retrouvez l’article de nico à l’adresse Arrowsmith Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.