Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] The Old Guard Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
5 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un récit haletant
Une intrigue captivante

Point(s) faible(s) :


Des personnages trop lambdas
Des scènes qui perdent leur intérêt


 
En résumé
 

The Old Guard a été une très bonne lecture mais pas dans le fond et la forme que j’attendais. Même s’il faut lui reconnaître beaucoup de qualités, certains défauts restent présents malgré tout à mes yeux et ces derniers ne sont pas négligeables pour autant. Malgré tout, ceux-ci sont principalement dus à des attentes très élevées de ma part quand je vois le nom du scénariste.

 
Infos techniques
 

Histoire : Greg Rucka
Dessin : Leandro Fernandez
Couleur : Daniela Miwa
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 semaine par

 
Dans le détail...
 
 
 

Immortels !

Quand on est immortel, on a tout le temps d’apprendre qu’il existe pire que la mort… Depuis des siècles, Andy et sa bande de guerriers immortels œuvrent dans l’ombre, proposant leurs services à ceux qui peuvent se les offrir. Mais à l’ère d’internet où l’information circule tous azimuts, l’immortalité devient un secret difficile à garder. Et la routine immémoriale d’Andy et des siens bascule le jour où ils rencontrent une de leur semblable servant dans les Marines et que la vérité à propos de leur identité risque d’être révélée.

L’avis de Dram00n :

Avec un postulat de départ assez simpliste, j’ai tout de même été happé par l’histoire de The Old Guard et malgré quelques déceptions sur lesquelles je vais revenir, le titre présente certaines qualités indéniables. Traiter de l’immortalité a toujours été assez risqué dans l’idée à la fois parce que c’est un thème vu et revu mais également parce que certains codes peuvent très vite apporter des incompréhensions.

Greg Rucka est un auteur que j’apprécie énormément. Il est aujourd’hui l’un des meilleurs dans les récits policiers et surtout présente une forte aisance à écrire des personnages féminins assez charismatiques. Et pour le coup, dans The Old Guard, ce n’est pas le cas, ou devrais-je dire, pas à la hauteur du travail qu’il a déjà réalisé par le passé (je pense notamment à Rowan Black ou surtout à Tara Chase). Même s’ils sont intéressants à suivre sur le moment, les protagonnistes représentent l’une de mes déceptions à la lecture du titre, ils sont très vite oubliables et ne sont pas marquants. Cette remarque est à remettre dans le contexte du nom de l’auteur car un personnage “quelconque” de Greg Rucka reste bien mieux travaillé qu’un personnage fort de certains scénaristes. Pourtant, l’immortalité donne de la matière pour avoir un background conséquent sur le personnage et ici, même si on nous explique qu’ils se sont adaptés au monde (apprenant toutes les langues, les différentes méthodes pour tuer,…) on ressent des personnages déconnectés de ce dernier.

L’intrigue de The Old Guard tourne principalement autour de cette immortalité et du devoir de garder cette faculté secrète pour notre groupe de héros. Idée intéressante quand on est au XXIe siècle et donc à l’ère du digital. C’est justement ce postulat de départ qui m’a fortement intrigué mais que je n’ai pas trouvé complètement abouti. Je m’explique, lorsque l’on utilise des personnages immortels, certains codes scénaristiques deviennent obsolètes. Il n’est plus vraiment possible d’installer une tension quant à une mort d’un personnage par exemple. Ainsi, certaines scènes ont perdu de leur intensité et de l’intérêt par ce paramètre. Mais pour garder une tension dans l’intrigue, certains ressorts scénaristiques ont été installés par rapport à cette immortalité, mais trop vite à mon goût et il devient confus de comprendre comment ces pouvoirs fonctionnent.

Pour autant, il faut reconnaître à The Old Guard que je suis resté malgré tout intrigué tout au long de ma lecture. A la fois parce que je reste admiratif de la qualité d’écriture de Rucka mais surtout parce que l’histoire reste palpitante. Mon exigence créée par le nom de l’auteur altère forcément mon jugement mais le fait que j’ai lu ce récit d’une traite sans poser le livre une seule seconde et sans m’ennuyer reste significatif d’une œuvre de qualité malgré tout.

Le travail de Leandro Fernandez est très appréciable et me rappelle fortement le style d’un dessinateur tel que Eduardo Risso. Etant fan du second, j’ai pris plaisir dans les pages du premier nommé. Le travail sur les ombres est vraiment intéressant et la construction des pages est très bien pensée. Certes le style est particulier, mais il est loin d’être un frein. Mon principale reproche étant le manque de fond dans les décors. On retrouve beaucoup de fond unis qui ne donnent pas assez de relief et de profondeur aux différentes situations.

The Old Guard a été une très bonne lecture mais pas dans le fond et la forme que j’attendais. Même s’il faut lui reconnaître beaucoup de qualités, certains défauts restent présents malgré tout à mes yeux et ces derniers ne sont pas négligeables pour autant. Malgré tout, ceux-ci sont principalement dus à des attentes très élevées de ma part quand je vois le nom du scénariste.

La note de Dram00n :

 

L’avis de Comics Grincheux

V

ous commencez à le savoir, chez LesComics.fr, on aime beaucoup les œuvres de Greg Rucka, scénariste brillant, capable de se réinventer et sortir de son genre de prédilection qu’est le polar comme l’ont prouvé Lazarus et maintenant The Old Guard.

Cette vieille garde se compose de cinq individus : deux femmes et trois hommes, tous et toutes soldats mais surtout immortels. Le récit se déroule à notre époque mais par à-coups, des flashbacks nous expliqueront leur passé et comment ils en sont arrivés à leur situation présente.

La première grande qualité, c’est le traitement différencié de l’immortalité. Les cinq individus abordent la situation très différemment mais c’est la cheffe, Andy qui a le tempérament le plus classique dans ce genre de cas. Elle est en effet profondément épuisée par sa vie éternelle, ce qui s’explique car elle est aussi la plus vieille des cinq. Mais elle reste motivée par son statut de leader et s’engage coûte que coûte à aider ses frères et sœurs d’armes. Ensemble, ils sont des mercenaires et c’est lors d’une mission risquée qui s’avère être un piège que l’on découvre le scénario qu’a tissé Greg Rucka, entre grosse action vitaminée, construction des personnages magistrale et rebondissements efficaces.

Les autres camarades ont donc une approche différente de leur immortalité, entre profond désarroi et pleine jouissance de leur situation. Les profils psychologiques sont clairement établis et l’auteur parvient à éviter les clichés habituels de ce genre d’élément. Ainsi, si le récit reste avant tout une histoire d’action, elle est suffisamment bien travaillée pour que le lecteur soit surpris et emballé par le comics. De même que le traitement de l’immortalité est très efficace. Si Dram00n relevait des problèmes avec cet aspect, ça n’est pas mon cas. Au contraire, les moments dramatiques viennent apporter du relief à la personnalité des personnages, montrant qu’ils ne savent pas réellement comment leur capacité de survie fonctionne véritablement.

L’intrigue étant narrée par Andy, Greg Rucka offre alors une fois de plus une héroïne forte à son panthéon personnel. Bien différente de ses autres héroïnes, elle est en proie à un spleen permanent, comme un fantôme errant sur Terre en continuant à faire la seule chose qu’elle sait faire. Elle traîne son immortalité comme une fatalité et une malédiction, jusqu’à ce qu’elle parvienne à rebondir. La narration de l’auteur est d’une efficacité hors-normes. En plus de vingt pages, il parvient à faire avancer son intrigue ainsi qu’à creuser et travailler les relations entre les personnages, montrant avant tout leur humanité, permettant ainsi de s’attacher facilement à eux.

Encore une fois, je ne suis pas d’accord avec Dram00n, ce qui tendrait à confirmer qu’il lit mal les comics et que vous ne devriez surtout pas suivre ses avis !

Du côté des dessins, Leandro Fernandez est un complice de rêve. Son dessin à mi-chemin entre Eduardo Risso, Gabriel Bà et Fabio Moon est d’une efficacité dingue dans le découpage et la séquencialisation de l’action. On se retrouve immergé dans les batailles livrées par nos héros. Les couleurs très vives évitent de laisser l’histoire sombrer dans la déprime que l’on pourrait attendre.

Bref, The Old Guard est encore une grande réussite de la part de Greg Rucka. Une fois de plus, il nous livre une héroïne forte et charismatique accompagnée par une galerie de personnages attachants et très bien développés. L’action est présente, le rythme hyper maîtrisé et les dessins sont superbes. En gros, achetez-le, vous ne serez pas déçus !

La note de Comics Grincheux :

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] The Old Guard Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Dram00n, il y a 1 semaine et 2 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #24596

    Dram00n
    Modérateur

    The Old Guard a été une très bonne lecture mais pas dans le fond et la forme que j’attendais. Même s’il faut lui reconnaître beaucoup de qualités, certains défauts restent présents malgré tout à mes yeux et ces derniers ne sont pas négligeables pour autant. Malgré tout, ceux-ci sont principalement dus à des attentes très élevées de ma part quand je vois le nom du scénariste.

    [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse [Review] The Old Guard Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.