Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Queen & Country Intégrale 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
4 votants

 

Point(s) fort(s) :


L'approche psychologique
Les personnages
Le rythme


 
En résumé
 

Queen & Country est une franche réussite. Le travail développé par Rucka est remarquable de réalisme et j’ai trouvé son écriture des personnages très intéressante. Construit avec certains de ses ingrédients fétiches, Queen & Country fait ce qu’il y a de mieux dans le genre et Rucka nous rappelle ici pourquoi il fait parti des meilleurs.

 
Infos techniques
 

Histoire : Greg Rucka
Dessin : Leandro Fernandez, Steve Rolston, Brian Hurtt
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 29 mars 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

Touché ! Coulé !

Dans l’arrière-cour des ambassades, des accords sont passés qui permettent aux puissants de le devenir encore plus en s’appuyant sur la masse des sans-grades qu’ils manipulent. Et il y a ceux qui marchent sur la ligne de démarcation de ces deux mondes, essayant de ne pas sombrer du côté ténébreux. Tara Chace est de ceux-là. Membre d’une section spéciale des services secrets, elle entre en scène en dernier recours pour faire le sale boulot…

L’avis de Dram00n : 

Queen & Country est le mélange entre l’excellente série TV MI-5 (Spooks dans sa version originale) et la meilleure série française de ces dernières années : Le Bureau des Légendes. Dans ce comics, Greg Rucka traite de l’espionnage, mais aborde encore plus en profondeur l’évolution psychologique des personnages, l’impact des missions sur ces agents qui semblent être intouchables aux premiers abords.

Le talent de Greg Rucka est d’écrire des personnages qui ont tout pour être invincible sur le paraître (des immortels dans The Old Guard, les super-héros, Dex dans Stumptown), une image de façade car ils sont remplis de failles. Finalement, le principe du personnage de l’agent secret se prête superbement bien à l’écriture de Greg Rucka. Il écrit ici des personnages principaux qui sont les meilleurs dans leur domaine, une forme d’élite de la nation, mais qui subissent finalement leur travail. Ces derniers portent le poids de la culpabilité de la mort mais surtout de la souffrance qu’ils engendrent. Il nous livre donc la difficulté pour eux de dormir, de vivre avec quelqu’un ou d’avoir des relations intimes quand lorsque l’on ferme les yeux, on voit des cadavres et du sang. Queen & Country se démarque grandement par l’approche purement psychologique des personnages (l’un d’eux est notamment une psychologue) et caractérielle.

Outre cette écriture des personnages, selon moi, la principale force de Queen & Country est la maîtrise du rythme par Rucka. Lorsque l’on parle d’œuvres d’espionnage populaires, on retrouve souvent des œuvres dans le genre de l’action. Or, l’espionnage est quelque chose de plus long, de plus lent, il faut que tous les pions se mettent en place et que tous les cas du plan soient étudiés. Ce qui est appréciable dans les deux séries que j’ai citée précédemment et dans Queen & Country, c’est qu’elles prennent le temps d’installer les éléments, l’organisation et tout l’envers du décor. On retrouve un rythme plus réaliste, plus vraisemblable et qui donne une vraie idée du fonctionnement d’une cellule de contre-espionnage que beaucoup d’autres œuvres d’aujourd’hui.

Le titre est doté de plusieurs autres points forts, comme l’écriture des personnages féminins (ingrédient phare des œuvres de Rucka), une introduction très rapide qui nous plonge tout de suite dans le cœur du sujet et finalement un contexte très vite mis en place qui ne surcharge pas le lecteur d’un flux de données trop important.

Pour ce qui est des dessins, on est sur du noir et blanc avec trois dessinateurs différents (Leandro Fernandez, Steve Rolston et Brian Hurtt). Pour autant, chaque dessinateur travail sur un arc complet à chaque fois et les différences entre chaque style ne se ressentent pas tant que ça. Le style global des dessins ne sera pas du goût de tout le monde, on n’est très loin d’un style très réaliste en terme de traits comme des proportions, mais l’aspect graphique du titre reste adéquat au scénario. Queen & Country ne ravira pas tout le monde sur les dessins.

Queen & Country est une franche réussite. Le travail développé par Rucka est remarquable de réalisme et j’ai trouvé son écriture des personnages très intéressante. Construit avec certains de ses ingrédients fétiches, Queen & Country fait ce qu’il y a de mieux dans le genre et Rucka nous rappelle ici pourquoi il fait parti des meilleurs.

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums Queen & Country Intégrale 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Dram00n, il y a 7 mois et 4 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #26818

    Dram00n
    Modérateur

    Queen & Country est une franche réussite. Le travail développé par Rucka est remarquable de réalisme et j’ai trouvé son écriture des personnages très intéressante. Construit avec certains de ses ingrédients fétiches, Queen & Country fait ce qu’il y a de mieux dans le genre et Rucka nous rappelle ici pourquoi il fait parti des meilleurs.

    [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse Queen & Country Intégrale 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.