Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Farmhand Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Dessin dynamique
Thème original
Humour

Point(s) faible(s) :


Intrigue qui s'éparpille un peu


 
En résumé
 

Farmhand est un excellent titre indépendant abordant des thèmes sérieux sur un ton léger, servi par un dessin dynamique fourmillant de détails humoristiques. Même si l’intrigue semble rapidement partir dans toutes les directions, gageons que tout finisse par prendre du sens dans les volumes à venir.

 
Infos techniques
 

Histoire : Rob Guillory
Dessin : Rob Guillory
Couleur : Taylor Wells
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Un titre attendu de pied ferme

Ezekiel Jenkins tente de se rapprocher de son père, Jedidiah, fermier de Louisiane, avec qui il est fâché depuis de nombreuses années. De retour sur ses terres natales, Ezekiel se rend compte que la modeste ferme de son enfance a bien changé. Désormais à la pointe de la technologie, bénéficiant de protocoles de protection avancés, la ferme Jenkins développe des cultures hybrides révolutionnaires de plantes et d’organes humains à visée médicale. Ce procédé est rendu possible grâce à Jedidiah qui dit avoir vu en rêve un étrange modèle correspondant à une cellule souche humano-végétale. Ezekiel apprend rapidement à ses dépens que la découverte de son père est convoitée par de dangereuses personnes et nimbée de secrets qui semblent plus mortels encore.

L’avis de Prime Sinister

Grand amateur de comics indépendants, Tony Chu est l’un de mes titres préférés (assurément dans mon top 3). Lorsque je lus les premières pages en VF de Farmhand à l’occasion du FCBD 2019 (je remercie au passage la libraire Aux Bonheur des Ogres de Lyon 9e de m’avoir fourni l’ensemble des titres de cet événement), je fus ravi de retrouver le trait de Rob Guillory et je retrouvai à la lecture de cette dizaine de pages, l’ambiance que j’aimais tant dans Tony Chu.

Après un été d’attente, le titre sortit enfin et je le lus d’une traite. Alors je risque d’être relou, mais difficile de ne pas comparer sans cesse le titre à Tony Chu. Pourtant, le titre se démarque par bien des aspects. Déjà, il s’appelle Farmhand et pas Tony Chu. Blague à part, les thèmes abordés y sont relativement différents. On se retrouve ici face à une critique acerbe des industries pharmacologiques et de l’éthique quant aux expériences menées sur les humains et les animaux. Certes, le ton employé demeure plutôt léger et très humoristique, mais le fond y est et l’on peut avoir une double lecture de ce qui y est relaté. De plus, en y réfléchissant bien, le nœud de l’intrigue ne demeure pas tant dans les mystères autour de cette ferme et de ses recherches que dans les interactions entre les membres de cette famille dysfonctionnelle. Rob Guillory parvient à donner une profondeur à ses personnages en utilisant la complexité de leurs liens, ce à quoi s’additionnent les secrets qu’ils cachent. Totalement dans l’implicite, l’auteur-dessinateur distille au compte-goutte les informations quant aux rapports houleux entre Ezekiel et Jedidiah qui pourtant sont le socle de l’histoire. Cela est plutôt agréable et l’on a ni l’impression d’être maintenu dans le flou, ni l’impression que les choses vont trop vite. Ce n’est malheureusement pas le cas de l’intrigue qui prend rapidement une multitude d’embranchements et s’éparpille trop rapidement. Trop rapidement pour le confort du lecteur que je suis qui eut du mal à s’intéresser, à se questionner, à essayer d’étayer des hypothèses. En effet, entre complots industriels, secrets familiaux, expériences scientifiques interdites, machinations politiques et ésotérisme, on a un peu l’impression que Rob Guillory nous a sorti le catalogue de tout ce qu’il apprécie et l’on peine à voir où il souhaite nous mener. Et les comics, c’est comme la décoration intérieure, on peut pas mettre tout ce que l’on aime.

Concernant le dessin, je pense qu’il peut ne pas plaire à tout le monde, mais personnellement, j’adore. Le trait est volontairement très orthogonal, avec des personnages aux membres et aux visages anguleux. Les expressions des visages sont très exagérées, à grand renfort d’yeux exorbités et de langues pendantes. Cela contribue à donner au titre une ambiance avant tout comique. Rajoutons à cela une multitude de petits détails humoristiques et de clins d’œil habilement dissimulés dans les compositions, qui renforcent l’aspect humoristique. Cela ne nuit en rien au suspens et aux enjeux plus dramatiques évoqués précédemment. Ce sera ma dernière comparaison avec Tony Chu, mais il semble que Rob Guillory ait bien saisi l’atmosphère si particulière à Tony Chu et ait eu le génie de réussir à se la réapproprier pour son œuvre en solo ici.

Bref, Farmhand est un excellent titre indépendant. Le dessin dynamique et fourmillant de petits détails savoureux et l’histoire abordant des thèmes sérieux sur un ton léger sont les grandes qualités de Farmhand. Même si l’intrigue semble rapidement partir dans toutes les directions, gageons que tout finisse par prendre du sens dans les volumes à venir, un peu comme dans Tony Chu.

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Farmhand Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 1 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #29996

    PrimeSinister
    Modérateur

    Farmhand est un excellent titre indépendant abordant des thèmes sérieux sur un ton léger, servi par un dessin dynamique fourmillant de détails humoristiques. Même si l’intrigue semble rapidement partir dans toutes les directions, gageons que tout finisse par prendre du sens dans les volumes à venir.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Farmhand Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.