Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Lady Killdare Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Des dessins somptueux.
Un univers intéressant.
Des personnages bien développées.

Point(s) faible(s) :


La fin du premier récit trop rapide.
Le manque de cohérence dans la dernière page du second récit.


 
En résumé
 

Ce tome 1 du comics Lady Killdare est une lecture agréable. Loin d’une redite de Fables par exemple, on y découvre un univers riche, plein de possibilités. Les trois histoires (dont une non illustrée) sont efficaces et les dessins de grandes qualités. Le format court des récits peut cependant être frustrant.

 
Infos techniques
 

Scénario : Brian Holguin
Dessin : Brian Haberlin, Jay Anacleto, Roy Martinez
Couleur : Brian Haberlin, Drew & Alex
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Lady Killdare, personne n’oubliera jamais ton nom !

Les fées, les elfes, les démons et les magiciens existent. Et certains ont quitté leur monde pour s’installer parmi nous en secret. À New York, en Angleterre ou ailleurs, ils se mêlent à la population et profitent des fêtes et plaisirs des humains. Mais aujourd’hui, il semblerait que quelqu’un cherche à assassiner les créatures de Faerie
Oui, vous aussi vous l’avez, ce petit goût de “ça ressemble un peu à Fables ? Outre qu’il est le nom de la protagoniste principale, Lady Killdare est un comics qui va jouer également à mettre des êtres venus de récits et légendes au cœur de notre monde et société. Ce conte de fée là vit-il longtemps et heureux ? Tout dépend du point de vue.

Les jolies choses

Une fois n’est pas coutume, je vais commencer par aborder le dessin. Je confesse avoir peu lu de Fantasy, et pourtant, j’ai toujours été fasciné par cet univers au travers le dessin. Ce sont souvent des mondes qui m’ont transporté, juste par le biais de “simples” illustrations. Et, bien sûr, j’ai rêvé devant nombre de figurines de dragon, de fée, d’elfes … Bref, tout ça pour dire que dès le départ, j’en attendais du dessin ! Alors forcément, les fées dans New York, c’est loin d’avoir le côté féerique des plaines d’Irlande. Mais j’ai été assez vite conquis par les planches, bien fournies et propres.

D’ailleurs, dès les premières pages, nous sommes dans une soirée aux nombreux invités et le niveau est donné. Souvent dans une multitude de personnages, l’accent est mis sur le principal, les autres manquant de détails. Ici, ce n’est pas le cas, et chaque personnage, qu’importe la case, est soigné et expressif. On ressent à les regarder le type de soirée qu’ils passent. Et du tout long des deux histoires présentes dans ce tome, les dessins sont de qualité.

Alors, je sais pas si c’est le contrat quand on fait de la Fantasy, mais on notera une certaine sexualisation des protagonistes, et les (trop) traditionnelles fées vêtues de trois bouts de feuille sur quelques cases (ce doit être la communion avec la nature ?). Cependant, c’est bien le seul défaut des dessins de Jay Anacleto , Brian Haberlin et Ray Martinez. D’autant que la colorisation magnifie les dessins et parfait l’ambiance du titre. Brian Haberlin maîtrise son sujet et nous transporte autant dans les lieux que les ambiances par son choix de couleurs et ses jeux de lumières.

Un scénario classique mais efficace

Brian Holguin fait, dans la première partie (quatre numéro), dans le classique comme vous l’avez lu dans le synopsis. Ce schéma de faire planer une menace sur une communauté afin de permettre son introduction est toutefois écrite très correctement. Le meurtre de plusieurs créatures féeriques justifient la présentation des créatures ayant choisi de vivre dans notre monde, mais également de brièvement découvrir leur monde d’origine. En quatre numéros, il livre une trame assez condensée, mais parvient à tenir un bon rythme entre présentation des protagonistes, de l’univers et le déroulé de l’histoire. Toutefois, il y a de nombreux personnages, et parfois, on se demande s’il est vraiment nécessaire de les invoquer à ce moment de l’histoire. Le format de l’arc en quatre numéro peut également donné un aspect précipité et facile au final.

Le second récit se compose uniquement de deux numéros. Le rythme parait cependant mieux maîtrisé sur cette histoire courte. Dans le passé de Lady Killdare, à Londres, au cours d’un spectacle de “créatures”, celle-ci va constater qu’un véritable ange est retenue prisonnière. Son objectif sera bien-sûr de la libérer. On en découvre un peu plus sur l’univers du récit, de nouveaux protagonistes. Je reste cependant assez sceptique dans la cohérence de l’univers avec les dernières pages. En effet, elles me paraissent en contradiction avec des détails du premier récit sur le monde des fées.

Ce tome 1 du comics Lady Killdare est une lecture agréable. Loin d’une redite de Fables par exemple, on y découvre un univers riche, plein de possibilités. Les trois histoires (dont une non illustrée) sont efficaces et les dessins de grandes qualités. Le format court des récits peut cependant être frustrant.

 

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ombre planant au dessus de Lescomics City, traquant sans répit les fautes dans les ruelles de nos articles. Et de temps en temps, il prose sa patte également.


Vos commentaires :

Accueil Forums Lady Killdare Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #39091
      ChtiDkois
      Participant

      Fantasy, welcome to world ! ou Lady Killdare, personne n’oubliera jamais ton nom ! Les fées, les elfes, les démons et les magiciens existent. Et certa
      [Retrouvez l’article de chtidkois à l’adresse Lady Killdare Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.