Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Fables Intégrale 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


L'incorporation des personnages de contes
les intrigues


 
En résumé
 

La communauté des Fables est secouée par la disparition sanglante d’un de leur membre. Cherchez qui et pourquoi avec le Grand Méchant Loup et Blanche Neige.

 
Infos techniques
 

Histoire : Bill WILLINGHAM
Dessin : Mark BUCKINGHAM
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 25 janvier 2018 par

 
Dans le détail...
 
 

Il était une fois

Les personnages de contes de fées sont chassés de leur royaume par l’Adversaire, ils trouvent refuge à New-York. Retrouvez la communauté des fables en pleine ébullition, Rose Rouge aurait été assassiné, par qui ? pourquoi?

L’avis de Ben :

Fables est un des gros titres de la dernière décennie, 25 tomes paru chez différents éditeurs en France : Semic, Panini et Urban entre 2004 et 2016. La série a été à plusieurs reprises primée lors de la remise annuelle de prix Will Eisner. De quoi éveiller ma curiosité, mais j’avoue que le nombre de volumes m’avait refroidi, un peu comme si l’on devait débuter Walking Dead aujourd’hui. Mais voilà, Urban a décidé d’éditer à nouveau Fables dans un format intégrale. Le premier volume regroupant les trois premiers tomes de l’édition précédente. Me voilà lancé dans Fables !

La grande force du récit réside dans les références non-dissimulées aux contes qui font l’essence même du comics. Même sans avoir une culture poussé dans le monde féerique, le lecteur connait a minima les personnages tel que : le Grand Méchant Loup, Blanche Neige ou encore le Prince Charmant. Mais il est évident que pour intégrer de manière profonde le récit, une solide connaissance des contes, contines et autres histoires pour enfants est indispensable. Étant donné la nationalité de l’auteur, le lectorat français qui n’a pas baigné dans la culture anglo-saxonne (comme moi) passe à côté de bon nombre de personnages/références propres à cette culture, sauf s’il prend le temps de la lecture et de la documentation. Et si vous avez lu ma chronique sur Ivar timewalker, vous vous souvenez peut-être que j’aime les livres faisant des références historiques ou sur la culture pop. Ici, les références sont l’occasion de tester et d’étayer sa culture féerique. Si vous êtes curieux, prenez place !

Ce premier tome de l’édition intégrale regroupe les 3 premiers tomes de l’édition précédente. Il est constitué de 3 arcs majeur et deux histoires plus courtes. Même s’ils peuvent sembler indépendante, les arcs sont fortement liés entre eux notamment pour la construction des personnages et leur relations et les intrigues secondaires ou autres histoires d’amour. Comme toujours dans ce genre de comics il vaut mieux commencer avec le premier numéro pour vraiment ne rien perdre de l’aventure.

Au dela de la simple référence aux contes, les personnages incarnent pleinement leur rôle. Leur passif fait partie intégrante du comics. Le grand méchant loup a réellement un contentieux avec les Trois Petits Cochons qu’il a voulu manger. Ce qui d’ailleurs est bien trouvé c’est que le Prince Charmant est le même pour tous les contes : Blanche Neige, Cendrillon,… Il s’agit du même prince offrant ainsi des situations cocasses. Pareil pour le loup, animal phare des contes que l’on évoquait plus haut. La magie est aussi présente dans Fables, ainsi le loup a une apparence humaine. Mais ce n’est pas le cas de tous.

On en vient ainsi à un élément majeur de l’univers de Fables, les personnages ayant une apparence humaine vivent en plein cœur de New-York, tandis que ceux ne bénéficiant pas de cet apparence vivent à “La ferme” (Quelle ferme ?) perdu au milieu des bois. Cette construction de société, qu’est Fables, est riche de ce point de vue car la ferme apparaît comme une sorte de ghetto d’où les habitants ne peuvent sortir de peur d’être vue par les “communs” (nous). Outre ce clivage ville / ferme, on retrouve les enjeux propres à toute organisation politique: les gouvernants, les opposants, les extrémistes,… On prend un réel plaisir à voir vivre tout ce joyeux petit monde bien loin de leurs paysages féerique habituel.

C’est d’ailleurs, en trame de fond au fur et à mesure des histoires que l’on comprend, pourquoi et comment les Fables ont quitté leur royaume. Là aussi, suivre cette fuite et reconstituer le puzzle au fur et à mesure est un exercice plaisant.

Fables ouvre sur un drame, la disparition de la sœur de Blanche Neige (Rose Rouge), son appartement a été saccagé et il est recouvert de sang. L’enquête est menée par M. Wolf le grand méchant loup et shérif de Fableville. Le ton est donné et Fables n’est clairement pas pour un public jeune, il faut être un peu plus avisé.

Le dessin de Mark Buckingham est vraiment beau, adapté au recit. Il ne plaira pas à tout le monde, on est loin de ce qui se fait dans dans les comics du genre super-héroïques, on est plus proche d’un dessin un peu plus ancien. Il est vraiment très propre et caractérise bien tous les personnages féeriques.

Ne passez pas à côté d’un gros titre de ces dernières années, Fables est bien construit et mérite votre attention.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Au côté de Matt depuis le début de l'aventure LesComics.fr et même déjà présent pour La Sélection Comics, il essaye de mettre ses connaissances aux profits du groupe et de leurs demandes farfelues.


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire