Le 1er collectif comics de France

 


 
 

These Savage Shores

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
12 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un propos doublement bien traité.
Une métaphore vampirique qui fonctionne.
Une plongée dans les mythes de l'Inde.
Les dessins.
Une très belle édition.

Point(s) faible(s) :


Quelques dialogues de trop.


 
En résumé
 

These Savage Shores est un bijou. Malgré quelques légers soucis dans certains dialogues, le récit convainc par son discours sur le colonialisme, traité sous deux angles, parfaitement mis en scène. D’autant que les dessins sont superbes, fluides, nets et bien mis en valeur par la colorisation

 
Infos techniques
 

Histoire : Ram V
Dessin : Sumit Kunar
Couleur : Vittorio Astone
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Vampire raciste !

L’avis de Grincheux : 

These Savage Shores est une création indépendante de Ram V et Sumit Kumar publiée chez Vault Comics, aux États-Unis. Retenez bien ces noms ! Vault est en train de devenir un éditeur de haute volée publiant des projets excitants, comme ses homologues de l’édition indépendante tels Image ou Boom. Quant à Ram V, il est en train de monter chez DC Comics, ayant repris l’écriture de JL Dark ou de Catwoman.

Ainsi, le projet est excitant, d’autant que Sullivan Rouaud, le directeur éditorial de HiComics en a vanté les mérites allègrement. Le meilleur moyen d’être déçu, donc. Pourtant, on est face à un grand récit. Mais de quoi ça parle ? Eh bien, These Savage Shores traite de la colonisation en Inde, alors que l’Empire britannique commence à s’y implanter. Le twist, c’est qu’il y a des vampires !

Métaphores de la colonisation pertinentes

De prime abord, on peut se dire que mélanger ces deux aspects est osé et casse-gueule. Pourtant, l’équipe créative étant d’origine indienne, ils maîtrisent totalement leur sujet. On plonge dans la mythologie indienne dès le départ et ce qui nous est montré là m’a grandement intéressé !

Car c’est un affrontement entre créatures mystiques qui va s’organiser, proposant une métaphore du colonialisme très bien trouvée. En effet, les colons y sont montrés comme une maladie, se propageant grâce à leur privilège blanc et se montrant sûrs d’eux, arrogants et en terrain conquis à chaque fois. Mais le plus gros monstre du récit se situe dans son aspect politique. Car le récit va montrer comment le Royaume-Uni s’est implanté dans le pays, avec tractations et manipulations diverses. Le récit se fait très intéressant car mixer l’aspect fantastique et l’aspect historique pour traiter de la colonisation renforce le propos.

Si je devais trouver des bémols, ce serait surtout du côté des dialogues qui ont, parfois, une fâcheuse tendance à être creux. Il aurait été possible de se passer parfois de mots pour laisser l’image parler. Mais c’est quelque chose qui arrive assez peu.

Une prestation graphique de haut vol !

En effet, on y découvre ainsi une colonisation à la fois culturelle avec les vampires et une colonisation politique de l’autre côté. Cet aspect n’est pas lourd car Ram V a l’intelligence, malgré une bonne dose de dialogues, de laisser son dessinateur s’exprimer. Les planches de Sumit Kumar sont magnifiques, bien aidées par la colorisation de Vittorio Astone. Les couleurs chaudes de l’Inde sont superbement retranscrites et les visages expriment, chez les personnages, une grande colère. La direction artistique, que ce soit pour les bâtiments, les costumes ou les décors est simplement superbe, riche en détails et authentique.

Bref, These Savage Shores est un bijou. Malgré quelques légers soucis dans certains dialogues, le récit convainc par son discours sur le colonialisme, traité sous deux angles, parfaitement mis en scène. D’autant que les dessins sont superbes, fluides, nets et bien mis en valeur par la colorisation.

La note de Grincheux :


L’avis de Ginlange : 

Je ne m’aventurerai pas à vous résumer une nouvelle fois l’œuvre importante dont nous allons discuter. Je commencerai juste par vous dire que le mélange inattendu de l’horreur vampirique et du récit historique, ici sur le colonialisme, fonctionne merveilleusement bien. À travers la vision d’un monde où l’indescriptible existe. Un monde où les forces obscures de ce monde se confrontent quand ses êtres surnaturels s’envolent de leurs terres natales, est une idée d’un ésotérisme des plus attirant.

Sublime poésie

These Savage Shores parle de la violence que l’on impose aux autres. Mais également de monstres créant d’autres monstres, de victoires qui n’en sont pas, une histoire terrible comptant l’Histoire terrible. Parler du colonialisme et de ses ravages à travers un récit de genre est formidablement orchestré. Le résultat est une œuvre politique autant qu’artistique. Quand sa résonance constante avec l’actualité peut troubler, la puissance et la justesse de son propos ne peuvent que nous emporter.

Ce qui frappe le plus, dès la lecture des premières pages de These Savage Shores, c’est la fluidité qui s’en dégage. Les mots semblent s’envoler les uns après les autres, évoquant une douce poésie tombant sous le sens, mis en valeur par un dessin et une colorisation d’une rare grâce. Les traits de Sumit Kumar sont aussi fins que brutaux. L’émotion qui s’en dégage est forte, la violence aussi. D’une élégance à toute épreuve et d’une inventivité dans la mise en page qui surprend à chaque chapitre.

Élégant récit

L’écriture de Ram V est quant à elle d’une précision à toute épreuve, à la fois incisive et poétique, pouvant tour à tour vous terrifier ou vous bouleverser en moins de deux cases. En cinq chapitres, la narration éclatée sous la forme d’un récit épistolaire où plusieurs narrateurs vont se succéder est rafraîchissante et redoutablement efficace. Un dispositif surprenant constamment le lecteur et ce dès la fin, inattendue, de son premier chapitre. These Savage Shores m’a constamment fait sortir de ma zone de confort, dès que je pensais pouvoir m’y lover encore, pour mon plus grand plaisir.

L’écrin que lui offre HiComics est également à souligner. Cette magnifique couverture, d’un rouge puissant accompagné de dorures du plus bel effet. Toutes les sublimes couvertures des issues en fin d’album, un travail éditorial de toute beauté dans les moindres détails. These Savage Shores s’annonce comme un incontournable de cette rentrée littéraire pour les fans de comics que nous sommes. Mais également pour les autres lecteurs, ceux de romans, de bandes dessinées françaises ou japonaises, car cet album est plus qu’un grand comics, c’est une grande œuvre, qui saura parler à tous.

D’une violente poésie, d’une justesse inouïe, The Savage Shores est une œuvre unique qui fera date. Une lecture salutaire et éblouissante, à mettre entre toutes les mains.

La note de Ginlange :


L’avis du Kit :

Le pitch de départ avait vraiment tout d’attrayant pour un amateur d’Histoire et de récit horrifique comme moi. These Savage Shores raconte la lutte à l’autre bout du monde entre des vampires issus de l’Europe avec un démon ancestral des Indes en plein milieu du XVIIIème siècle, en pleine expansion et colonisation britannique. Une belle couverture mystérieuse nuancée entre rouge et doré a accentué mon attirance pour cette histoire.

Petite histoire dans grande Histoire

Ici, l’auteur Ram V entremêle une lutte de pouvoir et d’acquisition territoriale en Inde, avec un combat secret et fantastique durant les années 1766 à 1769. Un récit construit, intelligent, qui permet de dénoncer le passé colonialiste occidental en utilisant la métaphore de vampires européens qui cherchent à mettre à genou un démon immortel indien.  On comprend bien qu’ici le vampire avide d’immortalité est le colon anglais qui vide de son sang le colonisé indien de ses biens et de ses richesses. Outre ce parallèle, on peut également grandement avoir plaisir à suivre la petite histoire sans forcément la mettre en lien avec celle avec un grand H, tellement elle se vaut en elle-même et que ses personnages sont bien élaborés.

L’amour du 9eme Art

Au niveau graphique, l’association des dessins de Sumit Kumar et la colorisation de Vittorio Astone apporte un gain supplémentaire au récit en alternant couleurs froides et couleurs chaudes au fur et à mesure des événements qui s’intensifient jusqu’au dénouement final. Ces planches magnifiques font que cet écrin s’adresse à tous les lecteurs, et pas seulement les fondus de comics. Il y a tellement un esthétisme qui mêle autant l’univers franco-belge que celui d’Asie, que tous les lecteurs de BD ou de mangas peuvent vraiment s’y pencher fortement.

HiComics et son directeur de publication Sullivan Rouaud ont vraiment eu le nez fin de se pencher sur ce comics édité à l’origine par Vault Comics. Après Bitter Root, récompensé aux Eisner Awards cette année, encore un comics indé à message sur lequel il faudra compter pour cette rentrée 2020. Un très bel écrin pour cette édition française avec cette somptueuse couverture rouge et ses belles dorures.

Coup de cœur de cette rentrée comics 2020/2021. Un récit “indé” intelligent, convaincant et visuellement magnifique qui mêle avec brio Histoire, fantastique et horreur.

La note du Kit:

Ils ont kiffé :

 

Retrouvez These Savage Shores chez Excalibur Comics !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums These Savage Shores

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #34973
      Comics Grincheux
      Maître des clés

      These Savage Shores est un bijou. Malgré quelques légers soucis dans certains dialogues, le récit convainc par son discours sur le colonialisme, traité sous deux angles, parfaitement mis en scène. D’autant que les dessins sont superbes, fluides, nets et bien mis en valeur par la colorisation

      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse These Savage Shores]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.