Le 1er collectif comics de France

 


 
 

King of Spies

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un tour de force scénaristique pour un récit aussi court.
Un récit rythmé et explosif qui en met plein les yeux…
Mais qui n'oublie pas de faire vivre son héros

Point(s) faible(s) :


C'est trop court! On en veut Plus!
Certains personnages et certaines situations mériteraient d’être approfondis.


 
En résumé
 

Le Millar nouveau est arrivé! King of Spies est le dernier titre du décrié  Mark Millar, dessiné par Matteo Scalera. Il est édité en VO par Image Comics et comporte 4 issues (!). La série est éditée en France par Panini comics. Face à la mort, on se trouve une conscience Sir Roland Knight est un […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Mark Millar
Dessin : Matteo Scalera
Encrage : Matteo Scalera
Couleur : Giovanna Niro
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Le Millar nouveau est arrivé!

King of Spies est le dernier titre du décrié  Mark Millar, dessiné par Matteo Scalera. Il est édité en VO par Image Comics et comporte 4 issues (!). La série est éditée en France par Panini comics.

Face à la mort, on se trouve une conscience

Sir Roland Knight est un espion au service de Sa Majesté. Il a effectué toutes les basses besognes pour aider les puissants de ce monde à accroitre leur position : meurtres, attentats, renversements de gouvernements… Il a tout fait sans jamais sourciller avec une efficacité redoutable et sans discuter les ordres.

Alors qu’il est à la retraite, il apprend qu’il est condamné par une maladie qui lui laisse très peu de temps à vivre. Cette nouvelle inattendue va lui faire voir ses actes passés d’un œil nouveau et lui faire remettre en question tout ce qu’il a pu faire par le passé…

Dès lors, il n’aura qu’une seule idée en tête en attendant de tirer sa révérence : éliminer un maximum de sales types pour qui il a pu bosser et avec qui il a pu bosser. Et quand le meilleur parmi les meilleurs se lance dans une croisade, il vaut mieux sortir les plus gros flingues possibles.

 

Un blockbuster mené tambour battant

4 issues de 25 pages max, c’est court voir très court pour raconter une histoire. Et pourtant, et cela tient du miracle, Millar arrive à rythmer son récit à grand renfort de scènes d’action dignes des plus gros blockbusters hollywoodiens : Fast and Furious, James Bond, Taken, Mission Impossible… on n’a pas le temps de s’ennuyer.

Ça va à 100 à l’heure, c’est frénétique et presque épuisant tant l’action est débridée et wtf. C’est un vrai délire mis en valeur par l’incroyable talent de Matteo Scalera à qui l’on doit les magnifiques planches de Black Science, Space Bandits ou encore le White Knight Harley Quinn scénarisé par Sean G. Murphy.

C’est dynamique, le découpage est parfait et le trait précis. On en prend plein les yeux comme devant un superbe film d’action aux effets spéciaux hallucinants. Un travail d’orfèvre.

 

On vise le cœur

Dans ce court récit, on retrouve enfin un Millar en forme après plusieurs histoires oubliables (Sharkey et Prodigy par exemple).

S’il est question ici d’action débridée et de personnages hauts en couleurs, le britannique arrive à créer des moments de respiration dans lequel il va approfondir son personnage principal.

Présenté comme un soldat dévoué, c’est un charmeur qui brise autant de cœurs que de nuques. Mais Roland nous apparait très vite comme un personnage bien plus profond. Face à la maladie, il va faire son auto-critique et se condamner lui-même pour ses péchés. C’est alors un baroud d’honneur  qu’il va offrir en pénitence.

Il va remettre en question son rôle de père et d’amant et sa façon d’utiliser les autres. Notre espion nous apparait alors fragile, et avec l’âge et la maladie, moins sûr de lui, moins rapide et moins endurant. Face à son reflet dans le miroir, il fait face à ses erreurs et ses échecs.

Après avoir visé la tête avec une précision chirurgicale, Millar a su viser le cœur; et son anti-héros m’a plusieurs fois touché (en tout bien tout honneur).

L’auteur a réussi son coup avec ce King of Spies : nous offrir un récit un récit compact et bourré d’action. Mais il y a toutefois moments plus intimistes, comme tout bon blockbuster qui se respecte. Dommage que ce soit trop court tant j’aurais aimé une suite aux aventures de Roland; et j’aurais également souhaité que certains personnages ou relations soient plus approfondies. En conclusion, King of Spies est un blockbuster qui n’invente pas l’eau chaude mais néanmoins terriblement efficace dans son genre. Si cette critique de King of Spies vous a donné envie, foncez sur Excalibur Comics !

 

Ils ont kiffé :


 
Enfant des années 80 biberonné à Strange, je suis un éternel ado dans un corps de vieux con. Fan irréductible de Frank Miller et Alan Moore, je prends aussi du plaisir dans toutes sortes de genres.


Vos commentaires :

Accueil Forums King of Spies

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par Zouzeman, le il y a 1 mois.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42911
      Zouzeman
      Participant

      Le Millar nouveau est arrivé! King of Spies est le dernier titre du décrié  Mark Millar, dessiné par Matteo Scalera. Il est édité en VO par Image Comi
      [Retrouvez l’article de zouzeman à l’adresse King of Spies]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.