Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Spider-Man Far from home

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
8 votants

 

Point(s) Fort(s)


La mise en scène de certaines séquences de fin
Le casting au top
L'évolution de Peter

Point(s) Faibles(s)


La réalisation
Le montage
L'humour qui manque de timing
Un film qui n'ose rien


 
En résumé...
 

Far from home n’est pas un bon film. Plombé par un humour qui semble vouloir dévaloriser tous les personnages, le film bénéficie d’une réalisation molle, à quelques exceptions près. Dommage parce que l’évolution de Spidey est vraiment chouette et le casting semble s’éclater. Heureusement parce que je me suis ennuyé.

 
Infos Techniques
 

Realisation : Jon Watts
Histoire : Chris McKenna, Erik Sommers
Musique : Michael Giacchino
Studio : Sony Pictures, Marvel Studios
Principaux acteurs : Tom Holland, Zendaya, Jon Favreau, Marisa Tomei, Samuel L. Jackson, Cobie Smulders, Jake Gyllenhaal
Univers Partagé :
 
Inspiré D'un Comics De :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Far from good

L’avis de Comics Grincheux :

Après un opus Homecoming qui prenait la suite de Civil War, ce nouvel épisode du Spider-Man version MCU, Far From Home, se dote d’un double objectif : proposer un épilogue à Endgame et poursuivre le chemin de Peter Parker dans l’acceptation de son rôle.

Pour la partie épilogue, de nombreux dialogues fonctionnent bien et on sent l’émotion poindre à de nombreuses reprises. Oui mais voilà, le gros problème du film, c’est qu’il préférera toujours l’humour à la dramaturgie. Le seul moyen qu’ont trouvé les scénaristes et le réalisateur pour dynamiser leurs scènes molles, c’est d’ajouter du comique partout, des blagues qui tombent à plat. Plus que de gérer cela subtilement et de continuer l’esprit Homecoming en mettant l’accent sur la maladresse permanente de Peter et sur un esprit teen léger, l’équipe ajoute une couche sauce Ragnarok. J’ai le sentiment qu’être sérieux est devenu has-been dans un film. Les personnages sont tournés en ridicule comme s’il était impossible de prendre au sérieux ces individus qui ne réalisent pas que Peter est Spider-Man et qu’il fallait exacerber leur stupidité.

Mais le pire dans tout ça, c’est que certains moments d’humour pourraient fonctionner de manière parodique. Malheureusement, comme le film ne propose rien et n’adopte qu’un ton neutre, on reste sur des choses plates, sans relief, à l’image de ces amourettes sorties de nulle part, n’amenant rien, sauf de la gêne.

De même, si les bandes-annonces faisaient penser que l’introduction de Mysterio amènerait encore une autre couche sur le MCU, cela n’est pas vraiment exploité. Pour les fans du comics, le personnage est plutôt respecté sur pas mal d’aspects et surtout, il est dans les scènes qui fonctionnent le mieux. Chacune de ses apparitions est réussie et Jake Gyllenhaal s’éclate comme un gosse.

Du reste, Tom Holland assure toujours autant en Peter Parker. Sa naïveté et sa détermination sont superbement incarnées et le reste du casting lui offre du répondant, Zendaya en tête. Le film cherche ainsi à réintégrer Spidey maintenant que son mentor n’est plus là. Ça peut être gênant car on ressasse encore Tony Stark et on a l’impression que les scénaristes ne savent plus sortir de cet aspect. Ce n’est pas forcément le plus dérangeant même si un twist est vraiment mal fichu. Pourtant, le discours sur les responsabilités marche et permet au jeune héros de s’affirmer. Heureusement puisque comme les scénaristes et le réalisateur ne choisissent aucun angle et ne racontent rien, on aurait eu à faire à un film totalement creux. Cela passe notamment par des scènes vraiment bien travaillées et mises en scène par Jon Watts. C’est vraiment le double aspect Mysterio/Iron Man qui fonctionne conjointement et permet à Spidey d’évoluer ou au moins de s’affirmer. La scène post-générique est d’ailleurs inattendue et promet une suite très surprenante.

En revanche, comme dans le premier opus, la réalisation de Jon Watts est souvent d’une platitude assez confondante. La partie teen fonctionne mais dès qu’il y a de l’action, cela s’écroule, à l’exception des scènes mentionnées plus haut. Le montage est chaotique, la caméra ne suit rien. Le plus dommageable, c’est que je n’ai trouvé aucune scène marquante. Pourtant, je ne peux pas dire que la séquence du ferry ou le sauvetage à Washington du précédent film était spectaculaire. Ici, ce sont des gros vilains qui explosent tout, se font tirer dessus par les lasers de Mysterio et Spidey qui lance des toiles. Pas franchement engageant, il n’y a que peu d’enjeu ou de tension à chaque fois.

Bref, Far from home n’est pas un bon film. Plombé par un humour qui semble vouloir dévaloriser tous les personnages, le film bénéficie d’une réalisation molle, à quelques exceptions près. Dommage parce que l’évolution de Spidey est vraiment chouette et le casting semble s’éclater. Heureusement parce que je me suis ennuyé.

La note de Comics Grincheux :

 


L’avis de Ginlange :

Il y a un peu plus de deux mois, nous découvrions Endgame sur les toiles de nos cinémas, pris d’assaut par une horde de fan venus voir la fin d’Avengers, la fin du MCU.  Enfin la fin du film Avengers précédent seulement. Enfin, le début de la fin du MCU. Ou plutôt la fin de la phase 3. Ah non, l’avant dernier film de la phase 3 en fait, car c’est plutôt le nouveau Spider-Man : Far From Home qui va la clôturer cet été. Alors, il est comment ce final ?

C’est sympa, on attend le prochain maintenant.

Bon allez, si vous voulez un avis plus exhaustif, le voici :

Le MCU avait introduit son Spider-Man dans Captain America : Civil War pour continuer avec un premier volet sans s’embarrasser d’une origin story que l’on avait déjà assez vu et que le monde entier connaît : New York, lycéen loser, araignée, oncle mort, vocation, toits et toiles. Nous voilà face à un Peter Parker redevenu lycéen, une MJ aux antipodes de Kristen Dunst, une tante May qui n’a pas de cheveux blancs, et une grande amitié avec Tony Stark. Mais voilà, le bon vieux Tony nous a quittés. Mais celui-ci a toujours voulu que le jeune Spidey lui succède. Comment celui-ci va-t-il réagir ? Étant donné qu’il est en voyage scolaire à travers l’Europe (j’aurai bien voulu avoir le même lycée) et voulant déclarer sa flamme à MJ, son attention est ailleurs.

Un postulat de départ efficace pour un second volet prenant le parti pris de s’évader de New York, terre ancestrale de l’homme araignée. Mais si les lieux changent, la formule reste la même que celle du premier volet : un teen movie doublé d’une intrigue plus ou moins originale et mineure permettant de laisser vivre les personnages, cœur du film.

C’est cette ambiance teen movie qui va fonctionner le mieux durant les plus de deux heures de film. Rafraîchissant, les personnages et le casting sonnent particulièrement juste, l’humour fait mouche, un triangle amoureux frais, une dynamique touchante et attachante. J’ai particulièrement apprécié cet aspect du film, car dans la vie d’un adolescent, sauver le monde s’avère sympathique il est vrai, mais embrasser la fille qui nous intéresse passera toujours avant. Même en Italie face à une vague à forme humaine.

Du coté de l’intrigue, il est difficile d’en parler en évitant les spoilers, mais je vais essayer. Mysterio est un personnage riche que l’on aime découvrir au fil du long métrage avec lequel Jake Gyllenhaal semble bien s’amuser. Il apporte beaucoup au film lors de quelques séquences au visuel particulièrement soigné. La menace à laquelle est confronté Peter est assez originale. Rythmant le film en parallèle des intrigues amoureuses des lycéens, elle va peu à peu prendre le dessus et malheureusement faire perdre du charme au film.

L’humour se fera plus discret, caché derrière une intrigue explicitant ses fils narratifs sans grande subtilité à travers des scènes à rallonge. Les scènes d’action illisibles se multiplient et le temps parait de plus en plus long pour aboutir à un final mi-figue mi-raisin. Il est dommage que ce second volet perde de son originalité et de sa fraîcheur en cours de route pour devenir ce divertissement interchangeable, distrayant mais oubliable.

Restez bien à la fin du générique pour voir les scènes que l’on attend tous. Car oui, Spider-Man n’est pas un final, mais le dernier épisode de la saison 3. Et la prochaine saison s’annonce sympa.

Gardons en mémoire cet hommage à John Hughes et le propos méta d’un film parlant en filigrane de la force du Cinéma, mais également de notre société actuelle, où les images deviennent irréelles, et la réalité de plus en plus floue.

La note de Ginlange :

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums Spider-Man Far from home

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 2 semaines et 1 jour.

  • Auteur
    Messages
  • #28864

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Far from home n’est pas un bon film. Plombé par un humour qui semble vouloir dévaloriser tous les personnages, le film bénéficie d’une réalisation molle, à quelques exceptions près. Dommage parce que l’évolution de Spidey est vraiment chouette et le casting semble s’éclater. Heureusement parce que je me suis ennuyé.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Spider-Man Far from home]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.