Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Critique Madame Web : Vous n’avez pas honte Sony ?

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
15 votants

 

Point(s) Fort(s)


"Toxic" par Britney Spears
Le nouveau mètre étalon du navet

Point(s) Faibles(s)


Personne n'y croit pas même les acteurs
Réalisation plate
Scénario vide
Action quasi-inexistante
Tente de se relier à Spider-Man désespérément


 
En résumé...
 

Cassandra Web est une ambulancière de Manhattan capable de voir dans le futur. Forcée de faire face à des révélations sur son passé, elle doit protéger trois jeunes femmes destinées à un avenir hors du commun d’un mystérieux adversaire qui veut leur mort.

 
Infos Techniques
 

Realisation : S.J. Clarkson
Scénario : Matt Sazama, Burt Sharpeless, Claire Parker
Studio : Sony Pictures
Principaux acteurs : Dakota Johnson, Sydney Sweeney, Isabela Merced, Celeste O'Connor, Tahar Rahim, Adam Scott, Emma Roberts
Univers Partagé :
 
Inspiré D'un Comics De :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Madame Web est enfin sorti en salles ! Le nouveau film de l’univers Spider-Man sans Spider-Man de Sony tisse sa toile afin de nous proposer une aventure centrée sur le personnage du même nom. Suite à un accident, l’ambulancière Cassandra Webb se retrouve capable de voir le futur. Elle devra protéger trois jeunes filles d’un mystérieux tueur tout en apprenant la vérité à son sujet.

Est-ce que le futur du film sera bon ou sera-t-il couvert de sombres nuages ?

Madame Web tisse sa toile

On va rentrer tout de suite dans le vif du sujet : le film est un foutage de gueule total. Maintenant abordons les détails.

Personnages entoilées

Dans un premier temps, l’histoire est absolument édifiante. Le personnage de Cassandra Webb découvre qu’elle peut voir l’avenir suite à un accident où elle échappe à la mort de peu. Si le pouvoir de précognition est un ajout intéressant dans un monde où les super-héros jouent à qui est le plus fort, cette capacité est utilisée ici comme de la flemme scénaristique pure. Le seul prétexte à ce pouvoir est de caser tellement de fusils de Tchekov (procédé scénaristique où on présente un objet/fait avant que celui-ci s’avère utile dans l’histoire) qu’on pourrait ouvrir une armurerie.

De plus, les personnages sont vides. Il est impossible de croire à la fin du film que Cassandra ainsi que les trois jeunes futures Spider-Women (on ne les verra en costume que dans un flashforward durant moins de deux minutes) forment une vraie “famille”. Toutes les tentatives pour donner l’impression qu’elles sont amies tombent toutes à l’eau tellement cela manque de crédibilité.

Inter-pas-prêtes

De même, la prestation des interprètes est à l’image du film : vide. Dakota Johnson semble se demander ce qu’elle fait là sur chaque prise. On comprend alors mieux pourquoi elle a viré son agent suite à la diffusion du premier trailer. On a aussi de la peine pour le très doué Tahar Rahim qui se retrouve avec un rôle d’antagoniste sans vrai but au costume rappelant une araignée sympa du quartier. Ses apparitions sont toutes plus incohérentes les unes que les autres (sans parler de son assistante clichée des années 90-2000). On comprend que Isabela Merced n’ait pas parlé de ce film à James Gunn lorsqu’elle a passé le casting de Hawkgirl pour Superman Legacy.

Démises en scène

L’action aurait pu rattraper le film. Un tueur qui pourchasse un groupe d’ados menées par une femme voyant l’avenir ressemble à Destination Finale et même si ces films ne sont pas des chefs d’œuvres, cette saga exécute son concept avec de bonnes scènes. Sauf que ici, les rares scènes d’action sont vides et inintéressantes, avec une mise en scène quasiment absente y compris la scène du combat final. Les effets spéciaux ne sont pas en reste, le film étant assez avares en VFX impressionnants vu son faible budget (environ 100 millions, là où un film du MCU en coûte plus du double).

Le pire dans cet univers sans Spider-Man sont les différents raccords que tente désespérément Sony de faire. Le collègue de Cassandra Webb est un certain Ben qui s’apprête à être oncle car sa belle-sœur (Emma Roberts qu’est-ce que tu fais ici ?) est enceinte d’un futur garçon. Garçon dont on ne connaîtra jamais le prénom bien sûr mais le film se passant en 2003, il est impossible pour le fan du MCU de ne pas faire le lien avec un certain Peter. Sans parler de la fameuse réplique “Si tu acceptes de grandes responsabilités, tu auras de grands pouvoirs.”. Bref, c’est encore plus outrancier et racoleur que certains sites web.

Au final, que retenir de Madame Web ? Sony continue de prendre le public pour des imbéciles après Morbius en délivrant un film donnant le sentiment qu’un téléfilm de l’après-midi est un chef d’oeuvre d’originalité et de mise en scène à côté. Remplie de clichés tous plus affalant les uns que les autres, ce film aurait déjà été daté s’il était sorti en 2003. Fuyez-le et dédiez l’argent et le temps économisé à ne pas voir ce film à quelque chose de plus utile. N’importe quoi fera l’affaire.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Toutes les images présentes sur ce site sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Elles sont utilisées au titre du droit de citations prévu par l’Art.L.122-5 3° du Code de la propriété intellectuelle.

Pour toute réclamation, contactez nous
Lien direct : https://www.lescomics.fr/reclamation-droit-dauteur/

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
madame web morbius Sony Sony Pictures Spider-Man Venom

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Critique Madame Web : Vous n’avez pas honte Sony ?

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #45955
      MidnighterComics
      Participant

      Cassandra Web est une ambulancière de Manhattan capable de voir dans le futur. Forcée de faire face à des révélations sur son passé, elle doit protéger trois jeunes femmes destinées à un avenir hors du commun d’un mystérieux adversaire qui veut leur mort.

      [Retrouvez l’article de midnightercomics à l’adresse Critique Madame Web : Vous n’avez pas honte Sony ?]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.