Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Thor Love and Thunder Critique

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
14 votants

 

Point(s) Fort(s)


Visuellement splendide à de nombreuses reprises.
Christian Bale, incroyable en Gorr.
Des bons moments...

Point(s) Faibles(s)


Fingué par tout le reste : montage, narration, humour.
Vide, creux, n'apporte rien, ne construit rien.
Aucun développement.


 
En résumé...
 

Taika Waititi avait bousculé l’univers de Thor dans Ragnarok. Plus axé comédie, plus rock n’roll, le caractère du personnage était bouleversé et son univers aussi. Le réalisateur néo-zélandais faisait dans la gaudriole franche dans un univers SF et un Asgard coloré qui avait divisé. A nouveau annoncé comme réalisateur sur ce Thor Love and Thunder, […]

 
Infos Techniques
 

Realisation : Taika Waititi
Scénario : Taika Waititi, Jennifer Kaytin Robinson
Musique : Michael Giacchino, Nami Melumad
Studio : Marvel Stuidos
Principaux acteurs : Chris Hemsworth, Natalie Portman, Taika Waititi, Tessa Thompson, Christian Bale
Univers Partagé :
 
Inspiré D'un Comics De :
 
Publié il y a 5 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Taika Waititi avait bousculé l’univers de Thor dans Ragnarok. Plus axé comédie, plus rock n’roll, le caractère du personnage était bouleversé et son univers aussi. Le réalisateur néo-zélandais faisait dans la gaudriole franche dans un univers SF et un Asgard coloré qui avait divisé. A nouveau annoncé comme réalisateur sur ce Thor Love and Thunder, les craintes étaient nombreuses et notre critique les confirment.

Quand c’est trop, c’est Trop Waititi

Avec ce qui s’était produit à la fin de Endgame, on savait que le film serait chargé et emmènerait (encore) le personnage dans une nouvelle direction. Accompagné des Gardiens de la Galaxie, Thor Odinson fait le mariole, se prend pour le chef et semble agacer les héros cosmiques. Mais on savait aussi que le film allait introduire la version Mighty Thor, incarnée par Jane Foster ainsi que Gorr, le Massacreur de Dieux. Un programme qui semblait chargé et clairement, le film dégueule de partout et ne respire pas. La bande-annonce promettait un film long, pourtant, le résultat dure à peine 2h. Et on sent que les coupes au montage ont été nombreuses, sacrifiant le développement des personnages et un côté organique pour nous balader partout.

Thor quitte les Gardiens dès le premier quart d’heure, Gorr est introduit en trois minutes dans une belle séquence d’ouverture et Jane est réintroduite à la va-vite. Le personnage de Jane cristallise d’ailleurs l’ensemble des défauts du film. Car il manque de nombreux éléments et surtout le personnage semble très dépendant de Odinson. La majorité de son parcours vient des comics. Mais comprimer des années de développement en 2h de temps fait forcément tout perdre en impact. Et même en terme de montage, on comprend que des éléments nous échappent, elle et Valkyrie semblent BFF alors que l’héroïne est devenue Thor depuis cinq minutes.

Il en va de même pour Gorr. Totalement rushé, le personnage perd en impact dramatique. L’avantage est que son parcours n’est pas alourdi par des vannes. Christian Bale en fait beaucoup, fait des grimaces, pourtant, cela ne choque pas tant le personnage est, intrinsèquement grandiloquent. Il est souvent terrifiant et Taika Waititi se permet des moments d’une beauté insolente.

Que c’est beau !

Ainsi, le personnage ressemble souvent à un squelette, telle une Faucheuse venue pour exterminer les Dieux. Et même si son parcours est condensé, il n’en reste pas passionnant à suivre. Bien plus que les atermoiements amoureux de Odinson et Jane. D’une pauvreté dans le traitement, le tout est alourdi par des flashbacks pénibles. Heureusement que le timbre de Taika Waititi en Korg me fait mourir de rire, sinon, j’aurai eu envie de me passer une corde autour du cou. Le tout est lénifiant, anesthésiant et flingue le rythme du film. Jane ne semble exister que pour prouver quelque chose à Odinson, alors même que c’est son combat contre le cancer qui est passionnant.

Pourtant, Taika Waititi, derrière sa gaudriole se permet d’excellents moments. Il invoque tour à tour des ambiances différentes mais qui illustrent parfaitement le propos du film sur la décadence divine. La scène où Zeus est introduit met en scène un univers de paraître et de faire-semblant très bien retranscrit. Visuellement, ça ne plaira pas à tout le monde mais on ne peut contester qu’il y a une patte et un lien clair avec le discours. De même, le grand combat contre Gorr est visuellement spectaculaire, notamment sur le jeu des couleurs et des noirs. Mais à trop varier les ambiances, le réalisateur nous perd et se perd également.

Mais que c’est lourd !

Au final, le film sonne creux, vain, camouflant derrière sa gaudriole un vide intersidéral. Paradoxalement, l’ensemble est mieux géré que Ragnarok, balançant plus adroitement entre rigolade et drame.Toutefois, les vannes étant répétées minimum une dizaine de fois, elles perdent toute leur intensité. Korg en devient encore plus chiant. Thor d’une débilité ahurissante. Résultat: le tout est aussi plus désincarné, essayant de développer un propos sur le besoin d’amour mais se prenant les pieds dans le tapis, à trop vouloir en faire et à préférer placer des gags plutôt que développer les héros.

Bref, notre critique le monde : Thor Love and Thunder est une déception. Trop chargé, vide, désincarné et trop porter sur la gaudriole, le film ne porte rien en lui. Et ce, alors qu’il est visuellement impressionnant, d’une beauté folle à de nombreux moments.

Les mots clé de cet article
Gorr Love and Thunder MCU Mighty Thor Taika Waititi Thor

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Thor Love and Thunder Critique

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42237
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Taika Waititi avait bousculé l’univers de Thor dans Ragnarok. Plus axé comédie, plus rock n’roll, le caractère du personnage était bouleversé et son u
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Thor Love and Thunder Critique]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.