Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Shanghai Red chez Hi Comics

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


La prose de l'auteur délicieuse
Contexte original
Dessin immersif

Point(s) faible(s) :


Oui, encore une histoire de vengeance


 
En résumé
 

Bref, Shaghai Red est un incroyable récit indépendant en une seul tome. Violent, sombre, immersif, profond, incisif et noir. Shanghai Red évite les écueils du récit de vengeance pour nous proposer un récit aussi implacable que son personnage principal. Un incontournable.

 
Infos techniques
 

Scénario : Christopher Sebela
Dessin : Josh Hixson
Couleur : Josh Hixson
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Red is (not) dead

Le comics Shanghai Red se déroule au XIXe siècle, sur un bateau américain effectuant la liaison commerciale entre Shanghai et Portland. Une pratique courante de l’époque, appelée Shanghaïade, consistait a kidnapper des pauvres bougres pour les faire travailler de force sur les navires marchands. Le capitaine d’un de ces navires propose à ses esclaves de les affranchir. Désormais, ils se tueront toujours à la tâche mais seront payés pour cela. Jack (surnommé Red en raison de sa couleur de cheveux), l’un des malheureux, nourri de trois années de rage envers ses bourreaux massacre alors tout l’équipage. Ses compagnons d’infortune découvrent alors, que celui qu’ils prenaient pour un jeune homme aux traits fins, était en réalité une femme, Molly. Celle-ci est bien décidée à retourner dans l’Oregon et à faire payer tous ceux qui ont participé à son enlèvement.

Revenge affranchie

Shanghai Red se présente comme un comics de vengeance. Style que j’apprécie mais qui, avouons le, brille rarement par son originalité. Le titre de Hi Comics parvient à sortir avec brio du lot grâce à d’excellentes qualités d’écritures et quelques astuces bien senties.

Le parti pris de l’auteur de ne pas faire de la révélation “Jack est une femme” un climax est très intelligent. Plutôt que d’obtenir un effet “décrochage de mâchoire” qui serait probablement tombé à plat, Christopher Sebela préfère annoncer la couleur dans les premières pages et développer autour de son astuce la psychologie de Jack/Molly. L’auteur aura su aussi me surprendre en évitant de tomber dans les poncifs habituels dès lors qu’il s’agit pour une femme de dissimuler son genre. Ici par d’histoires de viols, Christopher Sebela nous présente une jeune femme forte qui choisit de devenir un homme pour avoir accès à un travail, pour protéger sa mère et sa sœur.

Ce qui est d’autant plus intéressant dans ce récit, c’est l’ambivalence autour de cette double identité. Sans qu’il ne soit question de transgenre, on comprend que Molly est Jack. En effet, il n’est jamais question de la sexualité du personnage principal, qui de toutes façons ne semble animé par rien d’autre que son inextinguible soif de vengeance. Sans que l’on sache réellement si ce sont les années d’esclavages qui l’ont transformée, ou si c’est cette sensation de pouvoir et de liberté qu’elle aura éprouvée en se faisant passer pour un homme qui l’auront changée. Le récit nous laissera libre de nos interprétations, et je trouve cela fort appréciable.

Une qualité de prose rarement vue dans les comics

Je suis avant tout un lecteur de littérature américaine traditionnelle. Petite digression, je vous recommande Ohio de Stephen Markley dans ce domaine. Si j’adore les comics, il est rare que je sois séduit par la prose des titres. Si je trouve qu’Alan Moore ou Neil Gaiman sont d’excellents narrateurs, la “poésie” de leurs écrits me laisse souvent froid.

Ici, a plusieurs reprises, je me suis retrouvé à hocher la tête, impressionné par la prose de Christopher Sebela et ses brèves envolées lyriques dans un style très littéraire qui m’aura charmé. Il réussit là où certains échouent. Son écriture demeure juste, sincère et modeste. Sans qu’aucune lourdeur ne puisse lui être reproché. Si l’histoire demeure intéressante et le thème des Shanghaïades original (je ne connaissais pas du tout ces pratiques), il n’en demeure pas moins que Shanghai Red reste une histoire de vengeance. Les coups de poings, les explosions, les coups de poignards y pleuvent, comme d’habitude. Les proches du “vengeur” s’enquièrent de la finalité de cette vengeance, comme d’habitude. On retrouve bien évidemment des phrases du style “celui qui se venge creuse deux tombes”. C’est selon moi le talent de plume de Christophe Sebela qui magnifie le récit et le rend incontournable.

Un dessin sombre et froidement agressif

Pour autant, la qualité du dessin n’en est pas moindre. Joshua Hixson nous propose un trait fin et tranchant avec des personnages patibulaires et aux visages grimaçants. Il rend bien compte de la poisse qui règne dans ce Portland du XIXe siècle. Mais c’est surtout sa colorisation qui m’a impressionné. Dans des tons très froids de gris et de noirs, parsemés d’éclaboussures de rouge où les seules lumières blafardes n’ont pour unique objet que d’étendre l’obscurité autour d’elles.

Bref, Shanghai Red est un incroyable comics indépendant en un seul tome. Violent, sombre, immersif grâce à un graphisme excellemment travaillé en ce sens. Profond, incisif et noir grâce au talent d’écriture indéniable de Christopher Sebela. Shanghai Red évite les écueils du récit de vengeance pour nous proposer un récit aussi implacable que son personnage principal. Un incontournable

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Shanghai Red chez Hi Comics

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #38703
      PrimeSinister
      Modérateur

      Bref, Shaghai Red est un incroyable récit indépendant en une seul tome. Violent, sombre, immersif, profond, incisif et noir. Shanghai Red évite les écueils du récit de vengeance pour nous proposer un récit aussi implacable que son personnage principal. Un incontournable.

      [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Shanghai Red chez Hi Comics]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.