Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Rumble Tome 3

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


L'humour
Le dessin
Les thématiques abordées

Point(s) faible(s) :


Un petit manque d'enjeu dans l'intrigue


 
En résumé
 

Bref, Rumble tome 3 démontre la stabilité du titre, tant au niveau de ses qualités, que de ses petits défauts. Si les thèmes abordés et l’humour sont toujours autant appréciables, on reprochera à ce volet de ne pas faire grand chose pour la progression de l’intrigue. Espérons que le prochain tome saura y palier.

 
Infos techniques
 

Histoire : John Arcudi
Dessin : James Harren
Couleur : Dave Stewart
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

L’épouvantail s’agite

Le guerrier divin Rathraq continue son combat contre les démons qui tentent de reprendre leur place sur Terre tout en cherchant un moyen de ré-intégrer son enveloppe charnelle originelle, désormais en possession du démon Ashura. De son côté, Bobby, partenaire humain et de fortune de Rathraq, essaie de trouver un sens à la sortie de coma aussi brève qu’inattendue de sa mère.

 

L’avis de Prime Sinister

J’ai découvert Rumble assez tardivement (le tome 3 s’apprêtait à sortir), séduit par les dessins du premier volume. Agréablement surpris par le ton de l’histoire qui mêle habilement fantaisie, humour absurde et action, je me suis empressé de me procurer la suite. D’aucun vous parlerons d’une baisse de régime dans le tome 2 que je n’ai personnellement pas ressentie.

Rumble n’est pas une perle, ni un incontournable, mais c’est un titre très bien écrit. En effet John Arcudi nous propose pour la troisième fois une œuvre de fantaisie, fortement inspirée de Lovecraft (des dieux anciens démoniaques régnaient sur Terre avant l’apparition de l’Homme). En dépit de cet héritage, le titre s’avère toujours aussi léger, notamment grâce au duo que forment Bobby et son idiot au grand cœur de colocataire, nous offrant quelques rigolades d’humour absurde en venant ponctuer une histoire assez sombre. En effet, l’auteur aborde dans son récit quelques sujets plutôt graves, avec en première ligne, le rapport à l’identité. Thème récurrent dans ce volet, où l’on observe un Rathraq totalement bouleversé par la vision de son corps, possédé par un autre que lui. Mais aussi l’identité par la famille, avec un Bobby en quête de réponses et de sens quant au “réveil” suivi du décès soudain de sa maman qui était dans le coma, ou encore l’identité de l’espèce, avec ses petits êtres métisses, fruit de l’union entre les démons et les humains, qui se retrouvent chassés, servant de nourriture pour les démons, mais qui sont en même temps obligés de vivre cachés du reste de l’humanité. Rathraq lui-même les considère d’ailleurs comme une engeance du mal à exterminer.

C’est à la fois l’une des qualités de la série mais aussi l’un de ses plus gros défauts : on ne sait pas trop comment prendre ces différentes facettes. Difficile de rire d’une blague sur un pet lorsque la page d’après, on parle de meurtres de petits êtres vivants. Il l’est tout autant lorsque Rathraq est en proie à un dilemme intérieur dès lors que la case d’après, une situation burlesque survient.

Autre petit défaut de la série que l’on retrouve dans ce tome 3, le manque d’enjeu. Il est un peu compliqué de s’attacher à ce dieu guerrier dont l’esprit habite un épouvantail. Rathraq n’est que l’ombre de lui-même et cela le rend difficilement accessible émotionnellement. Barricadé derrière son attitude brave et courageuse, on a du mal à être sensible à sa fragilité. L’intrigue tend à piétiner quelque peu et la quête du héros divin pour retrouver son corps ne progresse pas réellement, de là à m’avoir lassé il n’y a qu’un pas. Heureusement quelques retours-en-arrière permettent de nous maintenir accrochés à l’histoire, livrant avec savoir quelques informations sur les origines de Rathraq et de sa guerre millénaire.

Le dessin quant à lui reste tout à fait agréable, avec un travail de character-design sur les démons plutôt bien senti et original. Les visages des humains sont bien réalisés, particulièrement au regard de l’expressivité, qui rend le titre dynamique et en adéquation avec la narration. Mention spéciale concernant les expressions de Rathraq (qui a donc un visage d’épouvantail plutôt figé) que James Harren parvient malgré tout à rendre très vivant (jouant énormément sur ses yeux). Pour finir,  la coloration, alternant entre couleurs sombres et couleurs froides, donne au titre son ambiance légèrement gothique, tirant parfois sur le sépia. Charmant.

 

Bref, Rumble tome 3 démontre la stabilité du titre, tant au niveau de ses qualités (thèmes abordés, dessin) que de ses petits défauts (héros peu attachant et intrigue qui tire un peu en longueur). Espérons que le tome 4 verra les choses s’accélérer.

 

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Rumble Tome 3

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 1 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #29118

    PrimeSinister
    Modérateur

    Bref, Rumble tome 3 démontre la stabilité du titre, tant au niveau de ses qualités, que de ses petits défauts. Si les thèmes abordés et l’humour sont toujours autant appréciables, on reprochera à ce volet de ne pas faire grand chose pour la progression de l’intrigue. Espérons que le prochain tome saura y palier.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Rumble Tome 3]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.