Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Night’s Dominion saison 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Une satire sociale intéressante

Point(s) faible(s) :


Mais des ficelles trop grosses
Les dessins brouillons


 
En résumé
 

Dans l’antique cité d’Umber, les plus riches vivent dans l’opulence tandis que les pauvres meurent ou survivent dans une misère noire. Pour échapper à leur destin, un groupe hétéroclite de désespérés se réunit pour braquer les richesses cachées dans la tour d’Uhlume farouchement gardée.

 
Infos techniques
 

Histoire : Ted Naifeh
Dessin : Ted Naifeh
Editeur :
 
Publié 12 juin 2018 par

 
Dans le détail...
 
 

Bienvenue dans la confrérie

L’avis de Sonia :

Tout comme Les chroniques de Riverdale, ce premier volume de Night’s Dominion fait partie de Log-In, la nouvelle collection young adult lancée par Glénat. Avec ce titre, Ted Naifeh, l’auteur de Courtney Crumrin, nous présente un univers qui s’apparente à la fois aux contes des mille et une nuits et à un univers d’heroïc fantasy.

Dans une cité aux décours moyen-orientaux, la misère sévit et un groupe de conspirateurs se réunit pour voler le temple d’Uhlume où se trouvent des trésors inestimables. Comme dans tout bon récit d’heroïc fantasy ou tout bon jeu de rôle, Ted Naifeh assemble une équipe hétéroclite formée par un barde, un acolyte, un assassin, un mage et une barmaid qui n’est autre que la Nuit, une redoutable voleuse que personne n’a pu coincer jusqu’ici. Evidemment, chacun a son caractère et les chamailleries sont nombreuses au sein du groupe dont chaque membre a un intérêt personnel dans l’histoire. Alors qu’ils tentent de pénétrer dans la tour, ils découvrent les lourds secrets des religieux et tout ne se passe pas comme prévu.

Le scénario proposé par Naifeh est un classique du genre, il utilise d’ailleurs toutes les ficelles de ce type de récit, quitte à ce qu’elles soient visibles, ce qui fait baisser l’intérêt du lecteur au fur et à mesure que l’histoire avance. Les interactions entre les différents acteurs sont assez stéréotypées et l’intervention d’un héros costumé à mi chemin entre Batman et le Hibou de Watchmen ne suffit pas à faire de ce titre un ouvrage original. La satire sociale est pourtant bien présente : les dirigeants politiques s’entre-déchirent sur fond d’intrigues de palais, les religieux exploitent la crédulité des masses et les usuriers profitent de la misère pour s’enrichir. On voudrait ressentir de l’empathie pour La Nuit et la quête de son frère disparu mais on sent tellement le dénouement arriver qu’on attend juste de savoir à quel moment l’inéluctable va se produire.

Graphiquement, je n’ai hélas pas été davantage séduite. On a du mal à distinguer les différents personnages qui ont des expressions figées, seul le costume de la Furie et la représentation de l’individu m’ont séduite. Les décors ne sont guère précis, ce qui est fort dommage pour un titre se déroulant dans un milieu urbain qui pouvait se prêter au détail.

Night’s Dominion est un récit d’heroïc fantasy dans un décor très “Mille et une nuits”. Avec ce titre, Ted Naifeh joue avec tous les codes du genre en plaçant au cœur de son récit une troupe hétéroclite formée d’individualités proches du stéréotype. Si tous les ingrédients semblent bien présents, la sauce a du mal à prendre.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

Les mots clé de cet article
avis Glénat Oni Press Ted Naifeh

 
Archiviste de métier et passionnée par les comics depuis qu’elle mit la main sur Spécial Strange n°19 en 1980, Sonia Smith a dévoré toutes les publications LUG et Semic qui lui tombaient sous la main. Après une pause à la fin des années 1990, elle retourne à ses premières amours et ouvre son blog Comics have the Power


Vos commentaires :