Le 1er collectif comics de France

 


 
 

The Scumbag Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
8 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un récit qui va à 100 km/h sans rien se refuser
Un personnage horrible qu'on a envie de voir évoluer
De belles possibilités pour l'avenir
Des artistes de talent...

Point(s) faible(s) :


...mais dont la multiplicité ne s'explique pas
Encore un peu flou sur son intrigue globale


 
En résumé
 

Scumbag est la dernière création de Remender, et comme à chaque fois, l’attente et la curiosité est forte ! Le pitch simple, d’un looser devenant accidentellement un super soldat, est amusante et offre un joli terrain de jeu qu’il nous tarde de découvrir. Malgré quelques faiblesses, le titre vaut le coup d’oeil !

 
Infos techniques
 

Scénario : Rick Remender
Dessin : Lewis Larosa, Andrew Robinson, Eric Powell, Roland Boschi, Wes Craig
Encrage : Lewis Larosa, Andrew Robinson, Eric Powell, Roland Boschi, Wes Craig
Couleur : Moreno Dinisio
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Je ne suis paaaaaaaas un HEROS !

Ce tome 1 de The Scumbag nous dévoile la nouvelle création de Rick Remender. Scénariste star de Marvel qui a depuis décidé d’arpenter exclusivement les sentiers de l’indépendant. Enchainant un grand nombre de succès, dont beaucoup se termine, il était temps pour lui de lancer de nouvelles saga. Et c’est là qu’intervient Scumbag !

Scumbag, ou un paquet d’artiste pour un gros crado ?

Une fois n’est pas coutume, il convient de parler d’abord de l’aspect esthétique du titre. Puisque c’est de là que vient sa principale originalité. En effet, Rick Remender a fait le choix curieux de confier chaque chapitre de la série à un artiste différent. Curieux dans le sens ou finalement rien ne le justifie. Puisqu’on aurait pu imaginer que chaque chapitre constitue une petite histoire indépendante, mais là non. Chaque chapitre fait directement suite au précédent, comme dans l’ensemble des séries régulières classiques.

Si les codes graphiques et les designs sont respectés (grâce à une colorisation homogène), qu’on est pas perdu en passant de l’un a l’autre et que le travail de chaque artiste est irréprochable on se demande quand même : POURQUOI ?

Le plaisir d’admirer des planches de Larosa, Powell ou Craig reste quand même un pur plaisir, les artistes étant en grande forme !

Ce choix n’a aucune incidence ou n’apporte malheureusement rien à l’intrigue global. Ne boudons pas notre plaisir d’admirer les superbes planches proposées dans ces pages malgré tout ! Mais il y a quand même un petit loupé.

Une histoire de héros/crado ?

Ceux qui connaissent Rick Remender le savent. Dés les premières pages, vous êtes propulsés dans l’intrigue et ses enjeux. Un démarrage en cinquième comme l’auteur en a l’habitude. Alors bien sûr, les enjeux scénaristiques ne sont pas tous dévoilés, et on espère de nombreuses surprises à venir. Mais l’essentiel est là.

Imaginez le pire looser du monde, accro aux drogues, au sexe et au rock. Un ivrogne dégueulasse qui rassemble tout ce que l’humanité a de pire et avec autant de MST qu’un ado a de boutons d’acné. Peu reluisant n’est-ce pas ?

C’est tout le principe de ce récit. Nous présenter ce looser absolu qui va s’injecter sans le vouloir un sérum faisant de lui un être surhumain. Mais seulement s’il agit pour une noble cause ! Notre crado va donc se retrouve rattaché à une organisation gouvernementale secrète afin de sauver le monde, et cela bien malgré lui.

Un personnage et un récit qui évolue

Tout est une surenchère absolu : orgie de sexe, drogues à tout va, jeux de mots vaseux, insultes à gogo, réactions exagérées. Le but est de divertir à tout prix, mais non sans proposer une évolution. Le personnage et son entourage va petit à petit évoluer. Lentement mais sûrement.

On va apprendre ce qu’il est, ses failles, ses doutes et sûrement beaucoup d’autres choses dans les épisodes à venir. On prend plaisir a voir les enjeux se dessiner petit à petit et on se régale d’une action non stop, volontairement too much qui ne se prive de rien pour son lecteur.

Finalement, le plus gros regret sera qu’à l’issue de ce premier tome, la direction générale du titre est encore aussi flou que le dernier bilan sanguin de notre héros. Mais l’intérêt est là et à ce prix de lancement, on aurait tort de se priver.

Scumbag est la nouvelle création de Remender. Et si ce n’est pour le moment pas son meilleur, il offre suffisement de bonnes choses et de possibilités pour donner envie de plonger dans cet univers. Affaire à suivre.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Thésard dans sa dernière ligne droite. Passionné de récits d'aventures (policier, SF, Fantasy, S-H...) que ce soit en Film, séries, jeux videos, romans et bien sur l'ensemble du 9e art !


Vos commentaires :

Accueil Forums The Scumbag Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42040

      Scumbag est la dernière création de Remender, et comme à chaque fois, l’attente et la curiosité est forte ! Le pitch simple, d’un looser devenant accidentellement un super soldat, est amusante et offre un joli terrain de jeu qu’il nous tarde de découvrir. Malgré quelques faiblesses, le titre vaut le coup d’oeil !

      [Retrouvez l’article de loic-kernoutlook-fr à l’adresse The Scumbag Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.