Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Tokyo Ghost – Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
12 votants

 

Point(s) fort(s) :


Les dessins sublimes de Murphy
L'idée de base

Point(s) faible(s) :


Rythme inégal
Des couleurs parfois livides


 
En résumé
 

Tokyo Ghost est une très bonne surprise menée par un duo Remender/Murphy qui a déjà fait ses preuves par le passé. Mise en place d’un univers intriguant !

 
Infos techniques
 

Dessin : Sean Gordon Murphy
Couleur : Matt Hollingsworth
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 24 octobre 2018 par

 
Dans le détail...
 
 

Bad Buzz / Good Buzz

Dans un monde où la population est devenue accro à la technologie, le but de tous est juste de créer le buzz. Cette dépendance virtuelle est principalement due à un gouvernement corrompu et ouvertement criminel. Led Dent et Debbie Decay veulent lutter contre ça, mais ce n’est pas si facile quand l’un des deux est lui aussi accro.

L’avis de Dram00n

Autant le dire tout de suite, ce premier tome est une claque à la fois scénaristique mais également visuelle. Plutôt adepte des deux auteurs sans faire partie des fanatiques ultimes, je retrouve toutes les qualités que j’aime chez chacun des membres de cette équipe créative. Dans l’action dès les premières cases, on va tout de suite suivre Led et Debbie dans la course poursuite d’un criminel notoire. On peut remarquer dès les premières pages que Led semble moins bavard que sa collègue et il ressort très rapidement que son rapport à la technologie n’est pas sain. Pour autant, on va suivre nos deux protagonistes dans la quête pour faire tomber ce gouvernement corrompu et de retrouver une vie normale. Et cette quête passe par Tokyo.

Comme souvent, lorsqu’il est question de technologie, il est souvent question d’addiction et de dépendance. Traitée dans toutes ses formes, cette addiction souffre souvent d’une vision bien trop binaire et moralisatrice dans beaucoup d’œuvres que l’on peut rencontrer aujourd’hui. Dans Tokyo Ghost, j’ai ressenti une exposition beaucoup plus proche de Black Mirror ou au traitement d’un auteur comme Philip K. Dick qui en a fait sa marque de fabrique. Si je m’attarde sur ce sujet, c’est tout bonnement parce qu’il est au cœur de la relation entre nos deux protagonistes. Dans un monde où les moyens de communication ont évolué, il est possible de vivre connecté avec ses séries et ses émissions de façon permanente. Engagée dans une relation devenue fantomatique, Debbie est à la recherche d’un moyen de refaire prendre conscience à son compagnon le monde qui l’entoure. Si je dois donc mettre en avant un point fort du récit, c’est cette relation écrite par Remender qui m’a tout simplement marqué. Sans entrer dans la critique facile vis-à-vis des « drogués », Remender va nous exposer un homme avec ses faiblesses et une femme confrontée en permanence face à ses doutes.

Si j’ai apprécié ce récit, c’est justement pour cette critique ouverte envers les différentes dépendances aux écrans (tablette, portable, TV,..) que la société veut nous créer, mais non forcément tournée vers les consommateurs. Remender l’illustre parfaitement avec un gouvernement qui cherche justement à rendre la population dépendante du buzz continuel sans jamais nous montrer une relation en manque et à la recherche de sa future dose. Évidemment, il n’est pas seulement question de technologie dans cette œuvre, il est aussi question d’une histoire d’amour, du harcèlement,… Autant de thématiques qui vont rendre les personnages attachants lors de la lecture.

Il est très dur aujourd’hui de ne pas connaître Sean Murphy tant son nom fait palpiter le cœur de ses fans. Adulé par beaucoup, il est difficile de remettre en cause ses talents et son style si particulier. Personnellement, je suis plutôt adepte de son travail sur Punk Rock Jesus et je retrouve ici son style si dynamique. Maître dans l’art de faire ressortir du mouvement dans ses dessins, il se fait également plaisir ici en alternant les styles dans les fonds. J’ai donc particulièrement apprécié le contraste entre la pureté des dessins de Tokyo par rapport au côté crasseux de Los Angeles. Même si je vais me répéter, le point fort de Sean Murphy reste l’emplacement des bulles et le chemin qu’il va créer dans l’action par celles-ci. Mis à part des couleurs un peu délavées, je n’ai rien à redire sur la partie graphique.

Série complète en deux tomes, ce premier volume de Tokyo Ghost se déguste et nous laisse en appétit pour le dessert. Fort d’un scénario intense et de personnages touchants, l’histoire est intéressante et intrigante. Le style graphique en ravira plus d’un et en laissera beaucoup bouche bée. Tokyo Ghost est une lecture enthousiasmante que je recommande aux adeptes de Remender et un bon point d’entrée pour découvrir l’univers de l’auteur.


 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Tokyo Ghost – Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #16883
      Dram00n
      Participant

      Tokyo Ghost est une très bonne surprise menée par un duo Remender/Murphy qui a déjà fait ses preuves par le passé. Mise en place d’un univers intriguant !

      [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse [Review] Tokyo Ghost – Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.