Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] L’Ère d’Apocalypse Omnibus

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Les thèmes abordés
Une intrigue cohérente malgré le nombre de séries impactées
Les dessins très bons dans l'ensemble

Point(s) faible(s) :


Quelques longueurs
Quelques arcs loupés/inutiles
Un Apocalypse pas très charismatique


 
En résumé
 

L’Ère d’Apocalypse est un récit ambitieux (surtout pour l’époque) qui aborde des thèmes sérieux et fait réfléchir. Tout n’est pas bon pour autant et certains arcs sont soit trop longs soit purement et simplement ratés. Là où les nostalgiques et les connaisseurs trouveront leur bonheur, les plus novices seront vite perdus.

 
Infos techniques
 

Histoire : Scott Lobdell, Fabian Nicieza, Warren Ellis, Mark Waid, Howard Mackie, Terry Kavanagh, Jeph Loeb, John Francis Moore, Larry Hama
Dessin : Joe Medureira, Salvador Larroca, Terry Dodson, Tony Daniel, Roger Cruz, Ken Lashley, Steve Epting, Renato Arlem, Andy Kubert, Steve Skroce, Carlos Pacheco, Adam Kubert, Chris Bachalo, Ian Churchill
Encrage : Dan Panosian, Kevin Conrad, Klaus Janson, Tim Townsend, Al Milgrom, Dan Green, Phil Moy, Tom Wegrzyn, Mike Christian, Harry Candelario, Scott Hanna, Bud Larosa, Matt Ryan, Cam Smith, Karl Kesel, Harry Candelario, Mike Sellers, Chris Warner, Mark Buckingham, Bob Wiacek, Steve Moncluse, Al Vey
Couleur : Steve Buccellato, Marie Javins, Joe Rosas, Matt Webb, Digital Chameleon, Mike Thomas, Kevin Somers, Glynis Oliver, Electric Crayon
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

La date de sortie de l’Omnibus l’Ère d’Apocalypse étant prévue pour le 7 novembre 2018 nous ne l’avons bien entendu pas eu entre les mains. Cependant, Panini a déjà édité ces épisodes sous d’autres formats et nous souhaitions parler de la qualité de l’histoire en elle-même.

L’avis de Spider-Matt :

Avant de parler de ce gigantesque event qu’est l’Ère d’Apocalypse, je voudrais d’abord parler des épisodes qui servent de Prélude à cette ère. En effet, ceux-ci ne figureront pas dans cet Omnibus mais Panini les avaient publiés en version Best Of quelques années plus tôt. Je trouve qu’ils sont très importants pour mieux comprendre et appréhender cette saga. On y découvre les motivations de Legion ainsi que sa psyché torturée mais aussi l’amitié naissante entre Erik Lensherr et Charles Xavier. C’est le véritable point d’origine à l’Ère d’Apocalypse. Donc si vous le trouvez à un prix raisonnable et que cet Omnibus vous intéresse, je ne peux que vous le conseiller.

Au milieu des année 90, les séries X-Men sont en perte de vitesse. Afin d’y remédier, Marvel décide de frapper un grand coup. Le fils de Charles Xavier, Legion, un mutant doté de pouvoirs effrayants ainsi que de multiples personnalités unifie ces dernières en un seul et même esprit et devient plus puissant que jamais. Dès lors, doté de nouvelles facultés, il entreprend d’aller dans le passé et de tuer Magneto, car selon lui tout irait bien mieux dans le monde sans ce criminel. Si vous pouviez voyager dans le passé afin d’éliminer Hitler, ce serait tentant, n’est-ce pas ? Eh bien, j’imagine qu’il est parti de ce principe. Tout ne se déroulera évidemment pas comme prévu et c’est Charles Xavier qui mourra des mains de son enfant. Suite à ce bouleversement temporel, la réalité toute entière est réécrite et sombre dans un chaos où Apocalypse règne en maître. Mais une rumeur court : la réalité n’est pas ce qu’elle devrait être et il serait possible d’y remédier.

L’Ère d’Apocalypse commence donc juste après ce parricide et est donc un immense crossover mutant qui fait apparaître la quasi totalité des homo superiors. Certains seront même créés pour l’occasion. Comme X-Man ou Sugar Man (que j’aime beaucoup). Beaucoup de scénaristes et de dessinateurs œuvrent sur différentes séries. Et pour la plupart ils en sont au début de leur carrière et deviendront des références dans leurs domaines : Jeph LoebWarren Ellis, Mark WaidJoe MadureiraTerry DodsonChris Bachalo ou encore Andy Kubert.

Le ton est sombre et violent. Les humains sont vus comme une peste génétique à exterminer et les X-Men de Magneto font tout leur possible pour en sauver le plus possible. Malheureusement, certains humains peu scrupuleux sont également prêts à faire n’importe quoi pour s’attirer les bonnes grâces du seigneur Apocalypse. On se retrouve donc avec une ambiance de Seconde Guerre Mondiale. Le génocide d’une communauté, des camps de concentration, des collabos et un tyran régnant sur une nation mais désirant étendre son emprise sur le reste du monde et écraser la résistance qui s’y trouve. L’ensemble est très dense et nous suivons les aventures de beaucoup d’équipes et les interactions qui ont lieu entre elles. J’ai particulièrement aimé l’histoire qui voit Generation Next (l’équipe menée par Colossus)  partir en mission de sauvetage. Je me suis vraiment attaché aux personnages et au sort qui leur était réservé. Mais certains aspects de cette énorme saga traînent en longueur. Comme les différents combats contre Holocauste. Je me suis cru dans un jeu Capcom : Holocauste VS tous les autres mutants.

Un point très intéressant, et qui fait toute la différence, se situe au niveau des héros de l’univers classique qui ne sont pas forcément bienveillants dans celui-ci. Et c’est bien sûr aussi la cas pour les vilains qui n’y sont pas forcément mauvais. Ce qui nous permet de découvrir tous ces protagonistes sous un jour nouveau. Ça nous fait réfléchir aussi sur l’impact que peut avoir un environnement ou certains individus sur les choix d’une personne et sur ce qu’elle deviendra plus tard. Les X-Men sont-ils naturellement bons ou le sont-ils parce que Charles Xavier les a pris sous son aile ?

L’histoire s’appesantit beaucoup sur Magneto qui veut honorer le rêve de Charles Xavier, cet homme qui lui a sauvé la vie. Cependant, avant qu’il ne meure, ils ne se connaissaient pas depuis longtemps et Erik le pleure comme s’il l’avait connu toute sa vie, ce qui sonne faux dans la narration. Je précise que j’ai ce sentiment en ayant lu le prélude, qui montre la mort de Charles et les causes de ce nouveau statu-quo. Quant à Apocalypse, il n’est pas beaucoup présent. Et c’est compréhensible, car on évite de trop mettre en lumière un ennemi qui doit inspirer la crainte. Mais très souvent ses interventions le montrent piquant de grosses colères et braillant des ordres, mais pas grand chose de plus. Je m’attendais à un tyran plus charismatique. Au final cette bataille entre deux camps opposés s’apparente à un immense échiquier. Ces deux leaders avançant leurs pions afin de remporter la partie.

Nous avons aussi droit à l’apparition d’autres héros comme Thor, Tony Stark ou encore certains membres des Fantastic Four. Malheureusement leurs apparitions sont regroupées dans quelques numéros et dans une histoire que j’ai trouvée incompréhensible. De mon point de vue, si c’était pour en faire ça, il aurait mieux valu les laisser de côté et se concentrer essentiellement sur les personnages mutants.

Rappelons aussi que nous sommes en 1995 avec tout ce que cela implique pour les comics. Les hommes ont de gros muscles et des discours badass, les femmes ont des tailles de guêpe et de généreuses poitrines mises en avant dans des décolletés plongeants. C’est assez daté et cet aspect ne vieillit pas forcément très bien. Les nostalgiques adoreront retrouver ce récit, pour ceux qui n’ont pas connu cette époque mais étant familiarisés avec Marvel, c’est une saga à découvrir. Les thèmes abordés sont intéressants et ça reste un monument de l’histoire des X-Men. À l’inverse, si vous débutez dans les comics ne commencez pas par ça au risque d’être complètement perdu. Ça pourrait même vous dégoûter du média.

Les dessinateurs sont nombreux mais il y a une bonne cohérence graphique. Ce qui aide la lecture à être le plus fluide possible. Que ce soit sur la mise en page ou sur le niveau de détails, on en prend plein les yeux. Là encore, on est en plein dans le style des années 90 et tout le monde n’aime pas. J’ai beaucoup aimé les épisodes dessinés par Chris Bachalo sur Generation Next dans le camp de concentration. Son travail est à couper le souffle et aide vraiment le récit à développer son ambiance crasseuse.

Bref, l’Ère d’Apocalypse est un récit ambitieux (surtout pour l’époque) qui aborde des thèmes sérieux et fait réfléchir. Tout n’est pas bon pour autant et certains arcs sont soit trop longs soit purement et simplement ratés. Les nostalgiques et lecteurs aguerris seront sans doute heureux de (re)découvrir ce symbole de toute une époque des X-Men. Mais si vous vouliez commencer les comics avec cette histoire je ne vous le conseille pas. Vous serez plongés dans une histoire qui mêle d’innombrables personnages et références sans aucune explication.

La note de Spider-Matt :

 

L’avis de Comics Grincheux :

Spider-Matt a déjà dressé un portrait large de l’event et je partage globalement son avis. Je serai néanmoins plus dur que lui sur certains aspects. Toutes les séries ne sont pas intéressantes et ne bénéficient pas de la même qualité d’écriture ou du même niveau d’intérêt. Vous risquez de vous ennuyer à certains moments, surtout si vous ne connaissez pas très bien l’univers X-Men.

En effet, je pense qu’une grosse partie du plaisir est liée au fait de voir des versions alternatives de certains gentils ou méchants interagir dans un univers nouveau. Pour pleinement ressentir ce plaisir, les connaissances sont nécessaires et il est fort probable que si le titre est une de vos premières lectures des mutants, vous soyez noyé sous le déluge de personnages. Car il y en a beaucoup et parfois trop tant les auteurs ne savent pas vraiment faire le tri entre ceux qui ont de l’importance pour l’intrigue et ceux qui ne font que décor. Tout semble important et tous les personnages semblent devoir avoir leur heure de gloire, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il n’en est rien.

L’autre problème, c’est cette vibe très années 1990 où tout est noir, jusqu’à l’excès. Les personnages sont torturés, parfois de manière facile parce que leur personnalité d’origine est finalement intacte. Ils portent des costumes souvent moches qui reflètent cette tendance sombre, c’est souvent foncé, en métal. Pour des gens qui n’ont pas connu cette époque, cela risque forcément d’être un choc. Cela se reflète aussi dans le monde, sorte de version mutante de la Seconde Guerre Mondiale comme l’indiquait Spider-Matt. Si ça fonctionne dans certains chapitres, notamment, ceux de Generation Next, le reste du temps, ça tombe à plat. C’est très cliché, très convenu et finalement, je n’ai pas compris l’intérêt d’avoir un univers aussi grotesquement sombre.

Mais malgré toutes ces critiques, le récit est efficace, il y a une belle montée en puissance au fur et à mesure que les éléments du récit s’emboîtent. Le projet est très novateur en termes narratifs car l’ensemble des séries parviennent à s’emboîter et il y a dû y avoir une forte exigence pour parvenir à une telle synergie scénaristique. De nombreux moments sont réussis et le grand nombre de personnages pourra aussi inciter à aller chercher plus loin à travers des encyclopédies pour découvrir des pans parfois peu connus de l’univers Marvel. Surtout, il est servi par une pléthore d’artistes au talent indéniable.

Bref, L’ère d’Apocalypse est un event qui commence à accuser le poids des années. Assez vieillot sur de nombreux aspects et notamment son côté sombre assez gratuit, il reste pourtant assez efficace dans son genre. A vous de voir si vous êtes prêt à dépenser beaucoup d’argent dans cet Omnibus.

La note de Comics Grincheux :

 

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] L’Ère d’Apocalypse Omnibus

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Lary, il y a 2 semaines et 1 jour.

  • Auteur
    Messages
  • #21247

    Spider-Matt
    Modérateur

    L’Ère d’Apocalypse est un récit ambitieux (surtout pour l’époque) qui aborde des thèmes sérieux et fait réfléchir. Tout n’est pas bon pour autant et certains arcs sont soit trop longs soit purement et simplement ratés. Là où les nostalgiques et les connaisseurs trouveront leur bonheur, les plus novices seront vite perdus.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse [Review] L’Ère d’Apocalypse Omnibus]

  • #21261

    Lary
    Participant

    LE récit que j’ai dévoré en étant ado. Ca a été ma 1ere grosse claque à l’époque. Je prendrai l’omnibus même si j’ai déja la version souple en 4 volumes ! et même s’il y a des défauts , je ne peux pas mettre en dessous de 4/5 ( l’une des premieres revisites de nos xmen préférés, des arcs poignants, et des implications énormes sur le monde )

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.