Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Doctor Who : Fractures

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Le respect de l'oeuvre

Point(s) faible(s) :


Classique dans le déroulé


 
En résumé
 

Peut-on sacrifier l’univers entier au bonheur d’une famille ? C’est la question à laquelle tente de répondre ce volume consacré à Dr Who.

 
Infos techniques
 

Histoire : Robbie Morrison
Dessin : Brian Williamson, Mariano Laclaustra
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 16 avril 2017 par

 
Dans le détail...
 
 

Mieux que Dr Strange, Dr Fate et Dr House réunis.

Dans le quartier de Coal Hill, à Londres, une famille est endeuillée : le père, Paul, a trouvé la mort dans un accident de voiture. Hannah doit réapprendre à vivre avec son chagrin en élevant ses deux filles. La plus jeune, Molly se morfond sur une balançoire lorsqu’elle reçoit un étrange message et suit un ruban qui semble vouloir l’entraîner au fond du jardin. Sa surprise est immense quand elle retrouve son père. Tout semble bien se terminer quand des créatures monstrueuses débarquent sur Terre bientôt suivies par le Docteur et son acolyte Clara.

L’avis de Sonia Smith :

Après des voyages dans des univers lointains, le docteur et sa compagne Clara Oswald reviennent sur Terre en 2014. Clara est, en effet, attachée à sa planète d’origine où elle exerce le métier d’enseignante. Le duo va devoir régler un problème majeur et sera confronté à un cruel dilemme. Fractures explore la problématique des dimensions parallèles et des soucis que provoquent les incursions d’un monde dans l’autre.

Clara et le docteur vont devoir faire face à des entités appelées Fractures qui traquent les incongruités et les voyageurs inter-dimensionnels. Ce récit dynamique est plein d’émotion puisque la question est de savoir si un homme qui a tout perdu peut traverser sans dommage les dimensions pour retrouver sa famille dans un monde parallèle. Cette situation, apparemment banale dans ce type de récit, est traitée avec tendresse par le scénariste Robbie Morrison : peut-on sacrifier l’univers entier au bonheur d’une famille ?

Ce récit pourrait être triste sans les bons mots du docteur, son jeu permanent du chat et de la souris avec Clara, sa fausse immodestie et sa manière bien à lui de se retrouver au milieu des situations les plus catastrophiques dont il se sort avec une pirouette.

La seconde histoire qui compose ce volume est intitulée Gangland. Elle se déroule au cœur du Nevada en 1963 et évoque le monde de la mafia et des casinos en incluant tous les clichés du genre. Ajoutons à cela une invasion extra-terrestre et l’on retrouve tout de suite une ambiance déjantée propre à permettre l’intervention du bon docteur et de Clara. Si l’histoire n’est pas forcément d’une grande originalité, on se laisse vite entraîner dans la loufoquerie du seigneur du Temps sans jamais avoir le temps de se reposer : le récit file à cent à l’heure jusqu’à sa conclusion.

La ligne graphique reste fidèle au tome précédent : les personnage rappellent sans grande surprise leurs alter-ego télévisuels  et l’ensemble conserve un aspect psychédélique tout à fait approprié au style du récit. Les courses inter-dimensionnelles et les combats contre les aliens sont rendus avec une grande efficacité soulignant l’aspect dynamique des aventures du seigneur du Temps.

Si ce deuxième volume est un peu moins philosophique que le premier, il n’en reste pas moins riche en émotions, en réparties et en traits d’humour toujours bienvenus et jamais lassants.

Si vous avez aimé les précédentes aventures du docteur et de Clara Oswald, ce deuxième tome devrait donc vous combler. Il aborde les thématiques classiques de la série : voyages à travers les dimensions, choix cornéliens, invasion par des extra-terrestres avides de conquêtes ou de revanche dans une une ambiance mafieuse et des casinos. Le tout est saupoudré de bons mots et de vannes auxquels les amateurs du Doctor sont habitués et dont ils sont friands. Une série qui poursuit son chemin sans perdre en qualité.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 

 


 
Archiviste de métier et passionnée par les comics depuis qu’elle mit la main sur Spécial Strange n°19 en 1980, Sonia Smith a dévoré toutes les publications LUG et Semic qui lui tombaient sous la main. Après une pause à la fin des années 1990, elle retourne à ses premières amours et ouvre son blog Comics have the Power


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire