Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Reckless Tome 3 Eliminer les monstres

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
5 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une atmosphère toujours aussi poisseuse, propre aux polars des années 70/80.
Un univers enrichi qui fait grandir son personnage principal et son acolyte.
Une vision de l’Amérique au 1er abord pessimiste mais qui laisse place à un soupçon d’optimisme.

Point(s) faible(s) :


Pour chipoter, si vous n’aimez pas les références sus-citées, ça peut vous rebuter ( et ce serait dommage).


 
En résumé
 

Ne pas éliminer Brubaker ni Phillips ! Reckless Tome 3 Eliminer les monstres, écrit par Ed Brubaker et dessiné par son comparse Sean Phillips, vient de sortir chez Delcourt. Il fait suite à Reckless et à L’envoyé du diable mais les tomes sont indépendants. Cette série est toujours en cours de publication aux USA chez […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Ed Brubaker
Dessin : Sean Phillips
Couleur : Jacob Phillips
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Ne pas éliminer Brubaker ni Phillips !

Reckless Tome 3 Eliminer les monstres, écrit par Ed Brubaker et dessiné par son comparse Sean Phillips, vient de sortir chez Delcourt. Il fait suite à Reckless et à L’envoyé du diable mais les tomes sont indépendants. Cette série est toujours en cours de publication aux USA chez Image Comics.

Série pulp aux frontières du polar et de la série B d’action, cette œuvre nous propose de suivre le parcours d’Ethan Reckless. Il est un ancien agent du FBI défiguré lors d’un attentat à la bombe, qui a choisi de vivre  dans un cinéma désaffecté où il regarde de vieux films tout en exécutant des « missions » diverses contre rémunération. Il est aidé dans sa tâche par Anna, une jeune punk tout aussi passionnée de cinéma et sur qui il peut compter pour dénicher les informations nécessaires à la réussite de ses contrats.

Nouveau contrat, même Amérique

Ethan, c’est un peu le gars qu’on appelle quand on est à court de solutions et qu’on veut que le boulot soit fait, peu importe la manière.

Le premier tome nous permettait d’ne apprendre plus sur le passé d’Ethan. Dans le deuxième, on plongeait dans l’univers glauque du porno des années 80 et du meurtre rituel, Ed Brubaker fait cette fois-ci le choix de nous guider à travers la misère sociale et les magouilles propres au Los Angeles de l’aube des années 90 tout en nous en apprenant plus sur la relation qu’entretient Ethan avec Anna.

La formule ne change pas vraiment : un nouveau contrat qui ne va pas se dérouler comme prévu. Puis qui va apporter son lot de surprises et de révélations sur les différents personnages. Ici, un conseiller municipal qui veut se venger d’un ancien associé qui a fait capoter un projet immobilier social pour pouvoir revendre les terrains à une grande entreprise commerciale.

Comme d’habitude chez Brubaker, le pitch de départ n’est qu’un prétexte. Ici, nous dépeindre une Amérique, et surtout une Californie d’un autre temps : celle des promesses non tenues, des désillusions et pourtant toujours porteuse d’espoirs pour ceux qui auraient la force d’imaginer le soleil au-delà du brouillard.

A travers les conflits immobiliers dans lequel intervient notre anti-héros, Brubaker nous dresse le portrait de quartiers détruits par l’ambition de promoteurs véreux, laissant place à des sortes de no man’s lands peuplés de toxico, de squatteurs et de policiers véreux. Evidemment, c’est sans parler des politiciens et autres gens fortunés qui vivent leurs vices les plus inavouables sur le cimetière d’une ville en pleine transformation. Pour le meilleur et pour le pire.

Los Angeles Reckless

L’imagerie de Sean Philips est alors très proche du William Friedkin de Police Fédérale Los Angeles. Quartiers miteux, police gangrenée et rues à l’abandon. Los Angeles, derrière les paillettes, nous apparait comme un territoire dangereux. Chaque rue semble être la cible d’un prédateur avide de pouvoir et d’argent, qui n’hésitera pas à dévorer ses propres congénères par appât du gain.

Dans le Los Angeles de Reckless, il n’y a pas de place pour l’amitié ou pour la charité. Les puissants n’hésitent pas à se salir personnellement les mains pour faire fleurir l’argent sur les cadavres et la misère.

Mais en dehors de la qualité des dessins c’est avant tout la colorisation de Jacob Phillips qui donne au récit toute son atmosphère très 80’s. Entre les teintes orangées et bleutées que l’on retrouve encore une fois dans Police Fédérale Los Angeles, mais aussi dans le Warriors de Walter Hill ou dans la filmographie du grand Michael Mann, il y a cette sensation poisseuse et lourde qui colle à la peau. Un peu comme les péchés collent à la peau des différents protagonistes.

Espoir et désillusion entremêlé

Mais Brubaker va plus loin que l’imagerie et la simplicité du pulp grâce à l’écriture de ses personnages. Ethan n’est pas qu’un énième Dirty Harry sur le déclin. Il n’est pas une sorte de parodie des détectives hard boiled que nous livrent les USA depuis les années 70. Ethan est un homme au passif lourd, solitaire, en complet décalage avec son époque. Il est à l’image de sa ville : pessimiste, abattu, prisonnier de ses propres convictions. Mais par le récit et à travers sa relation avec Anna, il va se transformer et changer avec sa ville. Peut-être pourra-t-il prendre un nouveau départ ? Quitte à devoir bâtir cette nouvelle vie sur le cimetière de son propre passé.

Car c’est finalement de ça qu’il est question : comment bâtir un monde meilleur, et se reconstruire soi-même, à partir des cendres d’un champ de bataille et alors qu’on aurait souhaité que rien ne change ?

En bref, avec Reckless Eliminer les monstres, Ed Brubaker et ses acolytes continuent leur hommage aux pulps. Ils apportent au travers de cette histoire passionnante un nouveau chapitre qui enrichit l’univers et la personnalité d’Ethan Reckless. Polar Hard Boiled sous influence et ultra référentiel par son imagerie typique de la série B des années 70/80, Reckless vous emmènera faire un road trip violent et parfois touchant à travers une Amérique tombée en désuétude mais toujours porteuse d’espoir.

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 

Merci


 
Enfant des années 80 biberonné à Strange, je suis un éternel ado dans un corps de vieux con. Fan irréductible de Frank Miller et Alan Moore, je prends aussi du plaisir dans toutes sortes de genres.


Vos commentaires :

Accueil Forums Reckless Tome 3 Eliminer les monstres

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42691
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Ne pas éliminer Brubaker ni Phillips ! Reckless Tome 3 Eliminer les monstres, écrit par Ed Brubaker et dessiné par son comparse Sean Phillips, vient d
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Reckless Tome 3 Eliminer les monstres]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.