Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Green Valley

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
2 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un récit mêlant différents genres avec justesse
Des dialogues réussis
Des thématiques intéressantes
Des dessins superbes

Point(s) faible(s) :


Certaines transitions abruptes
Un mélange original mais une réalisation classique
Des personnages secondaires très secondaires


 
En résumé
 

Green Valley est une épopée de chevalerie pas comme les autres, orchestrée par Max Landis accompagné du talentueux Giussepe Camuncoli. Le récit nous embarque dans cette quête qui prendra une direction inattendue. Un récit rythmé aux dialogues savoureux traitant de thématiques variées et profondes avec justesse !

 
Infos techniques
 

Histoire : Max Landis
Dessin : Giussepe Camuncoli
Encrage : Cliff Rathburn
Couleur : Jean-François Beaulieu
Editeur :
 
Editeur VO : ,
 
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

“Que trépasse si je faiblis !”


L’avis de LoLo “DrComics” :

Green Valley est le dernier projet en date du très controversé Max Landis, qui s’associe pour l’occasion au talentueux Giuseppe Camuncoli, pour nous livrer cette maxi série en 9 numéros, chez Image Comics, et plus précisément au Label Skybound de Robert Kirkman.

Je ne reviendrais pas sur les polémiques et les terribles accusations lancées contre Max Landis, c’est à la justice de s’occuper de cela en espérant, pour les victimes, que cela soit réglé le plus vite possible. Si je choisis d’en parler c’est uniquement pour me focaliser sur l’œuvre en elle même qui mérite le détour et qui est également le fruit du travail de Giuseppe Camuncoli et qui mérite reconnaissance pour cela !

J’ai déjà crié mon amour des mondes imaginaires plusieurs fois sur le site dans mes chroniques. Je ne pouvais donc pas passer à coté de ce récit, même si, paradoxalement, ma première lecture ne m’a pas franchement marquée ! C’est seulement en rouvrant le livre la semaine dernière, pour une seconde lecture, que la magie a véritablement opéré.

Soyons francs, ce qui m’a poussé a rouvrir le livre, ce sont les dessins de Camuncoli, qui m’avait laissé une bien belle impression et qui m’ont motivé à lui redonner une chance, et grand bien m’en a pris.

L’histoire nous propose de suivre les valeureux chevaliers de Kélodie, héros valeureux qui à eux 4 arrivent à protéger leur village contre toute menace. Le valeureux vétéran Bertwald et son second Ralphus, accompagnés du chasseur de dragon Gulliver et du séducteur Indrid. Véritables légendes, ceux-ci vivent des jours heureux, mais le temps passe et les choses changent, les batailles paraissent vaines pour le chef de la troupe Bertwald qui décide de se retirer et profiter de sa future femme.

Tout semblait aller pour le mieux lorsque une nuit, une attaque barbare imprévue entraîne la chute du royaume et la disparition d’Amélia la promise du chevalier Bertwald.

De ce drame découlent des mois d’ambiance morne, de perte d’espoirs, les chevaliers n’étant plus que l’ombre d’eux-mêmes, écrasés par le poids de la tristesse de leur chef. Commencent alors à naître conflit et dissension au sein du groupe, les nerfs à vif tout le monde est prêt à exploser. Mais à l’horizon de cette vaste étendue de morosité, un événement inattendu se profile quand le jeune Perceval vient chercher ces héros afin de lutter contre un terrible sorcier opprimant son visage avec son armée de dragons !

Et c’est là que le récit bascule, car finalement l’univers de Green Valley n’est pas un univers de fantasy. Point de magie ou de créature maléfique. Ce n’est qu’un monde ou des héros vivent parmi les hommes, mais ils n’en demeurent pas moins des hommes également. Notre cher chevalier Gulliver n’est finalement qu’un conteur forgeant sa légende par le biais de récit homérique dans le but de séduire les foules.

Mais cette quête providentielle va remettre nos héros en selle, qui vont de leur yeux vérifier ce qu’il se passe dans ce village. Vous avez ainsi le résumé des deux premiers chapitres de ce récit, et c’est après cela que le récit s’emballe.

Clairement le but n’est pas de vous spoiler, et de vous gâcher les nombreux rebondissements, mais disons que le récit prend à partir de là un tournant plus tourné vers la SF que la Fantasy. L’histoire s’enchaîne vite, comme un film divertissement grand budget, très généreux en terme de séquences.

Le récit brasse énormément de thématique par le biais de ses héros, le deuil, la perte du désir de vivre, l’envie de faire ses preuves, la peur de ne pas être à la hauteur de sa légende, du choix de la vie que l’on va mener, etc. Attention ce n’est pas une dissertation sur des thématiques sociales, mais bien un récit d’action-aventure, où toutes ces thématiques vont se lier en fond apportant de la densité au titre, et peuvent faire écho à ce qui peut nous arriver dans notre propre vie.

On est sans aucun doute nombreux à un jour s’être senti un imposteur, craquer face à la pression, vouloir changer de vie ou ce genre de choses. Ce sont ces petits liens que l’on peut faire entre nous et les personnages de l’œuvre qui apportent un petit plus à l’ensemble.

L’histoire en elle même fait le job en proposant un récit original dans son mélange, mais ne bouleversant pas les codes du genre, et cela n’est pas son but. Les dialogues sont cependant très bien écrits, offrant un rythme parfaitement dosé, des scènes d’émotions et de réflexion pertinentes et des touches d’humour savamment distillées dans l’ouvrage.

Les dessins de Camuncoli sont d’un très haut niveau. Le découpage est efficace alternant les pleines pages et les enchaînements de case en plan fixe, jouant uniquement sur les expressions du visage afin de faire ressortir certains dialogues. Les pages sont riches et d’une lisibilité exemplaire, si ce n’est certaines transitions de lieu ou de temps un peu abruptes parfois. Les couleurs très pastels font bien ressortir l’ensemble apportant une luminosité bienvenue au récit.

Vous l’aurez compris je vous conseille très fortement ce Grenn Valley. Ce one-shot est une histoire solide et finement construite associant des dessins de haut niveau à des dialogues bien écrits. Une aventure prenante de bout en bout et qui n’est pas dénuée de profondeur, notamment par le biais des thématiques qu’elle brasse avec ses différents personnages. Une quête épique de chevaliers reprenant les codes classiques du genre et en ajoutant une pincée d’originalité à son univers. Une lecture tout à fait recommandable !

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Thésard dans sa dernière ligne droite. Passionné de récits d'aventures (policier, SF, Fantasy, S-H...) que ce soit en Film, séries, jeux videos, romans et bien sur l'ensemble du 9e art !


Vos commentaires :

Accueil Forums Green Valley

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  LoLo – “Dr Comics”, il y a 2 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #29685

    Green Valley est une épopée de chevalerie pas comme les autres, orchestrée par Max Landis accompagné du talentueux Giussepe Camuncoli. Le récit nous embarque dans cette quête qui prendra une direction inattendue. Un récit rythmé aux dialogues savoureux traitant de thématiques variées et profondes avec justesse !

    [Retrouvez l’article de loic-kernoutlook-fr à l’adresse Green Valley]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.