Le 1er collectif comics de France

 


 
 

The Batman Critique du film de Matt Reeves

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
29 votants

 

Point(s) Fort(s)


Ambiance, photographie et musique au sommet de leurs arts.
Des thèmes bien mis en œuvre.
Un Batman plus détective qu'à l'accoutumée.
Une Zoé Kravitz et un Paul Dano impressionnant.e.s.
Matt Reeves connaît ses comics.

Point(s) Faibles(s)


Un côté un peu mécanique dans la progression.
Ne sait pas s'arrêter.


 
En résumé...
 

Matt Reeves est un réalisateur exceptionnel. Ses Planètes des Singes sont de grands films, grandioses dans leur réalisation mais aussi dans les thèmes, foisonnants mais qui ne débordent jamais sur l’impact émotionnel ou l’ambiance du long-métrage. Dire que j’étais confiant quand il a été annoncé à la réalisation et à l’écriture d’un film sur Batman […]

 
Infos Techniques
 

Realisation : Matt Reeves
Scénario : Matt Reeves, Peter Craig, Mattson Tomlin (non-crédité)
Musique : Michael Giacchino
Studio : Warner Bros.
Principaux acteurs : Robert Pattinson, Zoé Kravitz, Paul Dano, Jeffrey Wright, Colin Farrell, John Turturro, Andy Serkis
Univers Partagé :
 
Inspiré D'un Comics De :
 
Publié 2 mars 2022 par

 
Dans le détail...
 
 

Matt Reeves est un réalisateur exceptionnel. Ses Planètes des Singes sont de grands films, grandioses dans leur réalisation mais aussi dans les thèmes, foisonnants mais qui ne débordent jamais sur l’impact émotionnel ou l’ambiance du long-métrage. Dire que j’étais confiant quand il a été annoncé à la réalisation et à l’écriture d’un film sur Batman serait une gageure. Chaque image ne faisait que confirmer que l’on pouvait avoir à faire à un grand moment de cinéma. Voici donc le temps de la critique pour The Batman !

Fan des années 70 !

Le cinéma des années 70 infuse clairement le long-métrage, en plus du côté film noir. On y retrouve de nombreux archétypes, que Matt Reeves modernise intelligemment. Mais c’est surtout le visuel qui va frapper. Il a déjà beaucoup fait jaser au moment des premières images, jugées trop sombres. Mais c’est la grande force du film, baignant dans des ténèbres profondes qui correspondent totalement à l’état émotionnel de son héros. Car Batman en est à un instant critique de sa carrière de justicier. Gordon est son allié, sa réputation auprès du monde criminel est faite mais il ne sait pas si son impact est réel. Le film va se charger de le lui faire comprendre.

Les années 70 infusent aussi le méchant. Le Riddler est une figure proche du Tueur du Zodiaque. Enigmes, puzzles, codes à déchiffrer, autant d’éléments qui lui permettent d’installer une ambiance paranoïaque au sein du monde des puissants de Gotham. Et de là, c’est une enquête bien troussée, même si jamais originale qui se déroule. On a rarement vu Batman enquêteur (coucou Batman incapable de trouver un bateau au port de Gotham). C’est donc un plaisir de le voir affubler de gadgets centrés sur cet aspect-ci et de le voir dans des séquences de déductions bien mises en scène par Matt Reeves.

Et que dire de cette séquence de course-poursuite en milieu de film qui achève de voir les racines années 70 du film ? Elle est magistrale confirmant que Matt Reeves sait toujours s’entourer des bonnes personnes pour créer des moments intenses et forts. Son directeur de la photographie, Greig Fraser fait des merveilles. Le film est sombre, plongé dans des nuances de noir mais tout est pourtant très clair et toujours limpide. Les lumières y sont employées de la plus juste des façons, exposant les bons endroits, au bon moment afin que la visibilité se fasse. Le montage est d’une fluidité impayable, rendant l’ensemble du film homogène.

DC, c’est bresom !

Par contre, ce n’est clairement pas ça qui va aider le grand public à comprendre que DC Comics, ce n’est pas du sombre. Le film est noir, jusque dans son scénario, traitant de la corruption des puissants et de la vengeance comme moyen égoïste d’assouvir ses pulsions. Les thèmes y sont intelligents et Matt Reeves esquive bon nombre de lieux communs des films de super-héros actuels. Il a compris que l’on savait qui était Batman, quelle était son origin-story. Ce qui ne l’empêche pas de reparler des parents Wayne mais le tout est fait dans un ensemble harmonieux, organique, pourrait-on dire. Les éléments du scénario s’imbriquent bien les uns les autres, le lectorat comics reconnaîtra les références glissées et les inspirations des comics.

Mais Matt Reeves propose une vision personnelle du justicier. Appelé à se dresser et à devenir autre chose qu’une simple forme sombre. Robert Pattinson n’est pas toujours aidé par des usages excessifs de la musique de Nirvana ou de son eye-liner mais il tient le rôle. Simplement, un peu plus de subtilité aurait pu faire plaisir. A côté, Zoé Kravitz lui offre une sacré répartie. A l’aise dans toutes les situations, l’actrice est d’une justesse permanente et tient en elle les thèmes du film, malgré son temps de présence finalement assez réduit.

Mais soulignons que le film n’est pas pessimiste. Il embrasse les points de vue de ses personnages, plongés dans un désespoir profond. Pourtant, l’ensemble du film ne va cesser d’aller vers la lumière. The Batman dissèque la vengeance, ses rouages et ce qu’elle fait des individus qui y succombent trop profondément. Le tout dans une analyse humaine, tournée vers l’étude de l’être et du broyage systémique opéré par la société. Bref, Matt Reeves connaît son film noir et l’aspect social inhérent au genre. C’est sombre mais ça a du sens.

Grand film

Soulignons toutefois que le film ne sait pas vraiment se conclure, étire jusqu’au bout sa fin. Les 3h vont donc se faire sentir à un moment ou un autre. Se faisant, il se perd parfois dans des séquences qui manquent de fluidité. Toutefois, dans une ère de blockbusters formatés, voir un film proposer autre chose en termes de structure a quelque chose de réconfortant et de plaisant. Il est surtout agréable de voir un réalisateur qui semble avoir eu 99% du contrôle (on aura des doutes sur certains passages) et ose revenir à de la simplicité et non une débauche de CGI abominables.

Matt Reeves propose une structure d’enquête classique pour les habitués du polar. Il nous emmène aux côtés du Batman à chaque découverte, l’emmenant sur une nouvelle piste à suivre. Un côté un peu mécanique mais qui sied bien au propos du film et à la vision de Batman.  Et cette enquête est plaisante à suivre même si on peut parfois avoir compris les évènements avant Batman et le reste du casting qui est un peu à côté. Le film mélange habilement thriller et super-héros pour un mélange qui montre la richesse du super-héros.

Respect des aînés

Là encore, voir un Sphinx enfin respecter fait du bien. Le rapprocher du Zodiaque est une démarche intelligente, allant avec le sujet de fonds et Paul Dano livre une prestation incroyable. Beaucoup se moqueront de lui, trouveront qu’il en fait trop, j’ai trouvé qu’il captait la folie du personnage et son infinie tristesse dans un mélange très juste et avec un travail vocal précis.

Aussi, rassurez-vous, ce Batman n’a pas de grosse voix abusée à la Bale ou Affleck. Ce qui est très bien, même si là encore, certains hurleront. Par contre, c’est assez marrant de lister l’ensemble des comics dont s’est inspirée Matt Reeves pour en proposer une synthèse. Une sorte d’œuvre somme qui invoque aussi David Fincher et ses Se7en et Zodiac. Toutes ces références sont perceptibles mais ne sont pas dérangeantes. Au contraire, le réalisateur sait où il va, sait ce qu’il utilise comme bases mais veut y aller à son rythme. C’est donc un film lent, au rythme posé mais pas poseur comme Zack Snyder. C’est-à-dire que les personnages bougent, agissent mais discutent surtout énormément. Les dialogues s’enchaînent, entrecoupés de moments où c’est la ville de Gotham qui existe.

Et la musique grandiose de Michael Giacchino sublime l’ensemble de la prestation. Les thèmes sont marquants, résonnent en tête, longtemps après la vision du film. Ils collent parfaitement aux ambiances et les motifs sont implacables.

Bref, arrivés au bout de cette critique de The Batman, je peux dire que j’ai eu ce que je voulais. Noir, crépusculaire, le film montre un Matt Reeves en pleine compréhension de son sujet. Il propose un grand film, beau, porté par une élégante BO et une équipe technique au sommet de son art. Quand est-ce qu’on a la même chose pour Superman ?
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


Les mots clé de cet article
Batman DCEU Matt Reeves The Batman Zoé Kravitz

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums The Batman Critique du film de Matt Reeves

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #41410
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Matt Reeves est un réalisateur exceptionnel. Ses Planètes des Singes sont de grands films, grandioses dans leur réalisation mais aussi dans les thèmes
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse The Batman Critique du film de Matt Reeves]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.