Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Generation Gone

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Les dessins superbes

Point(s) faible(s) :


Le discours pas développé
Les personnages vides
10 ans de retard


 
En résumé
 

Generation Gone n’est pas un comics inintéressant, il est juste arrivé avec 10 ans de retard pour son discours et son originalité. Et encore, le discours comme les personnages souffrent de la comparaison d’autres oeuvres dont s’inspire le comics mais dont il est très loin de les égaler. Le synopsis de Generation Gone vous attire, regardez Chronicle.

 
Infos techniques
 

Histoire : Ales Kot
Dessin : André Araujo
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Génération Z

États-Unis, 2020. Trois hackers adolescents en quête d’espoir et sans rien à perdre. Un centre d’expérimentation gouvernemental ultra-secret. Un plan simple. Ils sont jeunes, laissés-pour-compte, doués et très en colère. La société ne leur a jamais facilité la vie. Pourquoi mettraient-ils leurs nouveaux super-pouvoirs à son service ?

L’avis de Dram00n :

Autant être direct, Generation Gone a été tout simplement une grosse déception pour moi. Depuis plusieurs mois, je retrouve souvent le nom de Ales Kot associé à des nom comme Donny Cates dans des listes telle que “Les meilleurs scénaristes de comics d’aujourd’hui”. Forcément intrigué et n’ayant pas trouvé son travail chez Marvel mauvais, je me suis laissé tenté avec l’espoir de voir un récit qui sort de l’ordinaire et une écriture aussi efficace que celle de son compère. Que nenni. J’ai été déçu des personnages et du discours et seul la partie graphique relève le niveau.

On va suivre trois jeunes adultes, qui partagent le sentiment d’être laissés pour compte dans une société qui ne veut pas s’attarder sur leur personne. Entre la maladie de la mère pour l’une et le décès de son frère pour l’autre, le sentiment d’en “vouloir à la Terre entière” domine. Mais leur vie va basculer lorsque, lors d’un hack, ils vont être confrontés à un code qui va leur donner des super-pouvoirs et l’envie de se rebeller pour l’un deux, d’avoir justice rendue. Le scénario de Generation Gone vous dit quelque chose ? C’est le même postulat de départ que le film Chronicle, sorti en 2012.

C’est là tout le défaut du titre selon moi, j’ai eu le sentiment de lire le comics de Chronicle, sorti 5 ans plus tard et avec un discours bien moins maîtrisé. Generation Gone est un brouillon de Chronicle. Forcément ma lecture a souffert de la comparaison avec le film de Josh Trank pour l’histoire, mais également pour le discours et pour les personnages. Tout simplement, je n’ai rien ressenti pour aucun des personnages de l’oeuvre de Ales Kot, je suis resté complètement imperméable à leurs histoires. Et c’est un point assez important pour moi car si je n’ai pas de protagonistes auquel m’attacher, la lecture en devient que plus poussive. Insupportables, antipathique, vide, rien dans les personnages ne m’a emballé lors de la lecture.

Quant au discours développé par Ales Kot, comme précédemment je le trouve très creux. Il ne profite pas d’un bon développement à cause du rythme de l’oeuvre. La mise en place est trop longue et ne profite pas à ce que Kot souhaitait mettre en place. L’introduction de l’aspect gouvernemental n’aide en rien à apporter de la profondeur au discours sociétal, au contraire, il a tendance à annihiler ce dernier. Et pourtant, on sent que Kot veut bien faire, il est bourré de bonnes intentions, mais finalement Generation Gone ne raconte rien dans ses propos, ne dénonce rien et ne pose pas de questions pertinentes.

Il faut rendre hommage au point positif de Generation Gone qui est la partie graphique. André Araujo fait un travail superbe et j’ai adoré la colorisation du titre.

Generation Gone n’est pas un comics inintéressant, il est juste arrivé avec 10 ans de retard pour son discours et son originalité. Et encore, le discours comme les personnages souffrent de la comparaison d’autres oeuvres dont s’inspire le comics mais dont il est très loin de les égaler. Le synopsis de Generation Gone vous attire, regardez Chronicle.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Passionné de cinéma, séries, sport, biathlon et de comics. Idolâtre Brian K. Vaughan et passionné de comics, je pense être exigeant sur tout mais au final je suis très bon public. Ou l'inverse...


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Generation Gone

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Dram00n, il y a 2 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #26045

    Dram00n
    Modérateur

    Generation Gone n’est pas un comics inintéressant, il est juste arrivé avec 10 ans de retard pour son discours et son originalité. Et encore, le discours comme les personnages souffrent de la comparaison d’autres oeuvres dont s’inspire le comics mais dont il est très loin de les égaler. Le synopsis de Generation Gone vous attire, regardez Chronicle.

    [Retrouvez l’article de dram00n à l’adresse [Review] Generation Gone]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.