Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Book of Death

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
4 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une narration maîtrisée
Un duo de héros attachant
Un duo d'antagonistes intéressant
Les bonus

Point(s) faible(s) :


Une histoire très très classique
Les récits additionnels qui viennent casser le rythme


 
En résumé
 

Un récit sympathique qui sans être d’une grande originalité bénéficie d’une narration maîtrisée et d’un dessin agréable. Proposé à l’heure où j’écris ces lignes pour 20€ en lot avec sa préquelle “The Valiant”, on lui pardonnera avec plaisir son classicisme et ses dessins très conventionnels.

 
Infos techniques
 

Histoire : Robert Venditti
Dessin : Robert Gill
Couleur : Doug Braithwaite
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Morts Croisés

Alors que de violents événements s’apparentant à des catastrophes naturelles se multiplient dans le monde, c’est rapidement la jeune géomancienne Tama qui est suspectée par Unity, l’équipe de super-héros de Valiant. Le Guerrier Éternel, Gilad Anni-Padda, protecteur de cette dernière, tente d’échapper à ses poursuivants et de trouver le véritable responsable. La réponse semble se trouver dans le livre des morts, ouvrage prophétique que seule la géomancienne peut déchiffrer.

L’avis de Prime Sinister

Book of Death se présente comme la suite du one-shot “The Valiant“, titre sympathique qui avait la vertu de mettre en scène le bestiaire complet de l’éditeur éponyme. On retrouve Robert Venditti au scénario (qui a officié sur X-O Manowar) dans un style qui lui est propre. Ici pas de sous-entendus, pas de finesse mais beaucoup d’action. Si Robert Venditti était réalisateur de films, il s’appellerait Michael Bay. Le récit est donc efficace et l’on suit avec plaisir ce road-trip horrifico-sanglant, servi par un duo assez touchant : le Guerrier Éternel en protecteur à qui R. Venditti a su donner un côté papa-poule touchant et Tama, jeune fille innocente forcée de se plonger dans un livre qui annonce la fin du monde.

L’auteur utilise en outre un procédé assez éculé, mais toujours efficace, en opposant à nos héros un autre duo, reflet décharné et pervers de Gilad Anni-Padda et de la jeune géomancienne. Pas de surprise donc dans ce récit, mais un moment très agréable. Parfois, il vaut mieux une bonne recette bien exécutée qu’une improvisation culinaire originale mais immangeable. Ce qui entrave ce récit somme toute classique mais efficace, ce sont, selon moi, les récits additionnels. En effet, entrecoupant cette épopée rythmée, on retrouve des petites histoires tirées des autres franchises de chez Valiant. Ainsi de courts récits d’Harbinger, de Bloodshot, de X-O Manowar, Ninjak et consorts viennent littéralement casser le rythme de lecture. Qui plus est, si vous êtes un lecteur fidèle, vous aurez déjà pu lire ces histoires dans les intégrales respectives de ces héros. Intention louable de l’éditeur, mais mal exécutée selon moi. Dommage.

En ce qui concerne les dessins, si l’on s’en tient au récit principal, on retrouve ce que je nomme “le standard Valiant“. À savoir un dessin assez propre et passe-partout qui sans faire dans l’originalité et sans émerveiller la rétine, se montre efficace. J’ai ainsi apprécié le dynamisme du graphisme qui met bien en valeur les aptitudes de combat de notre guerrier immortel favori (le mien à minima) et la colorisation qui sait jouer des sources de lumière pour créer des ambiances parfaitement adaptées à la mise en scène (je pense particulièrement à la scène ou Tama et Gilad sont autour du feu de camp, ou aux scènes qui se passent dans la caverne). Encore une fois, il manque un petit plus pour que le dessin soit vraiment top selon mes critères. En effet j’ai particulièrement regretté que les arrières-plans ne fussent pas plus travaillés et détaillés. Le plus parfait exemple se trouve dans les scènes à l’extérieur qui arborent un bel horizon bleu azur sans nuage ni relief, ce qui appauvrit légèrement la profondeur des compositions.

Pour faire un petit point rapide sur les histoires additionnelles, le graphisme m’a plutôt plus plu que dans le récit de base (notamment avec travail plus abouti sur ces fameux arrières-plans), sauf en ce qui concerne le récit “Harbinger” où j’ai trouvé le dessin tout a fait simpliste, notamment en ce qui concerne le travail sur les rides des visages des personnages, complètement raté à mon sens.

Mention spéciale aux bonus de fin d’ouvrage, concernant le travail de character-design des personnages du titre qui était très intéressant et très joli à regarder.

 

Bref, un récit sympathique qui sans être d’une grande originalité bénéficie d’une narration maîtrisée et d’un dessin agréable. Proposé à l’heure où j’écris ces lignes pour 20€ en lot avec sa préquelle “The Valiant”, il serait bien dommage de s’en priver.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Business-man de petite envergure, professionnel de santé, pratiquant d'arts martiaux, joueur de jeux de plateaux, lecteur de comics, fan de littérature US


Vos commentaires :

Accueil Forums Book of Death

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  PrimeSinister, il y a 4 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #27461

    PrimeSinister
    Modérateur

    Un récit sympathique qui sans être d’une grande originalité bénéficie d’une narration maîtrisée et d’un dessin agréable. Proposé à l’heure où j’écris ces lignes pour 20€ en lot avec sa préquelle “The Valiant”, on lui pardonnera avec plaisir son classicisme et ses dessins très conventionnels.

    [Retrouvez l’article de primesinister à l’adresse Book of Death]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.