Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Rai chez Bliss Editions

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
9 votants

 

Point(s) fort(s) :


Des personnages attachants.
Des interrogations bien tournées et intéressantes.
Une société post-apo passionnante à découvrir.
Les dessins

Point(s) faible(s) :


Où est la fin ?


 
En résumé
 

cette nouvelle série Rai qu’édite Bliss est une excellente surprise ! Seulement gâché par son absence de conclusion, la série porte en elle des questions passionnantes, des personnages intéressants et un superbe univers que l’on se plaît à découvrir.

 
Infos techniques
 

Scénario : Dan Abnett
Dessin : Juan José Ryp
Couleur : Andrew Dalhouse
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 5 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Pas très musical, ce Raï

Rai est un personnage que je connais finalement assez peu. N’ayant lu sa précédente série (même si elle m’intrigue), Fallen World a été ma première lecture sur le personnage. Avec cette nouvelle série, Valiant nous propose d’accompagner Rai et Bliss a fait l’excellent choix de tout proposer en un seul tome.

Un excellent choix car cela permet d’être totalement embarqué dans le récit. Pas d’attente, on peut tout dévorer comme on le souhaite, à notre rythme. Et se rendre compte que le titre n’a pas de fin ! Eh oui, autant vous prévenir dès le début car cela pourrait fortement jouer sur votre envie de vous lancer dedans. Le série se termine alors que les enjeux montaient et que j’attendais une conclusion rushée. Mais non, pas de rush, juste pas de fin. Vraiment dommage parce que c’est fondamentalement le seul problème du récit.

Raï post-apo

On suit Rai et Raijin, rencontré dans Fallen World dans un voyage afin de détruire les restes de Père, l’IA machiavélique. Un voyage qui va être mouvementé, rempli de rencontres et qui permet à Dan Abnett de nous faire découvrir un monde post-apocalyptique plein de vie, de peuples différents et d’ambiances variées. C’est un véritable plaisir, d’autant que chaque rencontre permet aussi d’approfondir la personnalité de Rai, notamment quant aux enjeux personnels qu’il s’est fixé.

Ainsi, mine de rien, la série va poser des questions intéressantes. Principalement, cela sera axé sur les différences entre machine et être humain, l’individualité et comme une machine qui veut devenir un humain parvient à gérer ses questionnements. Encore une fois, le souci est que comme la série n’a pas de fin, eh bien, les questionnements n’en ont pas non plus. Le rapport entre Rai et Raijin ne sera pas mené à terme, alors qu’il est passionnant. Car Rai voit en Raijin ce qu’il a rejeté et les restes de Père alors qu’il a juré de tous les détruire. Mais Raijin semble sincère dans sa démarche et croit en leur mission. Leur relation souvent conflictuel, fait de non-dits se trouve enrichi par l’ensemble des rencontres faites.

Ces rencontres sont l’occasion pour Dan Abnett de mettre en place des sociétés intéressantes, amenant toujours plus dans la réflexion principale. C’est aussi une très grande réussite du récit car chacune porte des nouveautés, sans être originales, elles parviennent à captiver et le scénariste parvient aisément à nous faire comprendre les règles et leur fonctionnement.

De magnifiques environnements !

Côté dessins, Juan José Ryp parvient à rendre ce monde très vivant. Il faut adhérer à son trait donc j’avoue ne pas être fan. Sans que je sache vraiment pourquoi, je suis parfois gêné.e par les visages que je trouve sur-expressifs, exagérés dans leurs proportions. La débauche d’effets gore qu’il emploi me réjouit par contre. Egalement, les environnements sont superbes, remplis de détails, on se plait à s’arrêter pour contempler les détails. Mentionnons aussi la colorisation de Andrew Dalhouse, toujours aussi fade. Les couleurs ne donnent pas beaucoup de relief aux environnements et surtout, elles ont une texture très étrange à chaque fois qui ne me plaît guère. C’est totalement subjectif mais je trouve que cela ne met jamais en valeur le trait si particulier de Juan José Ryp et c’est vraiment dommageable.

Bref, cette nouvelle série Rai qu’édite Bliss est une excellente surprise ! Seulement gâché par son absence de conclusion, la série porte en elle des questions passionnantes, des personnages intéressants et un superbe univers que l’on se plaît à découvrir.

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Rai chez Bliss Editions

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #41471
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      cette nouvelle série Rai qu’édite Bliss est une excellente surprise ! Seulement gâché par son absence de conclusion, la série porte en elle des questions passionnantes, des personnages intéressants et un superbe univers que l’on se plaît à découvrir.

      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Rai chez Bliss Editions]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.