Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Batman Rebirth Tome 7

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Les dessins.
Un Joker fascinant...

Point(s) faible(s) :


... au détriment d'un Batman apathique.
Les histoires préludes au mariage, très dispensables.


 
En résumé
 

Batman Rebirth Tome 7 ne m’a pas convaincu. Les épisodes narrant les préparatifs du mariage ne sont pas très intéressants et très dispensables. Le Joker est bien travaillé mais au détriment d’un Batman oublié sur le bas côté de la route par son scénariste. Le travail des dessinateurs relève heureusement le niveau.

 
Infos techniques
 

Histoire : Tom King, Tim Seeley
Dessin : Mikel Janin, Clay Mann, Brad Walker, Travis Moore, Minkyu Jung, Javier Fernandez, Hugo Petrus, Sami Basri, Otto Schmidt
Encrage : Andrew Henessy, Mick Gray, José Marzan Jr.
Couleur : Jordie Bellaire, Tamra Bonvillain, John Kalisz, Jessica Kholine, June Chung, Otto Schmidt
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 1 mars 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

Tous nos vœux !

L’avis de Spider-Matt :

T

om King continue les préparatifs du mariage entre Batman et Catwoman et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il prend son temps. Dans ce tome il va assurer l’écriture du premier et des deux derniers numéros, qui voient le Joker intervenir. Les autres épisodes seront traités par Tim Seeley.

Commençons par les numéros écrit par Tim Seeley et qui sont, comme leurs titres l’indique, des préludes au mariage. Nous y verrons certains des ennemis de Batman s’interroger sur cet union à venir. Ils vont essayer d’interférer de façon agressive et se retrouverons confrontés aux proches de la chauve souris, tel que Robin, Nightwing ou encore Batgirl. Ce qui amènera ces derniers à s’interroger à leur tour sur le couple. Pour ne pas arranger les choses, l’ombre du Joker plane au-dessus de toutes ces menaces. Ces différentes histoires n’apportent pas grand chose à cet événement que doit être le mariage de Bruce et Selina. Elles ralentissent inutilement la narration du récit et sont de qualité très moyenne. J’ai vraiment eu l’impression de me faire balader et de perdre mon temps. Les interrogations des différents personnages sur cette situation inédite sont survolées et pas très bien traitées ni même approfondies. Tom King fait-il mieux de son côté ?

King se concentre donc sur le Joker et son incessante obsession quant à la non réception de l’invitation à ce mariage. Sa folie est bien mise en scène et il revient sans cesse sur la relation qu’il entretient avec Batman. Il est plus obsédé que jamais par lui à l’annonce de cette célébration. King exploite très bien les sentiments que peut ressentir le clown psychopathe envers son adversaire. Malheureusement il veut tellement mettre en avant le Joker qu’il en oublie totalement le traitement de Batman, ce qui nous laisse avec un héros totalement inexpressif alors que son ennemi vient de tuer un innocent sous ses yeux par exemple. À l’inverse le dernier numéro se termine sur un dialogue de plusieurs pages totalement décalé, drôle et bien travaillé entre le vilain et un autre personnage. On se retrouve donc avec de bons numéros sur le Joker mais une écriture de Batman complètement incohérente.

Beaucoup de dessinateurs officient sur ce tome et l’ensemble est plutôt homogène et réussi. J’ai beaucoup apprécié le travail de Clay Mann sur le tout premier épisode. Sami Basri et Otto Schmidt nous livrent un excellent travail sur le numéro mettant en scène Harley Quinn tandis que Mikel Janin ferme la marche avec des planches de toute beauté.

Bref, Batman Rebirth Tome 7 ne m’a pas convaincu. Les épisodes narrant les préparatifs du mariage ne sont pas très intéressants et très dispensables. Le Joker est bien travaillé mais au détriment d’un Batman oublié sur le bas côté de la route par son scénariste. Le travail des dessinateurs relève heureusement le niveau.

La note de Spider-Matt :

 

L’avis de Comics Grincheux :

Batman Rebirth est une série étrange, capable d’autant de moments géniaux que de passages complètement oubliables. Si les deux tomes précédents tombaient assez clairement dans la première catégorie, ce tome-ci va plutôt aller taper dans la seconde.

Pourtant, tout n’est pas mauvais mais la volonté éditoriale d’intégrer les préludes au mariage n’est pas un choix très opportun. Si les deux premiers récits de ce type peuvent faire illusion car ils se concentrent sur des personnages que Tim Seeley sait très bien manier, les trois suivants sont franchement plutôt mauvais. Le concept de faire s’affronter un méchant et un gentil et de les voir s’affronter autour du mariage prochaine entre Bruce et Selina est alléchant mais tombe très vite à plat, à mesure que l’auteur nous prouve qu’il ne sait pas quoi raconter avec tout ça. Du coup, on nous refait le coup du Deuil de la famille avec un Joker qui chapeaute tout, semble partout mais parait totalement déconnecté de sa motivation première. Heureusement, les dessins tous très dynamiques et aux couleurs chatoyantes donnent un peu d’énergie à cet encéphalogramme plat.

Lorsque l’on arrive sur les deux derniers numéros du tome, les choses ne vont pas remonter en qualité. On sent clairement une envie de faire durer le plaisir, de continuer à interroger le sérieux de cette relation auquel personne ne semble croire. Le Joker y est écrit de la façon la plus classique possible, singeant du côté de Killing Joke avec quelques fulgurances mais beaucoup de bruit pour rien. Il est bruyant, veut se faire remarquer mais m’a fatigué très fortement. Son intervention à ce moment de l’intrigue semble être factice, sans intérêt et ressemble mal au travail de Tom King. Là où cela devient plus intéressant, c’est dans le traitement de la relation que Joker entretient avec Catwoman et la ligne grise sur laquelle celle-ci file. On retrouve un peu d’inédit chez l’auteur et surtout la démonstration qu’il arrive trop peu à écrire les super-héros. Ce qui l’intéresse, ce sont les failles des personnages, leur façon de les surmonter ou d’y plonger.

Mais ici, on sent un auteur en perte d’envie qui fait traîner les choses pour le grand moment. Heureusement pour lui, Mikel Janin assure toujours autant. Ses planches claquent littéralement entre action pêchue et moments plus posés, parfaitement maîtrisés.

Bref, ce septième tome de Batman Rebirth est une immense déception. Rempli de numéros bouches-trous, il suscite peu d’intérêt chez le lectorat qui s’ennuiera ferme face à un éditeur qui a décidé de profiter du mariage de l’année.

La note de Comics Grincheux :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Batman Rebirth Tome 7

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Spider-Matt, il y a 6 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #26253

    Spider-Matt
    Modérateur

    Batman Rebirth Tome 7 ne m’a pas convaincu. Les épisodes narrant les préparatifs du mariage ne sont pas très intéressants et très dispensables. Le Joker est bien travaillé mais au détriment d’un Batman oublié sur le bas côté de la route par son scénariste. Le travail des dessinateurs relève heureusement le niveau.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse Batman Rebirth Tome 7]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.