Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Nightwing Infinite Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
12 votants

 

Point(s) fort(s) :


Des dessins époustouflants !
Une approche sociale qui fait plaisir et redonne un nouveau souffle à Dick Grayson.
Un scénario à l'efficacité redoutable.

Point(s) faible(s) :


Un twist peu intéressant en milieu de tome.
Un nouvel ennemi à l'intérêt limité pour le moment


 
En résumé
 

Nightwing se relance avec Infinite dans ce tome 1. Une relance impressionnante sur le plan du dessin et au scénario très ficelé par Tom Taylor !

 
Infos techniques
 

Scénario : Tom Taylor
Dessin : Bruno Redondo
Couleur : Adriano Lucas
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 3 mars 2022 par

 
Dans le détail...
 
 

Oiseau perché

Dick Grayson est de retour sous l’ère Infinite pour ce Nightwing Tome 1 ! Alors oui, des épisodes VO sont manquants mais honnêtement, vous n’avez rien raté tellement c’était nul ! Tom Taylor est à l’écriture, accompagné de Bruno Redondo, son compère de Suicide Squad Renégats. Une équipe de rêve mais va-t-elle parvenir à redorer le blason de Dick Grayson ?

Hawkwing

Tom Taylor reprend les bases et ramène Nightwing à Blüdhaven. Il le fait aussi redevenir ce héros qui a le cœur sur la main car dès le début, il sauve un petit chien qu’il va adopter. On suit aussi le retour de Barbara Gordon dans la vie du héros. Tous deux vont s’épauler, s’entraider et se reconnecter alors que Dick Grayson se lance dans un projet audacieux et avec une dimension sociale très intéressante.

Si on devait faire une analogie, le tout pourrait se rapprocher de Hawkeye. Un héros qui a un projet social, est proche des gens, auquel on peut aisément s’attacher. Mais finalement, la comparaison va s’arrêter là. Car on reste dans un comics qui baigne dans les codes du super-héros avec beaucoup de séquences d’action. Et c’est dans ces moments que le talent de Bruno Redondo éclabousse notre rétine ! C’est simple, chaque page a une idée de composition, une idée de découpage. Que ce soit dans un détail ou dans le global, Redondo est totalement ahurissant de génie !

Il est beau, Nightwing !

Il nous embarque dans une Blüdhaven coloré, vivante et où la voltige de Nightwing est un vrai plaisir à suivre. Fluide et précis, le coup de crayon est agréable à regarder et surtout, on reste bouche bée devant certaines séquences. Clairement, Bruno Redondo achève de s’imposer comme un grand talent de l’industrie du comics et c’est un vrai plaisir. D’autant qu’on le sent en pleine harmonie avec son scénariste.

Car l’intrigue qui est contée sait alterner les moments d’humour, de tension et de drame pour développer un large panel de situations. Et à chaque moment, on sent une alchimie évidente entre les dessins et le script. Et c’est satisfaisant à une époque où les Big-Two semble de plus en plus mettre ensemble des artistes à potentiel mais qui trouvent rarement une véritable alchimie. Ça l’est d’autant plus quand on sait que la cohérence graphique n’est pas toujours au beau fixe chez DC Comics.

Intrigue simple mais d’une efficacité redoutable !

Tom Taylor nous propose une intrigue relativement simple. Car avec son projet d’envergure visant à redévelopper la ville, il va s’attirer des ennemis, criminels ordinaires et Blockbuster qui semble tirer les ficelles via les pots-de-vins et la corruption habituelle. Il introduit aussi un méchant mystérieux mais qui reste pour le moment trop dans l’ombre pour susciter un quelconque intérêt. Toutefois, Tom Taylor sait rendre le rythme très efficace. Il enchaîne twists, cliffhangers intrigants et moments forts. Le véritable soucis viendra certainement d’un twist claqué au sol. Un twist que les habitué.e.s reconnaîtront facilement. Mais ce twist semble arriver comme un cheveu sur la soupe et entraîne un développement un peu étrange. Censé certainement renforcer les problèmes de Dick Grayson, son traitement paraît pour le moment très artificiel. Un peu dommage tant le reste du tome est soigné. Les dialogues sont percutants, comme on le disait avant, ils sont tour à tour drôles, touchants et permettent surtout de donner corps aux relations des personnages.

Car c’est ce qui motive toujours Tom Tayor. Et ces relations sont toujours de grande qualité. On s’attache à nouveau à Dick Grayson, grand être humain, toujours prêt à aider, ici affublée d’une Barbara Gordon pince sans rire et qui donne lieu à de nombreux moments savoureux.

Bref, ce tome 1 de Nightwing Infinite est un vrai régale. Même si on pinaillera sur un twist pas très intéressant, on reste scotché par le rythme, la qualité du développement des personnages, de leurs relations et par l’impressionnant travail graphique. Bruno Redondo et Tom Taylor s’affirment comme un grand duo du comics ! Vivement la suite !

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Nightwing Infinite Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #41424
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Nightwing se relance avec Infinite dans ce tome 1. Une relance impressionnante sur le plan du dessin et au scénario très ficelé par Tom Taylor !

      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Nightwing Infinite Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.