Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Judge Dredd Les affaires classées Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
2 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le thèmes abordés.
Un univers riche.
Un personnage charismatique.
Un cynisme compensé par un humour bien dosé.
Les dessins.


 
En résumé
 

Judge Dredd Les affaires classées Tome 1 est vivement conseillé pour les fans du juge comme pour les novices. Assez naïves dans l’ensemble mais lourdes de sens, les histoires contées dans ce volume saurons vous transporter dans l’univers cynique et froid mais teinté d’humour de Mega City One.

 
Infos techniques
 

Histoire : Peter Harris, Kelvin Gosnell, Malcolm Shaw, Charles Herring, Gerry Finley-Day, Pat Mills, Robert Flynn, John Wagner, Joe Collins
Dessin : Carlos Ezquerra, Mick McMahon, Massimo Belardinelli, Ron Turner, Ian Gibson, John Cooper, Bill Ward, Brian Bolland
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 16 avril 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

La loi, c’est moi !

L’avis de Spider-Matt :

En 1977, John Wagner et Carlos Ezquerra créent le Judge Dredd dans les pages de l’hebdomadaire de science-fiction britannique 2000 AD. Si dans un premier temps, celui-ci devait être juge, jury et bourreau (tel que nous le connaissons aujourd’hui), cette version a été refusée et c’est donc un flic très dur et sans pitié mais qui remet les criminels à la justice de la ville de Mega-City One qui voit le jour. L’action prenant place dans le futur de 2099. Pour les 40 ans du personnage, la maison d’édition Delirium a pris l’excellente initiative de rééditer dans l’ordre chronologique les toutes premières aventures du juge.

Avant de commencer la lecture de ce tome, j’étais vierge de Judge Dredd. Je n’ai jamais vu les films (non, même pas celui avec Sylvester Stallone) et de mémoire je n’avais jamais rien lu sur le personnage. À l’exception du Batman / Judge Dredd réédité par Urban que j’avais trouvé excellent et que je vous conseille très fortement. Je me lançais donc dans la découverte de ce personnage et de son univers un peu à l’aveugle.

Le rythme est très soutenu et cela est dû en grande partie aux numéros qui ne font que 4 ou 5 pages en moyenne. Il n’y a pas d’arcs, ou très peu, comme par exemple la guerre des robots. Ça va donc très vite et chaque case est pensée pour être utile et pour raconter quelque chose de précis. Si les histoires peuvent paraître assez naïves, elles sont bien plus profondes qu’il n’y paraît et contiennent énormément de sous-textes. Sous couvert de simples interpellations ou batailles entre humains et robots se cachent des thèmes comme le racisme, la ségrégation raciale, l’intelligence artificielle, les dérives de la télé réalité ou même la non assistance à personne en danger. Les dépressions et burnout sont aussi traités, nous montrant des personnes incapables de s’adapter au rythme effréné de cette vie du futur. Maladies d’actualité à notre époque. 40 ans après ces thèmes trouvent donc encore une résonance en nous et on ne peut que s’amuser de voir l’inquiétude de Dredd envers la dépendance des gens envers la technologie au regard de notre société hyper connectée actuelle. La fascination du public des années 70 pour les histoires de science-fiction se fait également ressentir quand Dredd doit effectuer une mission de 6 mois sur la Lune dans la colonie de Luna-1. Une aventure baignée dans une atmosphère de Guerre Froide mais qui n’oublie pas de rendre hommage aux héros de la conquête spatiale américaine comme russe. On en apprend toujours un peu plus sur la situation de ce futur et ce qui y a conduit. Beaucoup de concepts originaux et amusants voient le jour dans ces pages. L’univers dépeint y est très froid, strict avec une ville de Mega-City One ayant des  infrastructures gigantesques et tentaculaires. Dredd est un rouage important de cette machinerie bien huilée et qui ne supporte pas les écarts de conduite et les imprévus. La loi est tout ce qui compte, ce qui donne un ton cynique et un humour noir au récit. À l’image de ce citoyen suicidaire que Dredd veut empêcher de sauter du haut d’un immeuble car il est interdit de salir la voie publique. Ce côté dur et strict est compensé par le robot domestique Walter et par la logeuse de Dredd, Maria. Leur côté comique humanise le juge et contrebalance le ton de l’histoire.

Graphiquement, plusieurs artistes participent aux premiers pas du Judge Dredd et l’univers visuel mis en place prend peu à peu forme grâce à la collaboration de tous ces artistes passionnés. Il y a une certaine homogénéité graphique qui nous permet de ne pas sortir du récit. Beaucoup de travail est fait sur la construction des planches, ce qui permet de rendre le tout très vivant et dynamique.

L’édition est d’excellente facture. Delirium a fait un très gros travail sur la réalisation de cette réédition. Grand format, vernis sélectif sur la couverture, papier de très haute qualité, nouvelle traduction et certaines planches en couleur, bref un petit bijou de qualité. Judge Dredd est entre de très bonnes mains et il va revenir dans les rayons des libraires français pour botter des culs !

Vous l’aurez compris Judge Dredd Les affaires classées Tome 1 est vivement conseillé pour les fans du juge comme pour les novices. Assez naïves dans l’ensemble mais lourdes de sens, les histoires contées dans ce volume saurons vous transporter dans l’univers cynique et froid mais teinté d’humour de Mega City One.

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Judge Dredd Les affaires classées Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Spider-Matt, il y a 8 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #27260

    Spider-Matt
    Modérateur

    Judge Dredd Les affaires classées Tome 1 est vivement conseillé pour les fans du juge comme pour les novices. Assez naïves dans l’ensemble mais lourdes de sens, les histoires contées dans ce volume saurons vous transporter dans l’univers cynique et froid mais teinté d’humour de Mega City One.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse Judge Dredd Les affaires classées Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.