Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Hellblazer Rise and Fall

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un récit accessible et agréable à lire.
Des idées intéressantes en seconde lecture...

Point(s) faible(s) :


...mais totalement sous exploitées.
Artistiquement très clivant et peu inspiré
Un récit sans suprise et sans audace.


 
En résumé
 

Avec Hellblazer Rise and Fall, on aurait pu tenir un superbe récit du DC Black Label, glauque et bien écrit. Au lieu de ça, Tom Taylor offre surement son récit le moins bon. On doit se contenter d’un récit correct qui se laisse lire, plein de bonnes idées sous exploitées, et aux dessins pouvant vraiment rebuter.

 
Infos techniques
 

Scénario : Tom Taylor
Dessin : Darick Robobertson
Encrage : Darick Robertson
Couleur : Diego Rodriguez
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Un John Constantine façon CW ?

Une fois n’est pas coutume, le Black Label quitte un peu Batman pour offrir un peu de place aux autres avec Hellblazer Rise and Fall.

Hellblazer Rise and Fall : un tour de magie signé Tom Taylor ?

Le personnage de John Constantine est tout simplement fascinant. Personnage fourbe et complexe, trop souvent aseptisé pour les besoins de séries plus conventionnelles, le Black Label était l’opportunité d’offrir  une véritable noirceur à ce personnage.

De plus, Tom Taylor est un scénariste que j’affectionne tout particulièrement. Sachant prendre l’essence de chaque personnage pour la sublimer avec ses dialogues et ses récits bien construits. Seulement, et à ma grande surprise, ici on ne peut nier un certain faux pas.

L’intrigue est finalement assez simple. John a, par le passé, causé la mort d’un de ses amis, et aujourd’hui son passé revient le hanté par le biais de meurtres sordides de milliardaires auxquels des ailes d’ange ont été greffés.

Le scénariste ouvre plusieurs portes, allant de la critique des excès du capitalisme, des regrets et du poids du passé  ainsi que la rédemption. Mais tout cela est finalement à peine effleure, et rien n’est véritablement développé. A l’instar des différents personnages qui ne font finalement que passer. Même la figure de Satan est aseptisé avec un cote bad boy à la cool sans aucune dimension sombre et malfaisante.

Seule l’histoire se déroule finalement sans grandes surprises jusque sa résolution. On ressent un véritable manque d’inspiration de manière générale.

Alors le récit reste agréable à lire, mais rien ne le sort vraiment du lot pour justifier sa place au sein d’un label ou devrait régner la créativité.

Artistiquement plus Fall que Rise ?

Cela sera assez difficile pour moi d’être purement objectif parce que le trait de Darick Robertson me repousse au plus haut point. Si j’ai trouvé Transmetropolitan visuellement riche et plaisant, depuis The Boys, je trouve le trait de plus en plus grossier et exagéré.

Le découpage est toujours lisible, de même que la composition des cases, mais tout est parfaitement basique. Associé à un encrage trop appuyé, donnant des visages sur-expressifs. Le tout frôlant plus la caricature qu’une proposition artistique cohérente avec le récit. Un faux pas artistique qui malheureusement pour moi n’a pas été comblé par un scénario trop timide.

Ce Hellblazer Rise and fall avait tout pour être absolument immanquable sur le papier ! Malheureusement, il loupe le coche et trouve sa place parmi des récits sympathiques mais anecdotique. A réserver aux complétistes et fan hardcore de l’univers du personnage.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Thésard dans sa dernière ligne droite. Passionné de récits d'aventures (policier, SF, Fantasy, S-H...) que ce soit en Film, séries, jeux videos, romans et bien sur l'ensemble du 9e art !


Vos commentaires :

Accueil Forums Hellblazer Rise and Fall

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #40234

      Avec Hellblazer Rise and Fall, on aurait pu tenir un superbe récit du DC Black Label, glauque et bien écrit. Au lieu de ça, Tom Taylor offre surement son récit le moins bon. On doit se contenter d’un récit correct qui se laisse lire, plein de bonnes idées sous exploitées, et aux dessins pouvant vraiment rebuter.

      [Retrouvez l’article de loic-kernoutlook-fr à l’adresse Hellblazer Rise and Fall]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.