Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Dawn of Justice Society of America Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


L'amour de Johns pour l'Histoire de DC.
La façon d'aborder l'héritage des héro·ïnes.
Le traitement des personnages.
L'histoire de Huntress ;) .
Le dessin de Todd Nauck.
Le bel enchainements des artistes sur JSA.

Point(s) faible(s) :


La manie de Johns pour l'Histoire de DC.


 
En résumé
 

Après Superman, c’est au tour de la JSA d’entrer dans la « seconde saison de DC Infinite », l’ère des Dawn Of ! Ce premier Volume chez Urban Comics sur la JSA embarque les titres Stargirl and the Lost Children ainsi que la Justice Society of America. Et ce n’est pas moins que Geoff Johns qui est au commande des titres!

 
Infos techniques
 

Scénario : Geoff Johns
Dessin : Todd Nauck, Mikel Janin, Bryan Hitch, Diego Olortegui, JP Mayer, Scott Hanna, Jerry Ordway, Steve Lieber, Scott Kolins, Viktor Bogdanovic, Gary Frank
Encrage : Todd Nauck, Bryan Hitch, Scott Hanna, JP Mayer
Couleur : HI-FI, Alex Sinclair, Matt Herms, Nick Filardi, John Kalisz, Jordan Boyd, Brad Anderson, Jordie Bellaire
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

JSA Sous l’Aube

Après Superman, c’est au tour de la JSA d’entrer dans la « seconde saison de DC Infinite », l’ère des Dawn Of. Et quoi de mieux qu’un retour de Geoff Johns sur le titre pour cette nouvelle aube ? Est-ce réellement ce que le titre nous promet, un nouvel âge d’or ?

Nouvelle saison, presque nouveau format

Pour la publication des séries « Dawn of », Urban Comics a fait le choix d’un regroupement de plusieurs séries pour chaque tome, selon une thématique précise. C’est ainsi qu’on a une parution autour de la Superman family dans Dawn of Superman, un volume avec les séries sur les Titans et un autre sur Shazam arrivent en février. Et un volume consacré à Green Arrow et Black Canary(/Birds of Prey) commencera en mars et enfin avril verra arriver un volume autour des Green Lantern. Toutefois, malgré un contenu plus étoffé, le format de l’édition reste dans la continuité de l’ère Infinite. C’est donc le même format, en un peu plus gros, et un peu plus onéreux. Ce premier tome de Dawn of JSA est vendu à 30€, et comporte un Stargirl spring break special et la mini-série Stargirl & The Lost Children, ainsi que que quatre numéros de la JSA.

Continuité

En toute honnêteté, je suis un pour novice en ce qui concerne la JSA. Pourtant, avec la relecture des articles de mes pairs, j’ai quelques titres dans la liste de mes achats mais j’ai jamais franchi le pas. Toujours trop d’achats par mois et de choix à faire. J’ai donc profité du service presse offert par Urban Comics pour enfin lire la JSA avec ce Dawn of. Et ce qui est bien avec Geoff Johns, c’est qu’il a cet amour de la continuité, et cette tendance à tout raccrocher. Je sais que ce n’est pas du goût de tout le monde, mais moi c’est quelque chose qui me plaît beaucoup. D’autant plus quand l’auteur sait le faire sans perdre son lectorat et que ses clins d’œil ne demandent pas de sortir l’encyclopédie.

Héritage

Mais si Johns va chercher dans le passé de la JSA, il s’appuie également sur ses travaux des dernières années chez DC Comics. C’est paradoxalement là où j’ai pu être un peu en train de me remettre mes lectures façon “euh attends … ah mais oui !”. Ainsi, ce Dawn of JSA s’inscrit dans la suite des titres DC Rebirth, Le Badge, Doomsday Clock, Flashpoint Beyond. Chacun de ses titres a apporté son petit lien avec des fragments de l’Histoire de DC comics, avec plus ou moins de finesse je l’accorde. Avec Stargirl & The Lost Children, c’est une nouvelle passerelle dans le temps qu’il place. Stargirl y est associée à Emiko/Red Arrow. Ces deux jeunes héroïnes qui représentent la jeune relève vont être embarquée dans une énigme autour des jeunes acolytes oubliés de l’Histoire. On (re)découvre des personnages justiciers/héroïques du passé, dont on appréciera d’ailleurs certaines fiches d’histoire en fin de volume.

Relève

C’est une multitude de personnages que l’on découvre au fil des pages, dans les deux séries proposées. On sent l’immensité de l’univers DC, et la multitude de possibilités qui se dégagent. Geoff Johns parvient à donner de l’intérêt à un grand nombre d’entre eux. Malheureusement, cela se fait un peu au détriment de l’histoire. Je pense notamment à l’affrontement de ces enfants perdus contre la Babysitter, qui est finalement anecdotique. Mais ce n’est pas vraiment là que l’histoire importe, et elle ne sert que de fond finalement pour présenter un univers peut être un peu trop riche. L’auteur a peut être vu trop grand pour bien doser l’intensité, même si la lecture reste agréable. Du côté du titre JSA, c’est un regard vers le futur qui est porté. Le rythme est un peu mieux dosé. On se laisse porter dans le temps au travers différentes incarnations de la JSA, et d’une mort annoncée de celles-ci.

Hétéroclite

On retrouve Todd Nauck aux planches de Stargirl. J’aime assez son dessin, assez rond, et ses visages expressifs. Sa découpe des cases pose le rythme du récit de belle manière. Du côté JSA, plusieurs artistes se passent le crayon au fil des cases et des pages. Pourtant, la lecture reste fluide et captivante. En fait, ces changements de mains s’accordent avec les sauts dans le temps du récit. Je pense même que ces sauts incessants auraient pu être perturbants s’ils n’étaient pas accompagnés d’une cassure dans le style graphique. Mikel Janin est toutefois le principal artiste du titre JSA. Son style est assez différent de Nauck, moins doux, mais correspond aussi au ton plus sombre du récit. Son dessin semble également moins dynamique, mais il tout de même quelques pages sur lesquelles il sait mettre de la tension !

Ce premier volume de Dawn of the JSA a été un plaisir à lire. Les personnes n’aimant pas les derniers travaux de Geoff Johns n’aimeront sans doute pas. L’auteur continue de jouer dans l’Histoire de DC Comics et d’essayer de tout relier. Mais j’apprécie personnellement ces petits renvois vers des histoires passées. On sent l’amour de l’auteur pour cette immense univers, et il rend un bel hommage à ces récits d’une autre époque et à l’héritage qu’ils ont laissé et laissent encore. Cette JSA qui se renouvelle au fil des époques est une belle représentation de ce qui rend les comics intemporels, ne serait-ce que d’apparence.

 

Ils ont kiffé :

 

Vous pouvez retrouver ce comics chez notre partenaire Excalibur Comics, libraire en ligne indépendant !
Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Ce titre a fait l’objet d’un Service Presse de la part de Urban Comics que nous remercions.

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ombre planant au dessus de Lescomics City, traquant sans répit les fautes dans les ruelles de nos articles. Et de temps en temps, il prose sa patte également.


Vos commentaires :

Accueil Forums Dawn of Justice Society of America Tome 1

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #45921
      ChtiDkois
      Participant

      Après Superman, c’est au tour de la JSA d’entrer dans la « seconde saison de DC Infinite », l’ère des Dawn Of ! Ce premier Volume chez Urban Comics sur la JSA embarque les titres Stargirl and the Lost Children ainsi que la Justice Society of America. Et ce n’est pas moins que Geoff Johns qui est au commande des titres!

      [Retrouvez l’article de chtidkois à l’adresse Dawn of Justice Society of America Tome 1]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.