Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Big Black stand at Attica

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Un moment fort de l'Histoire des droits civiques narré de façon réaliste et directe.
Un récit qui nous interroge face au système carcéral.
Des moments mis en dessins de superbe façon.


 
En résumé
 

Toujours le poing levé ! Big Black Stand at Attica est une proposition forte de la part de Panini Comics. Un geste audacieux à saluer pour un si gros éditeur. Ce comics très documenté nous raconte la mutinerie ayant eu lieu dans la prison d’Attica, en 1971 et le massacre qui a suivi. Un moment […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Jared Reinsmuth, Frank "Big Black" Martin
Dessin : Améziane
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Toujours le poing levé !

Big Black Stand at Attica est une proposition forte de la part de Panini Comics. Un geste audacieux à saluer pour un si gros éditeur. Ce comics très documenté nous raconte la mutinerie ayant eu lieu dans la prison d’Attica, en 1971 et le massacre qui a suivi. Un moment important de l’histoire des droits civiques, peu mentionné. Aux crédits, on retrouve Big Black, un des protagonistes de la mutinerie, Jared Reinmuth et Améziane aux dessins.

De la lumière sur un fait obscur

Dans le récit qui se déroule, on suit donc Big Black qui s’est retrouvé dans cette prison et va subir, avec ses co-détenus les pires atrocités. Le comics nous épargne peu et montre la réalité d’un système carcéral brutal, renforcé par le racisme systémique et les préjugés. Le tout culminera dans un massacre excellemment dépeint. Les planches font mouches, avec d’excellentes idées de composition. Surtout, jamais nous ne sommes dans une forme de complaisance. On nous montre les morts, la brutalité de ces exécutions mais le tout n’est pas gratuit et n’en fait pas trop. C’est sobre comme le doit d’être la représentation d’un tel moment.

Au-delà de ça, le comics opère sur une structure classique. Big Black et Jared Reinmuth opère un début un peu chaotique avec pas mal d’allers-retours entre Big Black racontant le déroulé des faits à son avocat, son passé, ses débuts en prison, etc. Ce n’est pas toujours très fluide mais le récit se pose au bout de quelques pages avant de nous plonger réellement dans l’enfer d’Attica. Le restant se rapprochant surtout d’un documentaire, au plus près des faits, multipliant les points de vue, afin de montrer la parole raciste tenue par les politiques et responsables mais aussi par une partie de la population, demandant une exécution sommaire de ces prisonniers « qui l’ont bien mérité ». Là encore, les dessins d’Améziane rendent parfaitement cet aspect documentaire. Les personnages sont mis au centre de toutes les compositions, rappelant leur humanité mais aussi la dignité de ces victimes.

Face à nous-mêmes

Et c’est un autre des éléments forts du récit. Au-delà de nous mettre face à la réalité de cette violence inouïe, Big Black stand at Attica nous met aussi face à nos propre préjugés. La facilité avec laquelle nous jugeons les prisonniers, sans même les connaître. La facilité aussi avec laquelle les politiques parviennent à nous convaincre que ces individus méritent leur sort. Car les conditions de détention ne sont malheureusement pas au beau fixe en France, malgré ce que l’on pourrait croire. Dès lors, le récit se transforme rapidement en plaidoyer demandant une révision du système carcéral.

Mais bien entendu, puisque la prison d’Attica détenait de nombreux membres de la communauté afro-américaine, le récit met en évidence l’ensemble des biais racistes qui ont conduit aux mauvais traitements. Ici, pas de petites phrases connotées mais des injures violentes et crues qui démontrent encore une fois que le récit veut nous immerger totalement mais en se basant sur des faits tangibles, rapportés par Big Black. Et ce racisme systémique ne se limite pas à la prison, comme le manifeste la fin.

Également, le comics est aussi une démonstration du pouvoir de la fiction. Je l’écrivais récemment dans la newsletter exclusive à nos soutiens Tipeee, la fiction (ici, largement documentée et adaptée de la vie réelle) permet de mettre en lumière une réalité historique camouflée. Par là, le récit grave dans notre esprit ce moment historique. Pas sûr que beaucoup de choses aient changé depuis lors mais il semble nécessaire d’avoir ces évènements en tête pour en tirer des leçons afin de ne pas reproduire des erreurs. Big Black stand at Attica est un rappel fort, qui frappe dur et juste.

Bref, avec Big Black stand at Attica, Panini Comics édite un titre que l’on aurait pas vu chez lui. Un geste éditorial fort, à mon sens, d’autant que le récit nous plonge dans une insurrection violente et brutale manifestant toutes les problématiques du système carcéral, décuplées quand elles se confrontent au racisme systémique.

 

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Big Black stand at Attica

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #40102
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Toujours le poing levé ! Big Black Stand at Attica est une proposition forte de la part de Panini Comics. Un geste audacieux à saluer pour un si gros
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Big Black stand at Attica]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.