Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Robin – Fils De Batman

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
2 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un Damian au top !
On étoffe le personnage et son passé
Les dessins de Gleason
C'est rapide et divertissant

Point(s) faible(s) :


La partie de Ray Fawkes
Gleason un peu bavard
Nécessite la lecture de Batman & Robin


 
En résumé
 

“Le Fils De Batman” se trouve être un titre très agréable. L’histoire est très bien écrite et étoffe le background de Damian Wayne malgré quelques longueurs. Le dessin de son côté est très réussi, dynamique et coloré et offre un petit quelque chose au titre qui vous fera immédiatement accrocher.

 
Infos techniques
 

Histoire : Patrick Gleason, Ray Fawkes
Dessin : Patrick Gleason, Ramon Bachs, Mick Gray
Encrage : Mick Gray, Tom Nguyen, Ramon Bachs
Couleur : John Kalisz, Jeromy Cox, Mat Lopes
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 mois par

 
Dans le détail...
 
 

“Tu ne pourras échapper… Au Fils de Batman”

Fils de Bruce Wayne et Talia Al Ghul, Damian Wayne fut créé par le génial auteur écossais Grant Morrison à l’occasion de son run sur le Chevalier noir. Le jeune homme aura vite fait de devenir une figure marquante de la Bat-Family, de par son tempérament explosif et son éducation.

Au départ réticent à vivre selon les principes de son père (Bruce Wayne), Damian connaîtra une longue évolution à la fois pour se faire accepter en tant que fils de Batman, mais aussi pour échapper aux démons qu’il a longtemps côtoyés pendant son enfance.

Après avoir travaillé en duo avec Peter J. Tomasi sur la série New 52, Batman Et Robin relatant les aventures mais aussi la relation difficile qu’entretiennent le père et le fils, le dessinateur Patrick Gleason scénarise et illustre cette série ayant pour thème la rédemption du jeune homme.

L’avis d’Alex “ComicsQuest” :

“L’an de sang”, 365 jours de pillages, meurtres et autres abominations auxquels s’est livré Damian Wayne alors qu’il été encore lié au clan Al Ghul. Maintenant devenu Robin, le jeune homme est conscient qu’il ne saura se faire accepter de son père et des autres que s’il corrige ses fautes passées, une longue quête s’engage alors pour le fils de Batman.

Comme dit plus haut, ce comics est scénarisé et dessiné par Patrick Gleason, un artiste habitué du personnage de Damian puisqu’il aura illustré une grande partie de ses aventures. Complété sur la fin par Ray Fawkes, le scénario de Gleason décide d’étoffer l’histoire du jeune homme en connectant son passé trouble à son rôle actuel de Robin.

L’idée est intéressante et permet entre autre, de revenir sur pourquoi le personnage est si particulier. Il a en effet vécu des choses horribles malgré son âge, ce que Gleason appuie d’ailleurs au travers de dialogues plutôt bien écrits qui retranscrivent l’amour de l’artiste pour Damian et son histoire.

C’est donc une quête de rédemption : Damian est renvoyé vers son passé et ses fautes, fautes qui, une fois expiées lui permettront peut-être d’endosser un nouveau rôle et d’entrevoir un petit rayon de lumière dans sa jeune vie. En plus de l’idée de l’an de sang, Gleason fait intervenir un personnage lié à son travail sur Batman et Robin, qui confrontera encore Damian à son côté sombre.
Dernier bon côté, les auteurs ont l’intelligence de s’intéresser à l’histoire du clan Al Ghul, qui, à ma connaissance, n’a pas bénéficié d’assez d’attention. La relation mère-fils qu’entretiennent Talia et Damian intéresse également le scénariste, une relation tumultueuse qui fait écho au run de Morrison et qui se trouve être très bien écrite bien qu’expédiée rapidement.

Malgré tout, l’histoire souffre tout de même de quelques défauts, notamment les épisodes signés Ray Fawkes. On sent que malgré de bonnes idées, le scénariste n’est pas autant attaché à Damian que Gleason. Ce dernier d’ailleurs malgré une excellente caractérisation se montre très bavard et étire parfois des intrigues qui n’ont pas lieu d’être.

Côté dessin, Patrick Gleason de retour au crayon, assure absolument toutes ses cases. Jamais Damian n’a paru aussi cool, violent et iconique que sous son crayon. Les couleurs très flashy donnent au titre un aspect agréable bien que parfois elles sont un peu “too much” et piquent un peu les yeux. Il est accompagné de Ramon Bachs, qui offre de son côté un travail plus minimaliste et, disons le, moins percutant. Néanmoins la finesse de son trait offre une certaine concordance avec le travail de Gleason, le lecteur ne sera donc pas perdu.

En bref, “Le Fils De Batman” se trouve être un titre très agréable, l’histoire est très bien écrite et étoffe le background de Damian Wayne malgré quelques longueurs. Le dessin de son côté est très réussi, dynamique et coloré et offre un petit quelque chose au titre qui vous fera immédiatement accrocher.

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Quand il n'est pas en hibernation ComicsQuest parle beaucoup (trop) de Bucky Barnes. Défenseur de l’indéfendable et accro à Scott Snyder, il est ce qu'on peut appeler l'atout "jeune" de la bande.


Vos commentaires :

Accueil Forums Robin – Fils De Batman

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  ComicsQuest, il y a 4 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #29155

    ComicsQuest
    Participant

    “Le Fils De Batman” se trouve être un titre très agréable. L’histoire est très bien écrite et étoffe le background de Damian Wayne malgré quelques longueurs. Le dessin de son côté est très réussi, dynamique et coloré et offre un petit quelque chose au titre qui vous fera immédiatement accrocher.

    [Retrouvez l’article de comicsquest à l’adresse Robin – Fils De Batman]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.