Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Green Lantern Rebirth Tome 4

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
2 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le traitement de l'alliance des Green et Yellow Lantern.
Des dessins à couper le souffle.

Point(s) faible(s) :


Kyle Rayner et Hal Jordan pas très bien écrit en première partie.
L'histoire en seconde partie reste assez classique.


 
En résumé
 

Green Lantern Rebirth Tome 4 est une réussite. Tout en explorant la relation conflictuelle entre les Corps des Green et Yellow Lantern Robert Venditti vient y ajouter nombre d’éléments pouvant mettre en péril celle-ci. De plus si vous aimez les beaux dessins foncez car c’est un véritable régale pour les yeux.

 
Infos techniques
 

Histoire : Robert Venditti
Dessin : Ethan Van Sciver, Rafa Sandoval, Patrick Zircher
Encrage : Ethan Van Sciver, Jordi Tarragona, Patrick Zircher
Couleur : Jason Wright, Tomeu Morey
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 28 janvier 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

Jaune ou vert, c’est pareil !

L’avis de Spider-Matt :

R

obert Venditti continue d’explorer les relations entre le Green Lantern Corps, dirigé par John Stewart, et le Corps de Sinestro mené par Soranik Natu, tandis qu’une menace liée aux Néo Dieu se profile à l’horizon.

La cohabitation entre les Green et Yellow Lantern atteint ici son apogée. Secrets enfouis, trahisons, révélations, un récit sans temps morts et bourré de rebondissement. J’ai dès le départ accroché à l’idée de cette alliance entre les deux groupes ennemis depuis le début. Robert Venditti gère très bien tous ces personnages aux caractères bien différents au milieu d’une ambiance extrêmement tendu. La moindre étincelle peut faire voler en éclat cette coopération fragile  et la tension est vraiment palpable. J’aime beaucoup le duo Guy Gardner / Arkillo. Tout a plus ou moins commencé avec eux et leur amitié naissante est très bien exploitée. Ils se comprennent et se respectent mutuellement, ce qui en fait une équipe très intéressante à voir évoluer sur le terrain lors de leurs différentes missions. À l’inverse, l’écriture du personnage de Hal Jordan me déçoit. Ça me va très bien qu’il soit relégué au second plan et qu’il laisse un peu la place à ses camarades car Hal Jordan aka le sauveur de l’univers, plus grand des Green Lantern, je crois qu’on en à tous eu notre dose et que ça devient assez redondant. Le problème est qu’il a toujours la mâchoire et les poings serrés, est toujours à la recherche du conflit et avec une seule expression sur le visage : “Hal pas content” ! J’avais impression de voir Arnold Schwarzenegger dans Terminator. Heureusement et comme expliqué plus haut il passe en arrière plan. Le récit met aussi en avant les côtés rêveur et créatif de Kyle Rayner mais je l’ai trouvé un peu trop pleurnichard et niais alors que d’ordinaire je l’aime beaucoup. Ce qui contraste fortement avec le caractère marqué de Soranik avec qui il entretient une relation pour le moins chaotique. Le travail sur Soranik et John est bien exécuté et ils font des chefs de clans hors pair prêt à tout pour le bien des personnes qui comptent sur eux.

Nous avons droit ensuite à une histoire qui voit apparaître une menace sérieuse venue tout droit du passé des Néo Dieu. Le récit est assez classique dans sa réalisation et il n’y a rien de révolutionnaire. Une grande menace débarque mais on sent bien que ça ne va pas devenir le prochain event qui va nous occuper des mois durant pour autant. Néanmoins ça reste très agréable à lire et ça nous permet de voir Orion et les Dieu de Néo Genesis interagir avec les Green Lantern, ce qui est toujours plaisant. Kyle Rayner se réaffirme un peu plus dans cet arc tandis que Hal Jordan reprend doucement son rôle de leader naturel.

Graphiquement c’est magnifique. Ethan Van Sciver et Rafa Sandoval donnent ses lettre de noblesse à l’univers cosmique de DC en nous en mettant plein les yeux. L’ensemble du récit est d’une beauté folle avec des planches extrêmement travaillées. Les pleines pages sont légion et à cela s’ajoutent quelques doubles pages somptueuses afin de rendre le tout réellement grandiose. N’oublions pas le travail sur les couleurs réalisé par Jason Wright et Tomeu Morey qui font de ces numéros une réussite visuelle totale.

Bref, Green Lantern Rebirth Tome 4 est une réussite. Tout en explorant la relation conflictuelle entre les Corps des Green et Yellow Lantern Robert Venditti vient y ajouter nombre d’éléments pouvant mettre en péril celle-ci. De plus si vous aimez les beaux dessins foncez car c’est un véritable régale pour les yeux.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Green Lantern Rebirth Tome 4

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Spider-Matt, il y a 7 mois et 4 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #25249

    Spider-Matt
    Modérateur

    Green Lantern Rebirth Tome 4 est une réussite. Tout en explorant la relation conflictuelle entre les Corps des Green et Yellow Lantern Robert Venditti vient y ajouter nombre d’éléments pouvant mettre en péril celle-ci. De plus si vous aimez les beaux dessins foncez car c’est un véritable régale pour les yeux.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse [Review] Green Lantern Rebirth Tome 4]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.