Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Curse Words Tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Fun, décomplexé et bien écrit
Les dessins et la colorisation
Le koala, forcément !

Point(s) faible(s) :


Le rythme parfois trop rapide
Quelques facilités scénaristiques


 
En résumé
 

Curse Words est la nouvelle création de Charles Soule, ici accompagné par Ryan Browne aux dessins. Il nous emmène aux côtés de Wizord, un magicien égocentrique qui s’est pris d’affection pour les humains et veut les aider. Sauf que ses anciens patrons ne sont pas vraiment d’accord avec ça et vont le traquer.

 
Infos techniques
 

Histoire : Charles Soule
Dessin : Ryan Browne
Couleur : Ryan Browne, Michael Garland
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Des jurons partout !

L’avis de Comics Grincheux :

Je ne suis vraiment pas fan du travail de Charles Soule, bon, je n’ai pas lu Letter 44 et maintenant, je pense que j’ai fait une erreur. Car, je peux le dire sincèrement : j’ai kiffé un comics de Charles Soule ! \o/

Curse Words est un comics qui ne se prend jamais au sérieux. Son héros est un magicien, Wizord, qui a toutes les caractéristiques du parfait enfoiré : égocentrique, manipulateur et menteur. Oui mais voilà, les êtres humains l’attendrissent et il a décidé de devenir gentil tout en restant un peu égocentrique quand même ! Il est accompagné d’un koala qui parle et s’appelle Margaret et semble être arrivé sur Terre dans un but précis que le premier chapitre présentera rapidement, ainsi que l’univers dans lequel nous allons évoluer.

La narration de Charles Soule dans ce premier chapitre est vraiment top ! Parvenant à introduire un nombre conséquent d’éléments de manière claire, il m’a vraiment étonné. Les dessins de Ryan Browne aident aussi beaucoup à s’immerger dans l’histoire. Colorés, proposant des découpages répétitifs mais participant grandement à la bonne humeur du titre, ils m’ont absorbé. Le personnage de Wizord est assez intriguant. Son ego est monstrueux mais sa volonté de bien faire conjuguer à son arrogance en font un personnage qui ne plaira pas à tous les lecteurs mais qui m’a fait passer un bon moment.

Bon, soyons tout de même clair, le personnage qui tire son épingle du jeu, c’est surtout Margaret. Ce personnage mystérieux qui se transforme en différents animaux est espiègle, mâline et contrebalance largement l’arrogance de Wizord. La relation entre les deux participent là encore à la bonne humeur du titre, ils sont funs, veulent faire le bien et se complètent parfaitement.

Alors, tout n’est pas parfait, le rythme est parfois trop rapide, la désinvolture de l’œuvre pourrait devenir son principal défaut à l’avenir mais la frénésie avec laquelle les idées surgissent et la manière dont Charles Soule gère son récit sont assez impeccables. On va suivre en parallèle la quête de Wizord et celle de Ruby qui le traque et la façon de gérer les cliffhangers donne envie d’avancer en permanence. Il n’y a donc rien de réellement profond dans ce récit qui reste une quête initiatique assez classique mais la sincérité et la bonne humeur de l’ensemble m’ont donné une bonne surprise. Là où j’attendais un récit sérieux et pompeux, le récit participe d’un gros délire, comme le démontre les nombreuses annotations qui ponctuent certaines scènes.

Les idées visuelles de Ryan Browne sont assez folles et la colorisation confère une belle patate aux séquences d’action. La magie est très bien mise en avant et si l’encrage peut paraître grossier, il sert surtout à mettre en valeur certains éléments pour ne pas noyer le lecteur sous l’avalanche de détails contenus dans les planches.

Bref, alors que je n’attendais rien de Curse Words, j’ai finalement beaucoup apprécié ce récit qui va à fond la caisse, est très fun grâce à une bonne gestion de l’humour, du relationnel et de l’action et se lit très bien.

La note de Comics Grincheux :

 

L’avis de Captain Talbot :

Curse words nous raconte l’histoire de Wizord, un sorcier maléfique venu de l’Antre-Monde dans un but pas très réjouissant. Cependant, la nature humaine va le faire changer d’avis et le convaincre de rester sur Terre sans poursuivre son terrible projet. il va s’arranger pour tirer son épingle du jeu grâce à sa magie et devenir une figure emblématique, cependant le maître de l’Antre-Monde ne l’entend pas de cette oreille.

Curse Words se lit très bien grâce notamment à deux qualités que possède le livre : l’action et l’humour. Wizord, le héros, est très imbu de sa personne et possède une confiance en lui démesuré. Cependant, ses choix sont souvent assez grotesques apportant son lot de situations cocasses et drôles. Il est accompagné d’un koala parlant qui est plus mesuré et surtout plus posé, essayant de tempérer les choix du magicien voire de le conduire sur la bonne voie. Cela dit, le fond de l’histoire est tout de même ultra classique, un méchant qui change d’avis et qui met en rogne un super méchant qui veut alors le tuer pour mettre en place son super plan démoniaque et bien sûr c’est son amour de “jeunesse” qui vient le traquer. Bien que le fond l’histoire rentre dans les comics portant l’étiquette “déjà-vu”, Curse Words tire son épingle du jeu grâce à l’originalité du traitement à base de magie et d’humour rendant le moment très agréable et fun. J’espère que Charles Soule s’écartera plus des lignes classiques dans la suite tout en gardant cette forme qui fait mouche.

Le dessin de Ryan Browne est de grande qualité, nous offrant par exemple un Wizord badass au look qui ferait baver les Sons Of Anarchy. Mais dans Curse Words, c’est la couleur que je souhaite souligner. Réalisée par Ryan Browne et Michael Garland, elle donne au dessin une explosion de couleurs très magique s’accordant avec le récit. La couleur est d’autant plus importante que chaque magicien est représenté par une couleur : bleu, rouge, rose et une pierre précieuse rubis, saphir, etc. Vous l’aurez compris, ici plus qu’ailleurs le travail de colorisation fait partie intégrante du récit et les auteurs le font avec grand soin.

Curse Words tome 1 est une très bonne surprise, une bagarre de magicien fraîche et coloré avec un zeste d’humour correctement dosé.

La note de Captain Talbot :

[Divider]

L’avis de Dram00n :

Sans être un grand adepte de Charles Soule et peu connaisseur du travail de Ryan Browne, je me suis lancé sur ce titre à cause de son synopsis. Et je n’ai pas été déçu tant Curse Words est une lecture délirante et sans prise de tête.

Dès le premier chapitre de Curse Words, on se retrouve immergé dans le récit et on fait face à une abondance d’informations mais le tout reste clair et limpide pour le lecteur. Soule fait preuve d’un beau travail de narration pour justement installer son univers en quelques pages et entraîner le lecteur avec lui. Avec deux personnages aussi étonnants que Wizord et Margaret, on est transporté dans une oeuvre mêlant humour et action tout au long de ce premier tome. Tout le titre repose sur ces deux personnages et l’alchimie entre ces derniers, malgré deux caractères opposés. D’un côté l’égocentrisme et la roublardise du magicien et de l’autre, un Koala (#TeamMargaret)  beaucoup plus posé et réfléchi.

Pour autant, le récit reste très classique dans son histoire. Un méchant qui devient gentil poursuivi par un méchant envoyé par un méchant encore plus balaise. Il y a un côté dejà-vu dans le titre mais la forte présence d’humour dans le récit permet de contrebalancer et de tourner parfois en dérision cette histoire loin d’être innovante.

L’immersion pour le lecteur se fait grandement par le travail graphique, les dessins comme les couleurs. Le travail de Ryan Browne est superbe. On peut toutefois lui reprocher des pages parfois trop chargées qui peuvent en devenir confuses. Mais les couleurs apportent le dynamisme du titre et y apporte énormément de profondeur dans les décors notamment. Comme le souligne Captain Talbot, ces dernières sont importantes car sont un élément clef par rapport à la distinction des différents sorciers.

Curse Words est un récit prenant malgré son scénario assez classique. Porté par un duo de choc, Charles Soule ne devrait pas manquer de ressources pour faire avancer le récit et le mener sur des chantiers plus surprenants par la suite. Le titre présente un potentiel qu’il me tarde de découvrir.

La note de Dram00n :

Ils ont kiffé :

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Curse Words Tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 2 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #25996

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Curse Words est la nouvelle création de Charles Soule, ici accompagné par Ryan Browne aux dessins. Il nous emmène aux côtés de Wizord, un magicien égocentrique qui s’est pris d’affection pour les humains et veut les aider. Sauf que ses anciens patrons ne sont pas vraiment d’accord avec ça et vont le traquer.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse [Review] Curse Words Tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.