Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Cosmic Ghost Rider

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Fun à lire.
Le personnage du Cosmic Ghost Rider.
Les dessins.

Point(s) faible(s) :


Une trame narrative et un propos très classiques.


 
En résumé
 

Cosmic Ghost Rider est un récit qui partait avec un énorme potentiel au regard du passage de Donny Cates sur Thanos mais qui se révèle très classique dans son approche et son sujet. Heureusement l’histoire reste très agréable à lire et on prend plaisir à suivre la suite des aventures de ce Ghost Rider hors normes.

 
Infos techniques
 

Histoire : Donny Cates
Dessin : Dylan Burnett
Couleur : Antonio Fabela
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié 13 mars 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

L’avis de Spider-Matt :

Si vous n’avez pas lu les trois Marvel Epics édités en Softcover par Panini arrêtez tout de suite de lire cet article ! Car nous allons parler ici du Cosmic Ghost Rider et de son identité réelle. Donc si vous ne voulez pas vous gâcher la surprise de qui se cache sous les traits du personnage vous êtes prévenu.

 
L

e Cosmic Ghost Rider est mort. Il arrive au Valhalla où il se met à causer du grabuge. En effet, son tempérament fougueux entre en conflit avec la brutalité des fiers Vikings et il n’hésite pas à leur montrer qu’il n’est pas particulièrement heureux de reposer en ce lieu. Après une brève discussion avec Odin celui-ci lui donne la possibilité de repartir où il veut et surtout quand il veut.

J’avais adoré les quelques numéros de la série Thanos réalisés par Donny Cates. Le désespoir de la situation (tous les êtres vivants de l’univers étaient morts, à quelques exceptions près) contrebalançait avec l’humour qu’apportait ce nouveau Ghost Rider. Voir Thanos utiliser le regard d’expiation de ce dernier chaque matin pour se remémorer le bon souvenir de ses massacres passés était une délicieuse idée parmi tant d’autres apporté par Cates lors de son passage sur le Titan fou. Son travail m’avait donc beaucoup plu et j’avais plus que hâte de lire cette mini série.

Au début du récit, les possibilité sont infinies. Frank peut aller n’importe où et à n’importe quelle époque. Un univers de possibilités s’ouvre à lui et je m’attendais à être baladé d’un bout à l’autre du cosmos tel un lecteur pris au piège des chaînes infernales du cavalier de l’enfer. Et bien pas du tout ! L’histoire a tout de suite pris une direction bien précise et fixé un but bien défini à ce bon vieux Castle. L’objectif que le Rider se donne est très classique et a été vu et revu dans nombres d’histoires. Que ce soit dans les comics ou ailleurs. Ce personnage à l’énorme potentiel pouvait littéralement faire ce qu’il voulait et j’ai eu le désagréable sentiment que Cates l’enfermait dans une cage scénaristique balisée dont il ne pouvait s’échapper. Une fois cette déception passée je me suis pleinement investi dans la suite des événements en essayant de jouer le jeu de l’auteur et lui faire confiance. Comme dit plus haut, la trame de l’histoire est classique et, de par le chemin qu’elle prend, laisse très peu de place à la surprise. Nous retrouvons l’humour qui caractérise le personnage du Ghost Rider et qui servira à adoucir le propos et la réflexion que Cates nous propose. En effet il sera question de ce qui fait qu’un individu prend un mauvais chemin ou non. Et si c’est le cas, quelles chances de rédemption s’offrent à lui. Le sujet est bien travaillé mais là encore ça sent le réchauffé, et couplé à la situation de base qui l’est déjà, ça commence à faire beaucoup. Malgré cela les cinq numéros sont agréables à lire et sont surtout très fun. Au final je n’ai pas retrouvé le Donny Cates que j’aime et qui fourmille d’idées plus géniales les unes que les autres mais j’ai pris ce comics pour ce qu’il est : un bon moment de lecture bien exécuté qui ne cherche pas à être innovant pour autant.

Graphiquement, Dylan Burnett livre du très bon travail. Son trait fin fait mouche à chaque fois et le tout est plein de détails. Il s’amuse dans la construction de ses planches et nous en offre de mémorables. Antonio Fabela assure le show avec des couleurs vives et très bien choisies. Le feu de l’enfer du Ghost Rider dénote très souvent avec un bleu glacial pour un rendu du plus bel effet.

Bref, Cosmic Ghost Rider est un récit qui partait avec un énorme potentiel au regard du passage de Donny Cates sur Thanos mais qui se révèle très classique dans son approche et son sujet. Heureusement l’histoire reste très agréable à lire et on prend plaisir à suivre la suite des aventures de ce Ghost Rider hors normes.

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Cosmic Ghost Rider

Ce sujet a 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour par  Matt, il y a 5 mois et 1 semaine.

  • Auteur
    Messages
  • #26558

    Spider-Matt
    Modérateur

    Cosmic Ghost Rider est un récit qui partait avec un énorme potentiel au regard du passage de Donny Cates sur Thanos mais qui se révèle très classique dans son approche et son sujet. Heureusement l’histoire reste très agréable à lire et on prend plaisir à suivre la suite des aventures de ce Ghost Rider hors normes.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse Cosmic Ghost Rider]

  • #27208

    Matt
    Participant

    C’est classique mais ça fonctionne très bien. Dommage que ce ne soit pas un vrai tome 1, il faut aller découvrir le personnage ailleurs.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.