Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Birds of Prey : Black Canary

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Une très bonne histoire, atypique et profonde.
Le girl power.

Point(s) faible(s) :


Le dessin, parfois brouillon


 
En résumé
 

Black Canary possède enfin un titre solo en France. Pour notre plus grand plaisir retrouvez là dans un récit atypique ou elle est leader d’un groupe de rock. Cependant la baston n’est jamais bien loin. Un récit efficace sur la super-héroïne ou elle devra assurer sur scène et en baston.

 
Infos techniques
 

Histoire : Brenden Fletcher, Matthew Rosenberg
Dessin : Annie Wu, Pia Guerra, Sandy Jarrel, Moritat
Encrage : Wayne Faucher
Couleur : Lee Loughridge, Serge Lapointe
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Cri de joie !

Black Canary est un personnage que j’ai vraiment connu  et apprécié en lisant Green Arrow Rebirth. La complémentarité que les auteurs ont mis entre les deux héros était parfaite. Depuis j’ai suivi attentivement les sorties lui étant consacré et c’est tout naturellement que je me suis tournée vers ce tome Birds of prey : Black Canary. De plus, Brenden Fletcher est un auteur que j’apprécie notamment pour des titres comme Isola et Motor Crush. Ainsi, le retrouver sur ce titre fut donc un argument supplémentaire à la lecture.

Un titre atypique.

Ce n’est d’ailleurs pas surprenant de voir Fletcher nous livrer une histoire atypique. On retrouve une Dinah Lance en leader d’un groupe de musique nommé Black Canary. Si vous attendez à un bon gros titre de super héros, alors passez votre chemin. Ici, Dinah compte bien laisser son passé de super-héros derrière elle et entamer une nouvelle carrière.

Le titre se déroule en deux grosses parties, la première nous fait suivre le groupe mené par la fameuse leader dans une séries de concert qui se termine mal. Le groupe en plus de trouver des dates de concert doit veiller à protéger la Jeune Ditto. Membre énigmatique peu loquace mais incroyablement doué avec une guitare. Cependant, elle semble susciter l’intérêt de plusieurs organisations pas forcément respectables.

Dans la deuxième partie du récit, Black Canary va devoir affronter son passé. Entre son ex-mari, le mystère sur la disparition de sa mère, une tante débarquée de nulle-part. Bref, de quoi tout chambouler dans la vie de notre héroïne. La musique reste cependant pas très loin de cette suite d’intrigue et son groupe sera évidement mêlé à l’affaire qu’elle va rencontrer.

Un récit profond

Derrière une légèreté apparente, les auteurs abordent des thèmes tel que le harcèlement, la solidarité ou encore l’esprit de famille. En effet, Black Canary n’hésitera pas à saboter un concert pour aller régler son compte à deux abrutis harcelant de jeunes filles juste venu profiter du concert. D’une manière général les hommes sont peu à leur avantage dans ce récit. Idiot, méchant, violent, leur intervention sont rarement intelligente. Rarement ne veux pas dire jamais. Le bon vieux Kurt, ex-compagnon de Dinah, lui sera d’une précieuse aide toute de même. Mais globalement, la réussite des aventures de Black Canary repose sur une solidarité féminine solide que soit avec ces musiciennes ou avec ses amies super-héros comme Batgirl (pssst Brenden Fletcher à bosser sur la série Batgirl dispo chez Urban pas étonnant de la retrouver ici).

Bref, c’est une très bonne surprise pour moi car je redoutais tout de même le côté musique trop présent et une intrigue trop légère. Les auteurs se servent de ces éléments de manière intelligente ce qui rend la lecture de ce pavé (12 numéros plus deux bonus) très agréable.

Le dessin, je me le gardais pour la fin car je n’ai pas adhéré aux dessins d’Annie Wu. Un peu de mal avec les visages et certaines scènes que j’ai trouvé parfois grossière. Pourtant il y a de très bonnes recherche et trouvaille graphique et des composition agréables et bien géré. Par contre, le travail sur les couleurs est bien réussi. Le boulot colle parfaitement à l’histoire et renforce l’intensité, comme par exemple lors de l’affrontement de la fin du 6ème chapitre.

Oh et j’allais oublié la couverture spéciale France signé par la flamboyante Tula Lottay que l’on a eu, avec Mr Hyanda, la chance de rencontrer à Angoulême, Interview à venir !

On retrouve Black Canary là ou on ne l’attend pas dans une bonne histoire rythmé et tempo entraînant. Le seul bémol que je mets est sur le dessin.

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Au côté de Matt depuis le début de l'aventure LesComics.fr et même déjà présent pour La Sélection Comics, il essaye de mettre ses connaissances aux profits du groupe et de leurs demandes farfelues.


Vos commentaires :

Accueil Forums Birds of Prey : Black Canary

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Captain Talbot, il y a 1 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #32604

    Captain Talbot
    Admin bbPress

    Black Canary possède enfin un titre solo en France. Pour notre plus grand plaisir retrouvez là dans un récit atypique ou elle est leader d’un groupe de rock. Cependant la baston n’est jamais bien loin. Un récit efficace sur la super-héroïne ou elle devra assurer sur scène et en baston.

    [Retrouvez l’article de benoit à l’adresse Birds of Prey : Black Canary]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.