Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Batman – One Dark Knight

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
20 votants

 

Point(s) fort(s) :


Retrouver la touche artistique "Jock"...
...avec une mise en image qui fonctionne bien.
Un bel écrin et grand format...

Point(s) faible(s) :


...qui se distingue trop par sa taille avec les autres Batman en "Black Label".
Un récit Batman qui peut paraître trop classique.


 
En résumé
 

C’était le genre de mission que Batman avait mené des centaines de fois : escorter la police de Gotham tandis qu’elle transférait le criminel connu sous le nom d’E.M.P dans la prison de Blackgate. Les pouvoirs électriques du métahumain représentaient une menace certaine, mais la situation semblait sous contrôle. Jusqu’à ce que tout dérape. A présent les rues chaudes de la ville ont sombré dans l’obscurité la plus totale, toutes les lumières se sont éteintes, la police est aux abois et le Chevalier Noir doit se frayer un chemin au coeur du pénitencier le plus dangereux au monde. Sans compter qu’à Blackgate, chaque recoin cache une nouvelle surprise, et l’aube ne semble pas près de poindre…

 
Infos techniques
 

Scénario : Jock
Dessin : Jock
Encrage : Jock
Couleur : Jock
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 1 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Nuit noire & œil au beur noir pour le Chevalier Noir.

A

près l’excellent Batman Imposter, Urban Comics récidive dans ses éditions VF du “DC Black Label” centré sur Batman. C’est cette fois avec le travail de l’écossais Mark Simpson, alias “Jock” ( Green Arrow Year One, Hellblazer, The Losers…), que l’éditeur VF de comic-books jette son dévolue.

Docteur Simpson…

Plutôt connu comme dessinateur, l’écossais Jock s’essaye ici aussi à l’écriture comme bien d’autres artistes comics l’ont fait avant lui. Il emmène notre Chevalier Noir dans une nuit des plus compliquée pour lui et sa bonne vieille cité de Gotham. Le “Caped Crusader” escorte de loin, en appui du GCPD, le méta-humain E.M.P, de son vrai nom Edward M. Pressler. Celui-ci doit être transféré de l’asile de Arkham, au Nord de la ville à la prison sécurisée de Blackgate, située tout au Sud. Malheureusement, le pauvre bougre attire toutes les convoitises sur sa personne. Bientôt, sa colère et son pouvoir entraîne un blackout totale sur Gotham City. Le Batman devra se montrer astucieux et coriace pour faire face aux divers gangs et autres méta humains situé entre lui et son objectif : Sauver et enfermer EMP.

La mise en image narrative de Jock est très bien constituée surtout dans la perspective et la mise en situation des événements : Cartographie, action, forces en présence. Malgré tout le récit en lui même reste classique et au final peu original quand on sait par quoi est passé notre “Batou” depuis ses plus de 80 ans d’existence à travers plusieurs médias ( BD, films, séries, jeux-vidéo…). Il reste difficile aujourd’hui de créer quelque chose de neuf et original avec notre “Chauve-Souris”. On passe tout de même un bon moment de lecture divertissant et explosif à ses côtés.

…Et Mister Jock.

Niveau graphique, Jock prouve à nouveau sa valeur et ses compétences artistiques. Il met parfaitement son histoire en images. Grâce à ses travaux, on se sent vraiment aux côtés de notre héros durant ses divers combats sur les 3 chapitres de “One Dark Knight“. On reconnaît pleinement la patte du dessinateur écossais qui se lâche pleinement sur toutes les planches. Son trait est toujours très épuré offrant une grande visibilité, ici favorisé par le format d’édition se rapprochant d’ailleurs d’une BD franco-belge. Sa colorisation accentue l’effet nocturne et sombre du récit. Avec en parallèle des couleurs plus chaudes lors des scènes pyrotechniques qui se produisent par moment. Rien à y redire de ce côté là, au top.

Le tout est agrémenté d’excellentes variant covers signé par lui -même et d’autres grand noms du médium comme Bill Sienkievicz, Paul Pope, Lee Garbett, Cliff Chiang. Le grand format qui met en avant les illustrations de l’auteur/artiste. On regrette toutefois qu’il se trouve bien plus grands que les autres “DC Black Label” centrés sur Batman, causant un manque d’uniformité dans une bibliothèque.

Faute d’originalité dans son récit en lui-même, ce “Batman – One Dark Knight” de Jock reste divertissant et explosif.  Une preuve que l’artiste écossais a toujours du punch de son Art qu’il est un passionné de l’univers DC en général et du Chevalier Noir en particulier.

Retrouvez Batman – One Dark Knight de Urban Comics chez Excalibur Comics !

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Trentenaire originaire du Grand Ouest. Fan de ciné, de comics, de SF, d'Heroic Fantasy. Bercé par les années 80, forgé par le années 90, mes goûts pour la pop culture de ces deux décennies précises s'y retrouvent. Les années 80 m'ont fait découvrir les comics via les éditions Lug et l'univers Star Wars.


Vos commentaires :

Accueil Forums Batman – One Dark Knight

  • Ce sujet contient 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour pour la dernière fois par Kit Fisto, le il y a 1 mois.
Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42899
      Kit Fisto
      Modérateur

      C’était le genre de mission que Batman avait mené des centaines de fois : escorter la police de Gotham tandis qu’elle transférait le criminel connu sous le nom d’E.M.P dans la prison de Blackgate. Les pouvoirs électriques du métahumain représentaient une menace certaine, mais la situation semblait sous contrôle. Jusqu’à ce que tout dérape. A présent les rues chaudes de la ville ont sombré dans l’obscurité la plus totale, toutes les lumières se sont éteintes, la police est aux abois et le Chevalier Noir doit se frayer un chemin au coeur du pénitencier le plus dangereux au monde. Sans compter qu’à Blackgate, chaque recoin cache une nouvelle surprise, et l’aube ne semble pas près de poindre…

      [Retrouvez l’article de kit-fisto à l’adresse Batman – One Dark Knight]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.