Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Umbrella Academy Saison 1

 
Not'Note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) Fort(s)


La B.O euphorisante
La synergie du casting
Une adaptation réussie, libre et unique

Point(s) Fabile(s)


Un rythme pouvant décourager certains spectateurs
Le cliffhanger final


 
Infos Techniques
 

Umbrella Academy réussi l’exploit d’être aussi unique que son homologue papier, respectant le cœur de l’œuvre, cette folie douce où l’inattendu est le quotidien et la famille berceau de ressentiments. Jusqu’à son cliffhanger final, nous laissant en suspens jusqu’à une saison 2 que j’espère tout aussi enthousiasmante.  

 
En résumé...
 

Une série de : Steve Blackman
Scénario de l'épisode : Jeremy Slater
Réalisation de l'épisode : Steve Blackman
Principaux acteurs : Ellen Page, Tom Hopper, David Castañeda, Emmy Raver-Lampman, Robert Sheehan, Mary J. Blige, Aidan Gallagher et Justin H. Min
Diffuseur VO : Netflix
Diffuseur VF : Netflix
Publié 11 avril 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

Soutien scolaire avec un parapluie !

U

mbrella Academy, c’est avant tout un fabuleux comics, fruit de l’imagination de Gerard Way, leader du groupe My Chemical Romance qui voulut s’essayer à l’écriture et du trait si singulier du non moins génial Gabriel Bà, dessinateur du cultissime Daytripper. Un duo atypique, un projet fou, qui donna naissance à un comics à nul autre pareil. Baroque, surréaliste et d’une liberté folle, une œuvre véritablement unique que tout fan de comics se doit de découvrir.

Ainsi, quand en 2011, Universal annonça le projet d’une adaptation en film d’Umbrella Academy, une certaine angoisse s’est faite ressentir. Comment adapter cette histoire, ce ton, cet univers si particulier sans en retirer cette magie, cet équilibre si particulier et fragile que le duo a fait vivre dans ces pages ? Le projet fut, quelques années plus tard, enterré avant que Netflix annonce travailler sur une adaptation, cette fois en série.  Développée par Steve Blackman, écrite en grande partie par Jeremy Slater avec Gerard Way présent comme producteur exécutif, nous voilà enfin face à l’adaptation redoutée du redoutable Umbrella Academy.

Et quelle surprise, c’est réussi ! Je vous gâche de but en blanc tout suspens, Umbrella Academy m’a totalement convaincu. Si le projet était si périlleux, c’était bien à cause de cet équilibre fragile qu’atteint le comics par un univers si singulier, si libre, que les pages d’une bande dessinée étaient le seul écrin possible à ses inventions sans limites. Tenter de les faire sortir des cases tel quel était une totale hérésie, impossible. La série a donc pris le parti d’en extraire la substantifique moelle, son esprit avant tout, pour autour créer son univers alternatif, tout aussi fou, mais d’une autre manière. Comme le dit l’adage : « adapter, c’est trahir ». Ainsi, Umbrella Academy réussi l’exploit d’être aussi unique que son homologue papier, respectant le cœur de l’œuvre, cette folie douce où l’inattendu est le quotidien et la famille, un berceau de ressentiments.

Le casting fonctionnant à merveille, une véritable synergie se fait ressentir entre chaque acteur, chaque personnage. Ellen Page, Tom Hopper, David Castañeda, Emmy Raver-Lampman, Robert Sheehan, Aidan Gallagher et Justin H. Min, tous campent à merveille des protagonistes abîmés, plein de paradoxes, d’envies, de regrets, tous liés par des liens si différents, alors qu’ils ont grandi ensemble. Mention spéciale à Ellen Page, tout en intensité, et à la folie de Robert Sheehan, que l’on a plaisir à retrouver après l’avoir perdu de vue depuis son départ de Misfits dans la saison 2. Quand la série commence, tous sont réunis dans la maison familiale pour l’enterrement de leur père, l’homme qui les avait adoptés il y a des années. Ils étaient chacun né miraculeusement en même temps, de mère qui n’étaient pas enceintes, chacun d’eux a un pouvoir qu’ils ont découvert à l’Umbrella Academy, où ils avaient pour mission de sauver le monde. Aujourd’hui, devant la tombe de leur père, ne serait-il pas temps de le faire ?

Il est très difficile de résumer l’énorme toile qu’est l’intrigue de cette première saison, pleine de ramifications, d’intrigues secondaires, mais également de moments de liberté totale. Car ce qui la caractérise le mieux, ce sont ses personnages. Ils sont le centre de la série, leurs rapports, leurs évolutions sont le véritable cœur du show. La menace de la fin du monde passe presque en second plan au fur et à mesure des épisodes où le cheminement interne de ces personnages que l’on apprend à aimer devient le cœur de nos préoccupations. Autour d’eux, un univers follement fascinant, singe majordome, mère robotique, agence de régulation du temps, le mélange fonctionne parfaitement, le charme opère rapidement.

Certains pourraient reprocher à l’ensemble un manque d’unité, un rythme inégal sur un trop grand nombre d’épisodes, là où j’y vois plutôt la réussite d’une série profondément humaine, parlant du temps qui s’écoule à une vitesse incroyable, et ces moments où il s’arrête, et nous laisse réfléchir à son implacable réalité.

Dans un superbe écrin où l’on sent les moyens investis pour faire vivre cette fiction ambitieuse, la réalisation se fait vivante, la narration moderne et cohérente au propos, somme toute classique, mais parfois il ne faut pas abuser des effets, l’image parle d’elle-même. Au rythme d’une B.O des plus euphorisantes captant bien la folie de l’œuvre, de Tiffany à Woodkid, le spectacle se fait frissonnant, exaltant, et toujours avec cette émotion à fleur de peau.

Terminant sur un cliffhanger qui n’était pas vraiment obligatoire, Umbrella Academy nous laisse en suspens, jusqu’à une saison 2 que j’espère tout aussi enthousiasmante.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Ginlange est un peu comme Bruce Wayne, mais en mieux. Aimant cinéma et comics, et parfois les comics au cinéma, il essaiera de partager au mieux ses coups de cœur et coups de gueule avec vous, pour votre plus grand plaisir. Ave Lynch.


Vos commentaires :

Accueil Forums Umbrella Academy Saison 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Ginlange, il y a 6 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #27172

    Ginlange
    Modérateur

    Umbrella Academy réussi l’exploit d’être aussi unique que son homologue papier, respectant le cœur de l’œuvre, cette folie douce où l’inattendu est le quotidien et la famille berceau de ressentiments. Jusqu’à son cliffhanger final, nous laissant en suspens jusqu’à une saison 2 que j’espère tout aussi enthousiasmante.  

    [Retrouvez l’article de ginlange à l’adresse Umbrella Academy Saison 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.