Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Rockabilly Zombie Apocalypse

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Intrigue captivante

Point(s) faible(s) :


action un peu longue à ce mettre en place


 
En résumé
 

Quand des zombies, des mutants, des combats d’arènes, des scènes à la Mad Max, Elvis Preley, Chuck Norris sont dans une BD …

 
Infos techniques
 

Histoire : Nikopek
Dessin : Nikopek
Editeur :
 
Publié 4 octobre 2017 par

 
Dans le détail...
 
 

Romero va se retourner dans sa tombe !

En pleine Apocalypse, Billy rockeur sosie d’Elvis , se retrouve en pleine chasse à l’homme et lutte des clans. Il va devoir lui même retrouver sa belle qui est sous l’emprise du terrifiant Hadès et de sa horde.

L’avis de Ben :

Avant de commencer Rockabilly Zombie Apocalypse, j’ai eu la curiosité de taper “Rockabilly” dans mon moteur de recherche. Pour résumer, il s’agit d’un courant musical des années 50 et dérivé du Rock’n’Roll. La bande son pour la lecture était toute trouvée :

La couverture du livre nous met directement au parfum, on est ici donc dans un livre apocalyptique de zombie donc ne vous y trompez pas la violence va être rendez-vous au fil des pages. Âmes sensible écartez vous.

Ce premier tome est une mise en place des différents groupes qui feront la suite du récit. On retrouve ainsi Billy, rockeur de son vivant et rockeur zombie, les fidèles de Hadès horde de zombies mutants à la solde d’un zombie fou furieux, les habitants de Downtown bay vivants mais dirigés par un zombie, et le ranger clairement inspiré de Chuck Norris dans la série “walker texas ranger”.
Chaque clan a son objectif, entre ceux qui veulent régner sur le territoire, ceux qui veulent juste survivre ou encore ceux qui on des quêtes un peu plus personnelles. Evidemment tout ce joli monde va ce croiser dans de joyeux bains de sang.

J’ai eu peur au début d’être perdu entre les différents clans et le passage de l’un à l’autre. Mais l’auteur nous fait passer assez habilement d’un côté à l’autre avec des plans d’ensemble permettant de contextualiser l’action.  La mise en place des éléments de l’intrigue en début d’album est un peu long à mettre en place jouant un peu avec notre patience pour finalement atteindre une vitesse de croisière en fin d’album.

Les zombies de Nikopek ont une conscience, peuvent se déplacer même à vive allure et même conduire des voitures. L’auteur a ainsi clairement pris des distance avec le zombie à la sauce Romero. Et pour le moment ça marche, certes il s’agit du premier tome, beaucoup de chose ce mettent en place, mais la sauce commence à prendre et on attend la suite avec impatience. Nikopek sème des débuts d’intrigue pour nous tenir en haleine…

Je mettrai tout de même un petit bémol car pour apprécier pleinement le bouquin, il faut avoir lu “rockabilly zombie superstar“. Ne l’ayant pas lu, je ne peux l’affirmer mais il doit éclaircir quelques points du récit et des relations entre les différents protagonistes.

Le tome ne se suffit pas à lui même et c’est bel et bien une mise en place d’une histoire et j’espère que Nikopek nous réserve du lourd pour la suite.

Mettez dans un mixeur : des zombies, des mutants, des combats d’arènes, des scènes à la Mad Max, Elvis Preley, Chuck Norris, assaisonnez tous ça à la sauce Label 619 et vous obtiendrez Rockabilly Zombies Apocalypse!


 
Au côté de Matt depuis le début de l'aventure LesComics.fr et même déjà présent pour La Sélection Comics, il essaye de mettre ses connaissances aux profits du groupe et de leurs demandes farfelues.


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire