Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Green Lantern Rebirth tome 1

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
1 votant

 

Point(s) fort(s) :


Une aventure classique mais prennante
Les dessins de Rafa Sandoval

Point(s) faible(s) :


Quelques références obscures pour les néophytes


 
En résumé
 

Le Green Lantern Corps entre dans l’ère DC Rebirth. Robert Venditti trouvera t-il la bonne voie pour Hal Jordan et ses camarades après les hauts et les bas à la fin du New 52 ? La réponse est “oui” ! Kit Fisto et Matt vous expliquent pourquoi.

 
Infos techniques
 

Histoire : Robert Venditti
Dessin : Ethan Van Sciver, Rafa Sandoval
Encrage : Ethan Van Sciver, Jordi Tarragona
Couleur : Jason Wright, Tomeu Morey,
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 6 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Du renouveau pour éclairer votre lanterne?

L

e Corps des Green Lantern a disparu et l’univers est désormais sans défense. Sans opposant, le corps de Sinestro impose sa loi aux quatre coins de la galaxie et est à présent dirigé par Soranik Natu, la propre fille de Sinestro. Mais Hal Jordan, qui vient de passer une année en exil, est bien décidé à reprendre les choses en mains et se forge un nouvel anneau afin de rendre la justice à travers la voie lactée.

 

L’avis du Kit :

“Thaal t’as vraiment une mine sinistre !” 😛

Après 8 années à construire tout une mythologie autour des Green Lantern et des autres Corps de l’univers, Geoff Johns a raccroché les gants durant le New 52 laissant le champ libre à Robert Venditti (X-O Manowar, Rai, Flash, etc.). Durant les derniers mois de cette période, l’auteur a livré du bon (voir ICI) et du beaucoup moins bon. DC Rebirth est donc l’occasion de repartir sur de nouvelles bases pour le scénariste.

Hal Jordan, membre historique et légendaire du Green Lantern Corps a laissé la protection de la terre à la charge de Simon Baz et Jessica Cruz (lire ICI) , les dernières recrues humaines du Corps, pour partir à la recherche des autres membres disparus depuis plusieurs mois. La disparition des Green Lantern profite à Sinestro qui a le champ libre pour propager sa propre définition de la Justice à travers l’univers, et ce grâce à ses légions du Sinestro Corps qu’il déploie dans tout l’univers. Jordan aura donc fort à faire mais trouvera sur sa route une alliée inattendue. Bien que sans doute déjà vu par le passé sous l’ère Johns, la guerre entre le GL Corps et celui de Sinestro permet de revenir à des bases saines. Cela permet aussi d’accrocher de nouveaux lecteurs tout en conservant les anciens, avec ce qui perpétue l’essentielle de la saga cosmique de DC Comics : de l’action et de la bravoure dans l’infini de l’espace. Certes, on ne renouvelle pas forcément le genre mais ça fonctionne plutôt bien.

Du côté des dessins, un historique de la franchise est de retour en la personne de Ethan Van Sciver (Flash, Green Lantern, X-Men, etc.). L’artiste est talentueux, il le prouve une nouvelle fois ici, avec des traits précis que ce soit dans les scènes de dialogue ou celles de batailles. La nouvelle participation de Van Sciver à la saga fait que les lecteurs assidus de Green Lantern ne sont pas perdus,  et qu’un nouveau lectorat peut être attiré par la qualité graphique qu’apporte l’illustrateur. Ne pouvant effectuer l’intégralité de l’arc narratif, c’est l’artiste espagnol Rafa Sandoval (Ultimate Spider-Man, Harbinger, World War Hulk, etc.) qui prend le relais sur certains chapitres. Bien que son style soit différent de l’américain, il n’en reste pas moins doué. Il maîtrise aussi pleinement le sujet. On ne rechigne donc pas du changement d’artiste entre deux chapitres, et la lecture s’en trouve donc très agréable et facile.

 

Pour résumer, un recueil qui ne sera pas forcément novateur sur la mythologie de la saga Green Lantern, mais qui fait bien le travail. En effet, tous les ingrédients sont là pour ouvrir la porte à un nouveau lectorat, tout en permettant de consolider ce qu’adore déjà les “clients” plus assidus sur la franchise. On retrouve Hal Jordan et ses copains policiers galactiques dans la panade face à une autre idée de la justice campée par Sinestro et ses hommes. Certes, on a une impression de déjà-vu par rapport au run de Geoff Johns mais quand c’est bien écrit et si magnifiquement dessiné, pourquoi bouder son plaisir. Merci le trio Venditti/Van Sciver/Sandoval.

La note du Kit : 

Pour compléter cette review allez donc voir l’avis de l’ami Jé des “Rubrique de Jé” sur la saga Green Lantern :
https://www.lescomics.fr/comment-jai-decouvert-dc-04-gj-presente-green-lantern-integrale-tome-01

Toutes les images présentes sur ce site sont la propriété de leurs détenteurs respectifs. Elles sont utilisées au titre du droit de citations prévu par l’Art.L.122-5 3° du Code de la propriété intellectuelle.

Pour toute réclamation, contactez nous
Lien direct : https://www.lescomics.fr/reclamation-droit-dauteur/

 

L’avis de Matt :

On efface tout et on recommence. Pas simple de reprendre la série Green Lantern vu l’héritage laissé par l’ère “New 52” de l’univers DC Comics. Hal Jordan, le plus grand des Green Lantern, est un criminel en fuite alors que le Green Lantern Corps n’existe plus et que même Kyle Rayner, ex-Green Lantern et désormais titulaire de plus grands pouvoir a disparu. Pire, le Corp de Sinestron symbole de peur, domine la galaxie et fait régner l’ordre à la place des Green Lantern, symbole de volonté.
De la volonté, il va en falloir à Robert Venditti pour remettre la série sur de bons rails.

Evidemment, Hal Jordan va affronter le Corps de Sinestro. Evidemment, le Corps des Green Lantern va réapparaître. Tous les ingrédients nécessaires à une série d’action sont là, avec un tout petit plus. Difficile de ne pas voir une métaphore presque politique quand l’univers est dirigé par la peur. Difficile également de ne pas tiquer quand les architectes de cette peur s’allient à des ordres religieux pour renforcer leur pouvoir. Comme dans la vraie vie, c’est la volonté de rendre le meilleur qui devrait dicter sa loi et pas la peur du monde tel qu’il est.
Ce parallèle entre l’univers des G.L. et celui de ses lecteurs m’a donc paru tout à fait intéressant.

Au-delà de ces considérations sociales (on en parle dans les commentaires si vous le voulez), Hal Jordan and the Green Lantern Corps, nom original de la série, est une BD d’aventure sur fond d’ambiance cosmique qui sera peut être difficile d’appréhender pour les néophytes. Les séries Green Lantern ont toujours eu du mal à se libérer de leur héritage et multiplie les incarnations, les héros et les couleurs de lanternes. Il faudra donc accepter de passer à côté de quelques références si vous êtes des nouveaux lecteurs. Tout ça n’empêche pas de comprendre le récit mais peu provoquer une légère frustration.

Pourtant, Venditti livre un récit solide bien qu’imparfait. Il s’appuie totalement sur l’Histoire des Green Lantern pour modeler le mythe à sa façon, détruire ce qui le gène et renforcer les aspects qu’il préfère de ces personnages. On ne peut pas dire que ce livre soit d’une originalité renversante. Il n’en reste pas moins une lecture solide et plaisante, prometteuse pour la suite des aventures de nos Green Lantern et particulièrement bien illustrée. Si on a l’habitude de voir Ethan Van Sciver opéré sur la série, j’ai adoré les pages de Rafa Sandoval au style plus rond et tourné vers l’animation, cette dernière impression étant largement renfoncée par la colorisation.

En bref, Green Lantern Rebirth tome 1 est une lecture très agréable pour se réconcilier avec le personnage et un bon point d’entrée pour peu qu’on accepte de passer à côté de quelques références.

La note de Matt : 

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.


 
Trentenaire originaire du Grand Ouest. Fan de ciné, de comics, de SF, d'Heroic Fantasy. Bercé par les années 80, forgé par le années 90, mes goûts pour la pop culture de ces deux décennies précises s'y retrouvent. Les années 80 m'ont fait découvrir les comics via les éditions Lug et l'univers Star Wars.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Green Lantern Rebirth tome 1

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Kit Fisto, il y a 6 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #20180

    Kit Fisto
    Modérateur

    Le Green Lantern Corps entre dans l’ère DC Rebirth. Robert Venditti trouvera t-il la bonne voie pour Hal Jordan et ses camarades après les hauts et les bas à la fin du New 52 ? La réponse est “oui” ! Kit Fisto et Matt vous expliquent pourquoi.

    [Retrouvez l’article de kit-fisto à l’adresse [Review] Green Lantern Rebirth tome 1]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.