Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Marvels

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une prestation graphique de haute volée.
Un discours politique et social fort.
Un angle choisi original et novateur.

Point(s) faible(s) :


Un aspect global assez "froid".
Un manque d'empathie pour les personnages.
Des personnages oubliés.
Beaucoup trop rapide et survolé.


 
En résumé
 

Marvels est un des récits emblématiques de la maison des idées. Kurt Busiek et Alex Ross propose une vision à échelle humaine, du bouleversement qu’a été l’apparition des premiers super héros. Les auteurs délivrent un message fort et puissant sous un angle original, mais traité avec trop de superficialité !

 
Infos techniques
 

Histoire : Kurt Busiek, Alex Ross
Dessin : Alex Ross
Encrage : Alex Ross
Couleur : Alex Ross
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 6 mois par

 
Dans le détail...
 
 

 Donc Marvel s’accorde en genre et en nombre !

Bienvenue à New York ! Dans cette ville, vous pourrez voir des hommes en flammes voler au milieu des gratte-ciels, d’autres au costume bigarré grimper aux parois des immeubles ou encore des créatures de l’espace venues pour dévorer notre planète. Tel est l’univers Marvel, où l’ordinaire et le fantastique se côtoient au quotidien.

L’avis de “DrComics” :

À l’occasion de la sortie d’un épilogue inédit au désormais culte Marvels de Kurt Busiek et Alex Ross, et un tout petit peu aussi à cause de la mort à court termes de la gamme Icon, Panini nous ressort une nouvelle édition petit format (pour un grand récit ?) contenant ce fameux épilogue.

L’occasion pour moi de découvrir ce que beaucoup considère comme un monument de la BD, une œuvre culte à ranger aux cotés des Kingdom Come, All Star Superman et autres récits ayant marqué l’histoire des super-héros.

 

Un angle inédit et vraiment novateur !

On ne va pas le nier, l’angle d’approche choisi par Kurt Busiek (à qui l’on souhaite force et courage dans son combat contre la maladie !) afin de dépeindre l’histoire de l’univers Marvel est brillante. Oubliez l’échelle cosmique et dantesque, ici, on s’intéresse de près à un homme ordinaire : Phil Sheldon.

Jeune homme plein d’ambition, souhaitant devenir photographe star et auteur reconnu. C’est ce jeune homme, qui dans une Amérique en quête de grandeur, où le cœur des hommes cherche la noblesse et à devenir toujours plus grand, qui va, comme le reste de l’Amérique, assister à l’arrivé des premiers super, ou comme il les appelle : les Marvels. Ainsi, nous allons suivre l’origine de l’univers Marvel, et sa construction du point de vue des hommes ordinaires. De la première Torche humaine, à Namor en passant par Captain America jusqu’aux 4 Fantastiques.

Busiek dresse un hommage à la naissance d’un univers foisonnant d’idées et continuant de faire rêver aujourd’hui encore.

 

Mais un traitement vraiment à la hauteur ?

Si l’idée est absolument géniale, offrant des myriades de possibilités. Malheureusement, selon moi, le récit passe à côté de ses ambitions.

Le problème peut être résumé très rapidement : beaucoup trop court. Certes, toutes les bonnes choses ont une fin, mais là, on est plus proche du speed dating que du long dîner aux chandelles.

Tout s’enchaîne beaucoup trop vite, de l’apparition des premiers Marvels, à leur implication dans la seconde guerre mondiale, en passant par l’apparition des mutants et de la peur qu’ils inspirent. J’en passe et des meilleures. Tous ces sujets offrent des pistes de réflexions vraiment pertinentes. Mais elles auraient méritées à elles seules tout un chapitre entier, pas quelques pages dispersées.

Sans caricaturer, on assiste à un moment à un enchaînement de “Namor attaque la ville mais la Torche nous sauve ! Attention, Namor contre-attaque ! Heureusement, la Torche est encore là ! Ah, ils deviennent copains donc, tout va bien ! Ah ben non, Namor est de nouveau pas content et attaque encore !”

Un moment qui m’a laissé particulièrement perplexe et dans une incompréhension totale. On enchaîne les bonnes idées, mais en les traitant de manière assez légère. Cela donne un goût d’inachevé assez perturbant.

 

Une vitesse qui nuit à l’attachement

De la même manière, nous présenter un héros humain et reporter est très intéressant. Mais la vitesse où les années défilent fait que l’on s’intéresse principalement à sa pensée vis-à-vis des Marvels et très peu à son développement personnel, nous empêchant de ressentir la moindre affection pour lui et ce qui peut lui arriver.

Et si l’auteur nous présente succinctement l’histoire de Marvel, certains personnages sont complètement laissés de côté. J’ai ressenti plus d’émotions à la lecture de Superman Identité Secrète du même auteur.

 

Un discours humain et politique pourtant passionnant

C’est véritablement dommage car confronter la figure des Marvels aux hommes, en jouant sur le complexe d’infériorité met en lumière toutes les aberrations de nos systèmes. Ce besoin systématique de se chercher des responsables, de vouloir prendre uniquement ce qui nous intéresse chez quelqu’un et en rejeter le reste, ce besoin de comprendre et contrôler.

Tout est parfaitement mis en relief et Kurt Busiek n’oublie pas l’espoir, les gens infiniment bons qui peuvent croire en leur prochain et accepter l’autre malgré ses différences. Un portrait social nuancé et contrasté à l’image de toute société quelle qu’elle soit.

 

Doit-on encore évaluer le travail d’Alex Ross ?

Il va sans dire que critiquer la technique d’Alex Ross serait purement et simplement stupide. L’artiste a aujourd’hui ses lettres de noblesses et a su imposer son talent aux yeux du monde. Si on regrette de le voir se cantonner aux couvertures Marvel au lieu d’un projet en bonne et due forme, se replonger dans ses anciens travaux reste un pur plaisir visuel.

Il nous offre ici une mise en image impressionnante, avec des planches à couper le souffle où les héros Marvel se mêlent au commun des mortels. La mise en scène accentuant la différence de stature entre les deux catégories.

Cependant, et si sa prestation est absolument sans reproche, l’ensemble et la mise en couleur donnent un aspect froid, qui s’ajoute au côté trop rapide et détaché du récit, accentuant encore le manque d’émotion et d’empathie ressenti par le lecteur, et qui devient un réel problème.

Un épilogue très… enfin vraiment… bref, un épilogue quoi !

Je n’ai pas grand chose à dire sur l’épilogue ajouté, qui est plus comme un léger clin d’œil ou un hommage à leur travail d’origine, mais qui n’apporte finalement pas grand chose à mon sens à l’œuvre. C’est l’occasion pour les auteurs de montrer que le temps passe et que de nouveaux héros viennent jour après jour. Chacun œuvrant pour le bien commun et que, finalement de nouvelles surprises peuvent arriver jour après jour.

En conclusion cette lecture aura été pour moi une petite déception. Si je reconnais volontiers ses immenses forces, ce sont l’ensemble de ces petites failles qui ont entachés mon plaisir de lecture. Loin de vous déconseiller la lecture, si les défauts cités vous ont fait tiquer, réfléchissez à deux fois. Et si vous êtes fans de récit embrassant l’histoire entière d’un personnage, attendez Spider-Man Life Story, disponible en février !

La note de Dr Comics:

L’avis du “Kit” :

L’histoire de Kurt Busiek illustrée par Alex Ross prend un point de vue original et neuf sur l’histoire des super-héros. Il suit les Marvels (Les merveilles) du point de vue d’un photographe indépendant de 1939 avec la naissance de la Torche (première du nom) jusqu’à la mort de Gwen Stacy durant l’affrontement Spider-Man/Green Goblin (Bouffon Vert). Cet homme, Phil Sheldon représente dans cette narration les anonymes, les figurants, souvent présents lors des aventures des super héros de la Maison des Idées.

On retrouve toutes les aventures cultes de nos héros dans le regard de Phil, de sa famille, de ses amis, de ses collègues. Peur, doute, tristesse, joie, émerveillement, tous les sentiments y passent.

L’inégalable Alex Ross reste fidèle à lui-même dans des planches toujours aussi réalistes et nostalgiques de l’Age d’Or des Comics.

Toute la saga Marvel y est présente. Cela commence de la seconde Guerre mondiale à la fin des années 30 avec les héros, La Torche, Namor, Captain America et Bucky. Puis, cela passe aux années 60 avec les nouveaux super héros les Avengers. Ensuite, c’est la peur de la différence et de l’autre avec l’arrivée des mutants et des X-Men, en passant par la vie ailleurs avec le cosmique représenté par le Silver Surfer et Galactus.

Niveau bonus, cette réédition est agrémentée de l’ajout d’un épilogue qui n’est au final qu’un détail en comparaison du récit principal et qui n’apporte pas forcément d’intérêt majeur

Vous l’aurez compris, ce recueil reste un récit majeur sur les super-héros de la Maison des Idées vus à travers le regard d’un monsieur “tout le monde”. Une œuvre  ponctuée d’émotion, de nostalgie et de réalisme. Une petite pépite que je ne peux que conseiller !

La note du Kit:

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Thésard dans sa dernière ligne droite. Passionné de récits d'aventures (policier, SF, Fantasy, S-H...) que ce soit en Film, séries, jeux videos, romans et bien sur l'ensemble du 9e art !


Vos commentaires :

Accueil Forums Marvels

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #32320

      Marvels est un des récits emblématiques de la maison des idées. Kurt Busiek et Alex Ross propose une vision à échelle humaine, du bouleversement qu’a été l’apparition des premiers super héros. Les auteurs délivrent un message fort et puissant sous un angle original, mais traité avec trop de superficialité !

      [Retrouvez l’article de loic-kernoutlook-fr à l’adresse Marvels]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.