Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Les Etats-Unis de Captain America

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


Un message très intéressant et bien mis en place sur le symbole Captain America.
Des récits complémentaires très intéressants, donnant du background aux Captain America.
Les dessins des récits complémentaires, divers, comme les intrigues.

Point(s) faible(s) :


Les dessins de Dale Eaglesham, très inégaux.
Ron Lim en remplacement et ça se sent.
Une narration parfois trop compressée.
Une intrigue sur le vol du bouclier inintéressante.


 
En résumé
 

Road-trip culturel Bon, clairement, Les États-Unis de Captain America, c’est un titre franchement mauvais qui donne peu envie de lire le récit. Le personnage a déjà une image claquée par des personnes qui ne le connaissent pas ou veulent lui donner une image qui n’est pas la sienne. Car au-delà du symbole patriotique premier degré, […]

 
Infos techniques
 

Scénario : Christopher Cantwell, aidés par Josh Trujillo, Mohale Mashigo, Darcie Little Badger, Alyssa Wong
Dessin : Dale Eaglesham, Ron Lim, Jan Bazaldua, Natacha Bustos, David Cutler, Jodi Nishijima
Encrage : Roberto Poggi, Cam Smith, Scott Hanna
Couleur : Matt Milla
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 2 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Road-trip culturel

Bon, clairement, Les États-Unis de Captain America, c’est un titre franchement mauvais qui donne peu envie de lire le récit. Le personnage a déjà une image claquée par des personnes qui ne le connaissent pas ou veulent lui donner une image qui n’est pas la sienne. Car au-delà du symbole patriotique premier degré, le héros incarne surtout les contradictions et les échecs du rêve américain. Ce serait dommage de passer à côté du titre tant il parvient très efficacement à résumer l’image du personnage, notamment grâce à sa galerie de personnages secondaires.

En route pour les Etats-Unis, Captain !

Au départ, Steve Rogers se fait voler son bouclier par quelqu’un habillé comme lui. Il va contacter Sam Wilson, ancien Captain et Faucon. Ensemble, ils vont parcourir les États-Unis en tant que Captain America afin de retrouver le bouclier. Mais c’est justement ce voyage qui va faire le sel du récit. En effet au cours du périple, ils vont rencontrer de jeunes individus qui se sont réappropriés le symbole. Par là, Christopher Cantwell et les scénaristes invités pour réaliser des histoires complémentaires sur ces autres Captain vont dresser un portrait moderne et dynamique des États-Unis mais plus largement de la société occidentale.

Alors, on pourra reprocher au récit de ne pas mettre tout le monde sur le même pied. Certains, comme Arielle n’existe réellement que dans leur récit complémentaire. D’autres, comme Jeremy sont très anecdotiques. Un poil dommage mais ce serait aussi oublier l’intelligence du traitement des autres. Entre le récit sur Aaron qui fait référence à des problèmes extérieurs mais bien réels (la traite des immigrés par le Qatar pour la construction de leurs stades de football) et celui sur Joe qui a l’intelligence de faire appel à une scénariste amérindienne, les récits fonctionnent très bien. Le discours est pertinent, intelligent et plaisant tant il est bien construit.

Road-trip avec quelques étoiles en moins

Pour autant, il souffre de quelques défauts. Le quatrième chapitre est ainsi très compressé avec beaucoup d’informations intégrées en très peu de pages. Ce qui explique que Arielle soit anecdotique. Aussi, il faut bien, le mystère sur le vol du bouclier n’est pas intéressant. Outre que l’on s’en fiche de l’identité du voleur, tout ce qu’il y a derrière est franchement lourd par moments. On aurait sûrement pu trouver un autre moyen pour que Steve parte en road-trip sans passer par quelque chose d’aussi basique et simpliste. D’autant que cela ne sert pas réellement le fonds du titre.

Egalement, les dessins ne sont pas au diapason. Attention, c’est loin d’être moche mais passer de Dale Eaglesham à Ron Lim fait très mal quant à l’équilibre artistique. Et Dale Eaglesham est quant à lui très inégal avec de très belles planches détaillées et d’autres très précipitées, manquant de détails et avec des changements de proportions parfois bizarre chez les individus. Il faut aussi dire qu’il n’est pas aidé par un encrage là encore irrégulier. Vraiment dommage, d’autant que les récits complémentaires bénéficient d’artistes impliqués. Ron Lim quant à lui assure bien, même si là encore, les proportions sont étranges à certains moments.

Chacun et chacune opère dans des styles très différents, permettant de donner du corps et de l’identité à ces Captain. On passe du style très dynamique de Jan Bazaldua à un autre plus jeunesse pour Nielle signé Natacha Bustos ou un autre très rond pour Arielle par Jodi Nishima. Des styles qui se marient très bien à chaque fois aux ambiances et offrent donc plus de poids à la proposition artistique.

Bref, Les Etats-Unis de Captain America est un récit qui parle très bien du symbole. Il possède de nombreux défauts mais sait se montrer pertinent dans son message et dans les personnages qu’il présente.

 

Ils ont kiffé :

 

Si vous aimez nos contenus, vous pouvez nous soutenir sur Tipeee !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grinch râle beaucoup. Son origine vient de ses nombreuses grincheries envers BvS. Ayant gonflé sa petite amie avec ça, elle lui suggéra d'en parler avec d'autres. Ce fût chose faite. Vénère Grant Morrison, conchie Mark Millar.


Vos commentaires :

Accueil Forums Les Etats-Unis de Captain America

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #42152
      Comics Grinch’
      Maître des clés

      Road-trip culturel Bon, clairement, Les États-Unis de Captain America, c’est un titre franchement mauvais qui donne peu envie de lire le récit. Le per
      [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Les Etats-Unis de Captain America]

Vous lisez 0 fil de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.