Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Batman Detective Comics Tome 6

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
4 votants

 

Point(s) fort(s) :


Le mélange parfait entre drame humain et action
L'annual
Les multiples thématiques parfaitement traitées par l'auteur

Point(s) faible(s) :


Un manque d'harmonie dans les dessins et l'encrage


 
En résumé
 

Ce tome 6 de Batman Detective Comics est excellent. Constituant le prologue avant la fin de son run, James Tynion IV en profite pour faire aboutir et exploser tout ce qu’il a construit auparavant. Le principal défaut vient des dessins, peu harmonieux entre eux.

 
Infos techniques
 

Histoire : James Tynion IV
Dessin : Joe Bennett, Miguel Mendoça, Jesus Merino, Philippe Briones, Eddy Barrows
Encrage : Salvador Regla, Marcio Loerzer, Ricardo Jaime, Diana Egea, Jesus Merino, Philippe Briones, Eber Ferreira
Couleur : Jason Wright, Allen Passalaqua, Adriano Lucas
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

♪ Tombé ! ♪

Batman Detective Comics va bientôt se terminer et cet avant-dernier tome se charge d’entamer la fin. Le titre l’indique, les Batmen vont chuter. Pourquoi ? Comment ? Tout cela va être expliquer ici.

Pour ça, James Tynion IV réutilise tout ce qu’il a mis en place précédemment, notamment le Syndicat des Victimes ainsi que les réserves de Stephanie. La construction narrative de la série est, à ce titre, exemplaire et permet de comprendre que l’auteur n’a jamais construit une seule et même intrigue afin d’explorer Batman et son relationnel avec ses side-kicks, ersatz, bref, sa famille. Mais le personnage que James Tynion IV va mettre en avant est Gueule d’Argile/Boris. Le scénariste est un amoureux des monstres et cela transparaît plus que jamais ici.

A travers lui, c’est le thème de la rédemption que l’auteur explore. Grâce à l’exploration de sa relation avec Cassandra, on voit que l’ancien méchant a changé. L’annual placé à la fin du tome revient sur les origines du personnage, montrant toute sa complexité et sa richesse. Méchant trop souvent écarté ou réduit à l’état de destructeur, James Tynion IV réussit à lui donner une grande humanité. C’est aussi à travers Boris que se met en avant l’autre thème, à savoir, la responsabilité. Chaque individu du tome et de la série est désormais concerné par comment assumer ses actes et apprendre d’eux. Forcément, le Syndicat des Victimes est le premier concerné car il entend bien faire comprendre à Batman ce qu’il déclenche en enfilant le masque. Mais ce n’est pas tout et pour Tim, revenu dans le tome précédent, les questions ne cessent de s’accumuler pendant que Batman semble s’obstiner dans son fonctionnement habituel.

De ce côté-là, l’auteur peut parfois avoir tendance à forcer le trait, à tel point que l’on a l’impression que le justicier est parfois le méchant de l’histoire. Mais à bien y réfléchir, il traite de manière factuelle ce qui constitue le personnage. Grâce au point de vue de Stephanie, ce sont toutes les contradictions du combat de Batman qui resurgissent. Son embrigadement de jeunes gens, son incapacité à se remettre en question ou à gérer ses relations, etc. Ainsi, James Tynion IV construit un propos très intéressant sur le Chevalier Noir.

On se retrouve avec un tome qui réussit parfaitement à maîtriser le drame et à faire avancer l’intrigue. Les doutes de chacun nourrissent le drame, leur incapacité à grandir et à assumer leurs actes aussi. On a à faire à un tome très riche en thématiques, en drames, en dilemmes. Parfois, l’ensemble peut paraître trop chargé, cependant l’auteur parvient, grâce à des dialogues très bien écrits à rendre l’ensemble fluide et sans lourdeur.

Du côté des dessins, le travail de Joe Bennett est très bon, malgré un encrage assez irrégulier, mais grâce à son trait, il parvient à rendre le script de plus en plus sombre de l’auteur. Malheureusement, série publiée en format bimensuel aux États-Unis, les changements d’artistes sont fréquents et cela n’est pas très harmonieux. Heureusement, Eddy Barrows revient pour l’annual et ses planches sont magnifiques. Les mélanges de texture donnent des ambiances différentes qui permettent parfaitement de rendre compte des changements d’humeurs de Basil. Quant à la colorisation de Adriano Lucas, elle sublime l’ensemble.

Bref, ce tome 6 de Batman Detective Comics est excellent. Constituant le prologue avant la fin de son run, James Tynion IV en profite pour faire aboutir et exploser tout ce qu’il a construit auparavant. Le principal défaut vient des dessins, peu harmonieux entre eux.

 

Ils ont kiffé :

 

Vous pouvez retrouver Batman Detective Comics Tome 6 chez Excalibur Comics !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Comics Grincheux est un râleur compulsif. Il râle sur tout et à force de râler sur Batman V Superman et la renumérotation Marvel, il a décidé d'ouvrir un blog pour raconter ce qu'il aime et surtout ce qu'il n'aime pas. Et maintenant, il râle avec les amis de LesComics.fr mais propose aussi des analyses de la narration des auteurs.


Vos commentaires :

Accueil Forums Batman Detective Comics Tome 6

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Comics Grincheux, il y a 3 semaines et 4 jours.

  • Auteur
    Messages
  • #28613

    Comics Grincheux
    Admin bbPress

    Ce tome 6 de Batman Detective Comics est excellent. Constituant le prologue avant la fin de son run, James Tynion IV en profite pour faire aboutir et exploser tout ce qu’il a construit auparavant. Le principal défaut vient des dessins, peu harmonieux entre eux.

    [Retrouvez l’article de comics-grincheux à l’adresse Batman Detective Comics Tome 6]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.