Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Avengers Forever

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
6 votants

 

Point(s) fort(s) :


L'écriture de Kang et de son histoire.
La révélation de l'intrigue principale.
Les dessins.

Point(s) faible(s) :


Un début poussif.
Une narration parfois un peu datée pour les années 1990.
Le prix.


 
En résumé
 

Avengers Forever est une histoire magnifique qui mettra surtout en valeur Kang au détriment de l’équipe éponyme. En effet l’écriture du personnage est sublime et il obtient enfin les lettres de noblesse qu’il mérite. Carlos Pacheco parachève le tout avec des dessins sublimes et extrêmement denses et détaillés.

 
Infos techniques
 

Histoire : Kurt Busiek, Roger Stern
Dessin : Carlos Pacheco
Encrage : Jesus Merino
Couleur : Steve Oliff, Olyoptics.com
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 4 semaines par

 
Dans le détail...
 
 

Avengers un jour, Avengers toujours

L’avis de Spider-Matt :

J’avais beaucoup entendu parler de cette saga : Avengers Forever. Créée par deux figures emblématiques des comics, Kurt Busiek et Carlos Pacheco, cette histoire promettait de rendre un hommage vibrant et poignant à l’une des plus grandes équipes de super-héros de tous les temps et à travers le temps : les Avengers.

La série est composée de douze chapitres. À la lecture des sept premiers, je ne voyais pas trop où était cette magnifique histoire que l’on m’avait promise. Les membres formant l’équipe Avengers de celle-ci sont en effet assez détestables dans l’ensemble, on ne voit pas trop où l’histoire veut nous emmener et j’avais l’impression que Kurt Busiek racontait une histoire pour… raconter une histoire. Sans but réel et en faisant du surplace. Seuls les personnages de Kang et Immortus parvenaient à éveiller quelque peu ma curiosité. C’est en lisant le mot de Kurt Busiek en début de volume (note à lire après lecture du volume comme le précise si justement Panini) que j’ai compris pourquoi j’avais cette impression de tâtonnement de la part du scénariste. Lui et Carlos Pacheco avaient une idée bien précise de leur scénario mais, par le plus grand des hasards, les artistes du moment travaillant sur les X-Men ont accouché au même instant d’une intrigue quasi similaire à la leur. Le temps leur manquant, ils ont dû lancer la production de Avengers Forever avec quelques idées de bases et sans réellement savoir où ils allaient.

Puis arrive le numéro huit. Autant vous dire qu’à ce moment de ma lecture, je n’avais plus grand espoir quant à la qualité du récit. Je me trompais magistralement. Au bout de quelques pages, je me prenais une grosse claque car tout le génie de Busiek explose et ne s’arrête plus jusqu’à la dernière page. Kang et Immortus sont écrits tous deux sous une facette neuve et extrêmement maîtrisée. Par leur biais, Busiek reprend quarante ans d’histoires Marvel qu’il nous amène à considérer sous un jour nouveau avec une finesse et un talent au point de m’en donner des frissons. J’aime beaucoup le personnage de Kang et ses itérations, que ce soit Immortus ou Rama-Tut mais je n’avais jamais vraiment lu de bonnes histoire sur ce personnage ou alors rarement. Ici, Kang le conquérant a tout simplement droit à ses lettres de noblesses et je ne le verrai plus jamais de la même façon. Busiek exploite aussi le désir de Kang de ne pas devenir Immortus dans le futur. Désir qui se mue en un combat intérieur qui le ronge de plus en plus au fil des années qui passent. C’est une véritable épée de Damoclès qu’il a au-dessus de la tête et qui influence parfois ses choix de vie. C’est bien simple, arrivé à la fin de cette histoire j’ai l’impression que Kang a été plus mis en valeur que les Avengers. Le personnage est tellement bien écrit qu’il vole la vedette à l’équipe. Les derniers chapitres vont très vites, ne nous laissent pas le temps de respirer et nous forcent à tourner les pages frénétiquement afin de connaître le dénouement des formidables enjeux proposés. Même le choix des Avengers un peu douteux du départ nous sera expliqué et nous semblera ensuite tout à fait logique. La narration restera toutefois un peu datée pour un comics de la fin des années 1990, avec des cases nous expliquant parfois les actions des protagonistes sans que cela soit réellement utile.

Malheureusement, Panini ne s’embête pas sur le prix : 36,95 € pour un Icons de 296 pages. Un coup bas au portefeuille des lecteurs s’ils veulent lire cette histoire mythique.

Carlos Pacheco nous offre des dessins de toute beauté. Son trait est fin, précis et la qualité graphique dont il fait preuve est constante au cours des douze numéros de cette histoire. Il fini de sublimer la fin de cette intrigue complètement folle avec des pages remplies de personnages à l’atmosphère épique. Steve Oliff effectue une colorisation sans faille avec des couleurs qui font mouche à chaque fois.

Vous l’aurez compris Avengers Forever est une histoire magnifique qui mettra surtout en valeur Kang au détriment de l’équipe éponyme. En effet l’écriture du personnage est sublime et il obtient enfin les lettres de noblesse qu’il mérite. Carlos Pacheco parachève le tout avec des dessins sublimes et extrêmement denses et détaillés.

 

Ils ont kiffé :

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


Vos commentaires :

Accueil Forums Avengers Forever

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  Spider-Matt, il y a 4 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #27462

    Spider-Matt
    Modérateur

    Avengers Forever est une histoire magnifique qui mettra surtout en valeur Kang au détriment de l’équipe éponyme. En effet l’écriture du personnage est sublime et il obtient enfin les lettres de noblesse qu’il mérite. Carlos Pacheco parachève le tout avec des dessins sublimes et extrêmement denses et détaillés.

    [Retrouvez l’article de spider-matt à l’adresse Avengers Forever]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.