Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Captain America Tome 8 – Le Procès de Captain America

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
3 votants

 

Point(s) fort(s) :


Une histoire prenante et dense
Une remise en question du titre de Captain America
Des dessins fabuleux

Point(s) faible(s) :


Une seconde partie plus rentre dedans
On en veut plus !


 
En résumé
 

Même si il est à inclure dans un gigantesque run, Le Procès de Captain America peut être lu indépendamment tant l’on sent que Brubaker a voulu faire de ces épisodes une saga à part entière. Intelligente et bien menée, elle remet en cause le titre de Captain America et se place facilement parmi les meilleures histoires du Captain. 

 
Infos techniques
 

Histoire : Ed Brubaker
Dessin : Chris Samnee, Jackson Guice, Daniel Acuna, Jackson Guice, Mitch Breitweiser, Ed McGuinness, Mike Deodato Jr
Encrage : Mark Morales, Rick Magyar, Stefano Gaudiano, Dexter Vines, Tom Palmer Jr, Travis Charest
Couleur : Laura Martin, Daniel Acuna, Rain Beredo, Jay David Ramos, Val Staples, Chris Sotomayor, Elisabeth Dismang
Editeur :
 
Editeur VO :
 
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Bucky Leaks !

Avoir ramené le personnage de Bucky Barnes d’entre les morts n’était pour Ed Brubaker que la première étape de son plan visant à révolutionner Captain America. La seconde était évidemment de faire de Bucky la nouvelle bannière étoilée et ce, après la mort de Steve Rogers à l’issue de la Civil War.

Seulement toutes les bonnes choses ont une fin et, avec ce dernier Deluxe, l’auteur clôt une partie importante de la vie de Bucky dans une histoire qui sent bon le scandale d’État et le thriller d’espionnage. Retour à la case départ pour Bucky Barnes qui, après avoir porté le costume de Captain America, se doit de répondre de ses crimes en tant que Soldat de l’hiver devant la justice américaine.

Découpé en deux parties, ce Deluxe est une excellente conclusion à toute un pan de la mythologie du Captain, mais aussi Ed Brubaker, qui doit confronter son personnage fétiche à ses actions commises dans le passé.

Abandonnant une intrigue super héroïque pour quelque chose de plus politique, Brubaker prouve qu’il est un scénariste de talent puisque tout l’arc autour du procès de Bucky fait partie du meilleur de son run, prenant et intelligent et abordant des thématiques d’actualité, comme le rôle d’un symbole pour le peuple ou encore les travers judiciaire et la corruption, rien n’est laissé au hasard. Plus qu’un fan de super héros, Ed Brubaker aime les romans policiers et questionner sur le rôle d’un héros, cette saga y fait grandement écho malgré des restrictions d’ordre éditorial, dirais-je.

Si l’on s’intéresse à l’écriture des personnages, le scénariste joue à merveille avec les réactions de tous les protagonistes vis-à-vis de cette situation. Il s’agit clairement d’un excellent travail et malgré une seconde partie moins intéressante, qui fait le choix de plonger Bucky dans l’enfer dans son passé et qui ,malgré de sublimes planches, revient à un esprit plus super héroïque et ne sert au final que de teaser à la future mini-série du scénariste. Malgré tout, cette saga fait preuve d’un très haut niveau autant scénaristique que graphique, Brubaker est clairement celui qui a le mieux écrit Barnes et compris le potentiel du personnage. On ressent l’amour du scénariste pour le personnage et le fait qu’il lui en fasse baver fait parti pour moi d’un rituel servant à sa réinsertion dans l’univers Marvel.

En effet, Bucky est depuis son retour un personnage torturé, contrairement à Rogers. Il n’est pas idéaliste et ça se sent tant Brubaker souhaite faire de Bucky un martyr pour le peuple : il est celui qui est vu comme ayant trahi les siens, et les nombreux témoignages ont l’intelligence de ne prendre parti pour aucun des deux points de vues.

Côté graphique que ce soit Daniel Acuña, Jackson Guice ou encore l’excellent Chris Samnee, chacun fournit un superbe travail en raccord parfait avec le récit, qui a de fortes ressemblances en terme de tonalité avec le run de Brian M Bendis et Alex Maleev sur Daredevil. Mention spéciale au récit “Gulag” dont le graphisme et en particulier les couleurs lui donne un aspect très thriller pouvant rappeler des films comme “Shutter Island” de Martin Scorsese.

Même si il est à inclure dans un gigantesque run, Le Procès de Captain America peut être lu indépendamment tant l’on sent que Brubaker a voulu faire de ces épisodes une saga à part entière. Intelligente et bien menée, elle remet en cause le titre de Captain America et se place facilement parmi les meilleures histoires du Captain.

 

Ils ont kiffé :

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Un jour j'ai découvert Superman j'ai aimé les comics. Un autre j'ai découvert Bucky j'ai dévorer les comics. Un dernier j'ai rencontré LesComics.fr depuis, je parle des comics.


Vos commentaires :

Accueil Forums Captain America Tome 8 – Le Procès de Captain America

Ce sujet a 0 réponse, 1 participant et a été mis à jour par  ComicsQuest, il y a 3 mois.

  • Auteur
    Messages
  • #28559

    ComicsQuest
    Participant

    Même si il est à inclure dans un gigantesque run, Le Procès de Captain America peut être lu indépendamment tant l’on sent que Brubaker a voulu faire de ces épisodes une saga à part entière. Intelligente et bien menée, elle remet en cause le titre de Captain America et se place facilement parmi les meilleures histoires du Captain. 

    [Retrouvez l’article de comicsquest à l’adresse Captain America Tome 8 – Le Procès de Captain America]

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.