Le 1er collectif comics de France

 


 
 

Nicky Larson : Les Charlots font du Shonen !

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
26 votants

 

Point(s) Fort(s)


Un film honnête.
Du rythme.
Des bastons travaillées.
Des plans iconiques.

Point(s) Faibles(s)


Une photographie web-série.
Un Fan-Service nostalgique qui peut déplaire.


 
En résumé...
 

Rarement une comédie française avait autant fait parler d’elle ! L’annonce de Nicky Larson et le Parfum de Cupidon, écrit et réalisé par Philippe Lacheau, avait déchaîné internet, tant par son aspect atypique que par les craintes qu’il générait chez les fans de l’oeuvre originale : le manga City Hunter de Tsukasa Hōjō.

 
Infos Techniques
 

Realisation : Philippe Lacheau
Histoire : Philippe Lacheau, Julien Arruti, Pierre Lacheau
Principaux acteurs : Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali, Julien Arruti, Didier Bourdon
Publié 1 mars 2019 par

 
Dans le détail...
 
 

L’annonce de Nicky Larson et le Parfum de Cupidon, écrit et réalisé par Philippe Lacheau, avait déchaîné internet, tant par son aspect atypique que par les craintes qu’il générait chez les fans de l’oeuvre originale : le manga City Hunter de Tsukasa Hōjō.

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

Le Cinéma Français, c’est de la merde !

Je préfère le dire tout de suite, je suis le genre de connard snob qui part avec un énorme a priori sur les comédies françaises en général. Certes, il y a toujours des exceptions, mais elles se sont faites rares ces dernières années.

Pourtant, cette annonce avait éveillé ma curiosité. Je ne connaissais que très peu le travail de Philippe Lacheau, et voir un tel projet émerger en France me semblait pour le moins inhabituel.
D’autant que Lacheau affirmait à plusieurs reprises qu’il s’agissait bien pour lui d’adapter Nicky Larson, et pas City Hunter. Devait-on s’attendre à un nanar franchouillard écrit d’après les flous souvenirs d’ado du brave Fifi ?

Si la France est bien “l’autre pays du Manga”, il existe pourtant des scissions parmi les fans de bande dessinée japonaise et d’anime dans notre beau pays.
On trouvera, par exemple, d’un côté ceux qui vouent un culte au Club Dorothée pour tout ce qu’ils ont découvert grâce à lui, et de l’autre, ceux qui accusent l’émission d’avoir charcuté des oeuvres majeures avec une censure très présente et des version françaises alambiquées.
Rigoristes et nostalgiques se font face régulièrement et cette annonce d’un film Nicky Larson made in France peut être vu comme le paroxysme de cette confrontation.

On oublie parfois que la France et le Japon sont intimement liés. Si Mireille Mathieu et la passion de Jacques Chirac pour le Sumo sont la partie visible de l’iceberg, il faut aussi savoir que beaucoup de mangas s’inspirent de la culture française. Par exemple, Cobra est le sosie de Belmondo, tandis que Char Aznable, principale antagoniste de la série Mobile Suit Gundam, tient son nom d’un célèbre chanteur francophone.

Les Charlots font du Shonen !

L’humour français et l’humour japonais partagent également quelques affinités, notamment basés sur la présence de jeunes filles sexy en uniforme et porte-jarretelles. Un cliché que l’on retrouve autant dans les comédies hexagonales des années 70 que dans les shonen tels que City Hunter.

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon est avant tout une comédie d’action.
Pour ce qui est de l’humour, on alterne entre situations décalées et vannes un brin potaches par-ci par-là.
Si le film ne m’a pas fait mourir de rire, je pense qu’il rempli plutôt bien son objectif sur ce point, ne devenant jamais lourd ou répétitif.
Du côté de l’action, j’ai été agréablement surpris par les scènes de combats, offrant des chorégraphies rarement vues dans une comédie française.

Le tout est hyper rythmé et même s’il m’a fallu quelques minutes pour rentrer dans l’univers installé par Lacheau, le film ne souffre d’aucun ralentissement majeur, alternant gags et scènes d’action de façon naturelle et dynamique.

100t

On ne va pas se mentir, adapter Nicky Larson sous l’ère #MeToo est un exercice périlleux.
Macho, obsédé, sexiste, vulgaire, notre ami Nicky, ou Ryô Saeba pour les puristes, est loin d’être un modèle à suivre avec la gente féminine.
Héros masculin répondant à tous les clichés du genre, des grosses pétoires phalliques aux jeunes filles innocentes en détresse, il ne trouverait pas vraiment sa place dans les fictions modernes.
Pourtant, Lacheau prend le risque et retranscrit plutôt bien le caractère de Larson.
S’il est atrocement pervers et lourd avec les femmes, il est aussi un loser, plus proche de l’érotomane que du séducteur. Nicky n’est pas montré comme un gagnant et Laura est toujours là pour lui rappeler que son comportement est déplacé.

L’alchimie entre les deux personnage est d’ailleurs l’une des réussites du film. Leur psychologie est plutôt bien retranscrite et on en vient à regretter que certaines scènes n’aient pas creusé cette relation.
Si Lacheau manque parfois un peu de charisme pour incarner la froideur d’un Ryô Saeba dans les séquences plus sérieuses, Élodie Fontan campe une Laura un peu trop douce et pacifique.
Le reste du casting est plutôt bon : Tarek Boudali et Julien Arruti jouant des comic reliefs efficaces, pendant que Didier Bourdon, que j’apprécie tout particulièrement, verse ici dans le minimum syndical, mais avec sympathie.
Mention spéciale à Kamel Guenfoud qui incarne Mammouth à la perfection.

Un Après-Midi de Folie !

Cette adaptation souffre indéniablement de quelques limites de budget, mais sait en jouer, transformant les costumes ressemblants mais un peu cheap et la photographie parfois digne d’une web-série en arguments cartoonesques qui aident à faire passer la pilule.
Le film surfe indéniablement sur la nostalgie de son public, trentenaires et plus, ayant grandi devant le Club Dorothée.

À l’image d’un Ready Player One à la française, Nicky Larson et le Parfum de Cupidon enchaîne clin d’oeil, caméos et références pour assurer un fan service pas indispensable, et souvent sur le ton de la dérision, mais diablement percutant.
On accroche ou on accroche pas, mais on ne peut pas remettre en cause l’efficacité du procédé dans cette démarche de revival totalement assumée.
Dans la même veine que les scènes de combat très efficaces, on trouve plusieurs plans iconiques semblant tout droit sortis de l’anime. Des hommages propres et sans bavure qui méritent d’être salués et qui donneront mêmes quelques frissons aux amateurs.

En bonus, le film se paye le luxe d’avoir un véritable scénario, pas débile du tout, avec, cerise sur le gâteau, un twist final qui m’a vraiment pris de court !

Get Wild !

Mon frère, en toute retenue, qualifie Nicky Larson et le Parfum de Cupidon comme “la meilleure comédie française de ces dix dernières années”. En toute objectivité, le film étant assez atypique dans sa catégorie, il pourrait sans mal postuler à ce titre, sans forcément le décrocher. La faute à un grand public imperméable aux références et à des amateurs trop élitistes pour revenir sur leur première impression.

Si le film de Philippe Lacheau et sa bande est loin d’être parfait, il est empreint d’honnêteté. Fidèle à l’esprit du dessin animé de notre enfance, il est, au-delà de son caractère d’adaptation, un bon film.
Une vraie surprise, qui prendra à revers jusqu’aux plus sceptiques de la première heure.

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Avec ComiXrayS, je m'adresse autant aux néophytes qu'aux lecteurs avertis, le but est de faire découvrir au plus grand nombre une face cachée de la bande dessinée américaine, que ce soit au travers d'anecdotes sur des personnages connus de tous, ou via la représentation de phénomènes de société bien réels dans les pages des comic books.


Vos commentaires :

Accueil Forums Nicky Larson : Les Charlots font du Shonen !

Ce sujet a 3 réponses, 3 participants et a été mis à jour par  aldric_demarty@yahoo.fr, il y a 8 mois et 3 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #26265

    Chris
    Participant

    Rarement une comédie française avait autant fait parler d’elle ! L’annonce de Nicky Larson et le Parfum de Cupidon, écrit et réalisé par Philippe Lacheau, avait déchaîné internet, tant par son aspect atypique que par les craintes qu’il générait chez les fans de l’oeuvre originale : le manga City Hunter de Tsukasa Hōjō.

    [Retrouvez l’article de chris à l’adresse Nicky Larson : Les Charlots font du Shonen !]

  • #26271

    Assez d’accord avec ta critique. Ce qui m’a réellement manqué dans le film c’est le charisme de Ryo quand il est en city hunter full mode. Tu vois ce que je veux dire ? Ce n’est pas une histoire de muscles mais d’attitude . Cette contradiction entre le pervers et le pro chevalier servant était ce que j’aimais dans l’anime et manga. Sinon c’est dans le ton de l’anime. Rien à dire sur la réal et mention spéciale à Adeline/Kaori 🙂

    • #26279

      Chris
      Participant

      Oui, on est bien d’accord ! Il est plutôt bon quand il s’agit d’être drôle et un peu moins crédible quand le personnage devient plus sombre… 🙂

  • #26314

    Je plussoie tout à fait à ta critique constructive du film.

    J’était très intrigué par l’annonce du film mais je m’attendais à un gros flop.

    J’ai regardé lu la critique de Télérama et il n’ont pas déglinguée le film mais loué la réalisation des scènes d’action en conséquence je suis allé voir le film sans trop d’attente avec un collègue.

    Ce fut une belle surprise.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.