Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Bumblebee

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
5 votants

 

Point(s) Fort(s)


La retranscription des années 1980
Les scènes sur Cybertron
Le respect de la licence

Point(s) Faibles(s)


John Cena fait du John Cena


 
En résumé...
 

Répondant parfaitement à cette tendance du teen movie “80’s”, Bumblebee est l’enfant à peine caché de E.T. et de Short Circuit.
Hommage finement déguisé, sans jamais être lourd ou appuyé, mixant à merveille ses influences et les codes du cinéma d’action actuel, une fois encore sans en abuser.

 
Infos Techniques
 

Realisation : Travis Knight
Histoire : Christina Hodson
Musique : Dario Marianelli
Studio : Paramount
Principaux acteurs : Hailee Steinfeld, John Cena, Jorge Lendeborg Jr., John Ortiz, Jason Druckern Pamela Adlon
Publié il y a 3 mois par

 
Dans le détail...
 
 

Faut-il aller voir Bumblebee au cinéma ? Y-a-t’il encore quelque chose à attendre de la licence Transformers ? Voici la réponse.

Après 5 films réalisés par Michael Bay, divertissants mais imparfaits, et souvent vivement critiqués, on pouvait croire la franchise Transformers trop usée pour encore nous surprendre au cinéma.
C’était sans compter sur un film solo consacré à Bumblebee, réalisé par Travis Knight, rappeur et fils à papa au CV très clairsemé, sur lequel personne n’aurait parié un centime lorsqu’il a été annoncé.

 

Un amour de Coccinelle.

La guerre fait rage sur Cybertron, et Optimus Prime, leader des Autobots, demande à son fidèle soldat Bumblebee de se rendre sur la planète Terre en éclaireur.
La planète bleue doit permettre aux Autobots de quitter Cybertron, ravagée par les sanguinaires Decepticons, pour y préparer leur contre-attaque.

Mais attention, il est impératif pour Bumblebee de rester discret dans sa mission, au risque de tout faire capoter !

Évidemment, rien ne se passe comme prévu, et Bumblebee va bientôt devoir affronter des Decepticons envoyés pour l’éliminer : Shatter et Dropkick, qui se paient le luxe d’être des Triple Changers. Les amateurs apprécieront, comme ont dit !
Dans sa mission, le fidèle lieutenant d’Optimus Prime pourra compter sur une jeune humaine passionnée de mécanique : Charlie.
Mal dans sa peau, ne s’étant jamais remise du décès brutal de son père, et en conflit avec sa famille “idéale”, le personnage interprété par Hailee Steinfeld a tout du cliché de l’adolescente américaine héroïne de cinéma.

Pourtant, le capital sympathie du personnage est énorme, tout comme celui de son entourage, servant principalement de “comic relief”.

 

 

Une bonne tranche d’Energon.

L’humour est très présent dans le film, mais étonnement bien dosé.
Moi qui suis assez peu client de ce genre de procédé, j’ai été agréablement surpris.
Je me suis même bien marré par moment.
Le beau-père de Charlie est impayable, tout comme son prétendant. Pendant que John Cena fait du John Cena, aussi drôle et crédible que ma grand-mère déclamant du Shakespeare.
Mais tout ça fonctionne plutôt bien.

Les scènes de combat sur Cybertron, utilisées en introduction et comme flashbacks, justifient à elles seules d’aller voir ce film. Dynamiques, lisibles, mettant en scène des personnages incontournables, elle sont orgasmiques pour tout fan des Transformers qui se respecte !
Ces quelques minutes m’ont décroché la mâchoire et me font désormais rêver à un film se déroulant sur la planète natale des Autobots et des Decepticons !

Le design adopté pour les Transformers est proche de l’apparence classique des jouets et des personnages du dessin animé de 1984, une génération aujourd’hui appelée “G1”, ce qui ravira les fans de la première heure.
Un choix qui contraste avec celui des films de Michael Bay, qui donnait un aspect bien plus organique aux robots transformables.

You got the touch

Prenant place en 1987, le film brille par une série de références à cette époque, notamment musicales, la faculté du personnage à s’exprimer à l’aide des programmes radio étant évidemment un bon moyen d’en rajouter sans que cela soit totalement injustifié !

Tears for Fears, A-ha, Rick Astley, The Smiths, Simple Minds, Duran Duran et même Stan Bush, qui était déjà présent sur la bande originale du film animé Transformers en 1986, la liste est impressionnante.

Répondant parfaitement à cette tendance du teen movie “80’s” que l’ont retrouve dans Ready Player One, IT ou Stranger Things, Bumblebee est l’enfant à peine caché de E.T. et de Short Circuit.
Hommage finement déguisé, sans jamais être lourd ou appuyé, mixant à merveille ses influences et les codes du cinéma d’action actuel, une fois encore sans en abuser.

 

Roll out !

L’annonce d’un spin-off, qui n’en est finalement pas vraiment un, sur Bumblebee m’avait laissé indifférent. Je n’attendais plus grand chose des Transformers au cinéma et j’avais tort !

Pouvant à la fois servir de préquel aux films de Michael Bay et de nouveau départ pour la franchise au cinéma grâce à quelques retcons très positives placées en toute discrétion, Bumblebee est une vraie réussite.
Sincère, touchant, rythmé, mais jamais dans l’excès, le film de Travis Knight se place très haut dans sa catégorie, faisant de son réalisateur un homme à suivre à l’avenir !

Oubliez vos aprioris et vos réticences, et foncez voir Bumblebee, vous ne le regretterez pas !

Pour aller plus loin, découvrez l’histoire des Transformers chez Marvel Comics !

 

Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 


 
Avec ComiXrayS, je m'adresse autant aux néophytes qu'aux lecteurs avertis, le but est de faire découvrir au plus grand nombre une face cachée de la bande dessinée américaine, que ce soit au travers d'anecdotes sur des personnages connus de tous, ou via la représentation de phénomènes de société bien réels dans les pages des comic books.


Vos commentaires :

Accueil Forums [Review] Bumblebee

Ce sujet a 3 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  Ryujii, il y a 2 mois et 2 semaines.

  • Auteur
    Messages
  • #24461

    Chris
    Participant

    Répondant parfaitement à cette tendance du teen movie “80’s”, Bumblebee est l’enfant à peine caché de E.T. et de Short Circuit.
    Hommage finement déguisé, sans jamais être lourd ou appuyé, mixant à merveille ses influences et les codes du cinéma d’action actuel, une fois encore sans en abuser.

    [Retrouvez l’article de chris à l’adresse [Review] Bumblebee]

  • #24465

    Ryujii
    Participant

    Alors autant je suis entièrement d’accord avec ta critique. Autant je ne suis pas d’accord sur le fait que le film soit à la fois un préquel et un reboot.

    Bumble Bee n’est qu’un reboot. En tant que préquel il y a trop de contradiction temporel avec les 5 films de Bay. Je vois les liens avec le film de 2007 que comme des clins d’oeil car il ne peut en être autrement.

    Si tu veux, on peut en discuter plus longuement je te donnerai mon argumentaire à ce moment là.

    Et Big up pour l’intro sur Cybertron qui m’a fait changer de slip au passage.

    • #24467

      Chris
      Participant

      On est d’accord que les “retcons”, pour garder un jargon de lecteur de comics, empêchent de faire un lien direct entre la saga de Bay et Bumblebee.
      Cela étant, même si ça enlève de la cohérence, je ne trouverais pas ça choquant qu’on m’affirme qu’il y a un lien (même incomplet) entre les deux.
      Je pense d’ailleurs que c’est volontaire, histoire de ne pas trop brusquer les spectateurs et d’assurer leurs arrières en cas de flop.

      • #24468

        Ryujii
        Participant

        Je sais pas si c’est volontaire, j’ai plutôt l’impression que le flop de The Last Knight a eu un effet de rétro pédalage sur la dimension du film Bumble Bee. Je pense que le préquel était voulu au départ mais que la Paramount a voulu changer d’avis entre temps pour relancer la franchise si Bumble Bee marche au Box Office. Du coup le film a un effet batard puisqu’il change l’origine des TF tout en ayant des liens avec la saga mais en ayant du coup de grosses contradictions qui retcon les films de Bay.

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.