Le 1er collectif comics de France

 


 
 

[Review] Velvet tome 3

 
Not' note
 
 
 
 
 


Vos notes
sois le premier

 

Point(s) fort(s) :


Une fin à la hauteur
Les qualités des précédents tomes encore présentes


 
En résumé
 

Velvet est donc officiellement bien plus qu’un récit d’espionnage : c’est une trilogie parfaite !

 
Infos techniques
 

Histoire : Ed Brubaker
Dessin : Steve Epting
Editeur :
 
Publié 21 juin 2017 par

 
Dans le détail...
 
 

Mission remplie Miss Templeton

Tout ce en quoi Velvet Templeton croyait jusqu’alors a volé en éclats au cours de la pire nuit de sa vie. Après avoir de peu échappé à la mort, elle reprend son destin en main, bien décidée à pourchasser ceux qui l’ont trahie. Les pistes qu’elle met à jour la conduisent à nouveau à Washington, au plus près du pouvoir pour ce qui promet d’être un final explosif !

L’avis du Kit :

Ex-agent de terrain, devenue assistante du directeur de l’ARC-7, Velvet Templeton est tombée dans une machination et s’est retrouvée accusée à tort du meurtre de l’agent X-14. Elle poursuit sa quête à travers le monde pour être disculpée et retrouver le vrai coupable. Traquée par les membres de son agence et par les auteurs du complot contre elle, l’espionne devra faire preuve d’astuces et d’ingéniosité pour compter s’en sortir, être innocentée et démasquer les vrais coupables.

Après plus d’un an entre la sortie du tome 2 et celui-ci, l’impatience était à son comble. Le duo Ed Brubaker et Steve Epting reviennent donc pour clôturer un cycle avec leur espionne favorite. Le scénariste Ed Brubaker (Criminal, Fatale, Daredevil, Captain America, Gotham Central…) livre ici une conclusion divertissante oscillant entre action, cadavres à la pelle et complexité politico-financière. Sa “Velvet” est tout comme on l’a connu dans les deux opus précédents : déterminée, troublante et fine stratège. L’auteur américain offre à son héroïne une conclusion maîtrisée tout en rebondissements côtoyant l’histoire américaine du milieu des années 70 (coucou Mr Nixon !).

Au niveau graphique, le canadien Steve Epting assure toujours autant. Ses planches sont toujours aussi belles et captivantes. Son trait est soigné, réaliste et dynamique. On prend alors toujours autant de plaisir à scruter le moindre détail de son travail. Du très bon boulot !

En conclusion, une fin de cycle sur les chapeaux de roues pour Velvet, brillamment menée jusqu’au bout par le fidèle duo Brubaker/Epting. Infiltration, trahison et retournement de situations dans un final aux petits oignons, lié à l’histoire américaine avec un grand H. On a franchement envie de voir revenir Miss Templeton dans un nouveau récit l’espionne de Image Comics. Un run idéal pour qui voudrait découvrir une autre facette des comics, par le biais d’une lecture indé axée polar/espionnage.
Avez-vous apprécié cet article?
N’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Ça nous fait toujours plaisir de vous lire.

Pour faire connaitre le site et nous soutenir, vous pouvez aussi partager nos publications sur les réseaux sociaux ou vous abonnez à notre newsletter.
Merci.

Pour comprendre nos notes subjectives :
5/5 J’adore
4/5 Trés cool
3/5 Sympa
2/5 Sans plus
1/5 Bof
0/5 Pas pour moi

 
Trentenaire originaire du Grand Ouest. Fan de ciné, de comics, de SF, d'Heroic Fantasy. Bercé par les années 80, forgé par le années 90, mes goûts pour la pop culture de ces deux décennies précises s'y retrouvent. Les années 80 m'ont fait découvrir les comics via les éditions Lug et l'univers Star Wars.


Vos commentaires :

0 Comments



Soit le premier à commenter


Tu dois t'identifier pour poster un commentaire